Tuesday, 10 July 2018
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Pochette de l'album We The People Of the Soil

10 ans, ça se fête ! À cet effet, les Cluzo sont retournés dans le Tenesee, chez Vance Powell déjà responsable de "Rockfarmers". On peut donc s'attendre à retrouver les mêmes ingrédients pour ce nouvel album. C'est le cas, ceux qui ont aimé le précédent n'en seront que plus conquis. Pour les 10 ans, le duo a voulu marquer encore plus profondément leur ancrage à la terre (the soil), on retrouve donc une musique plus folk/blues, avec une présence forte de la guitare sèche ainsi que la thématique paysanne, l'amitié, l'entraide.

Force est de reconnaître la qualité exceptionnelle de la production. Il y a un fossé très clair avec "Rockfarmers", plus brut de décoffrage, tandis que cet opus offre un son lisse où chaque élément est à sa place. Les mélodies sont beaucoup plus travaillées que précédemment (tout album confondu). Le résultat donne un style rock/blues fusion puissant avec des refrains très doux dûs en partie à un nouveau venu : l'orgue (de type hammond b3). Si on en avait eu un aperçu précédemment, elle est désormais présente dans la plupart des titres. Le premier, "A Man Outstanding In His Field", en est le meilleur exemple avec toute la palette de nuances qu'offre les 40 minutes de l'album. Mais pas que, on trouve beaucoup de ballades : presque la moitié des chansons, avec comme figure de proue "Little Girl And The Whistling Train", ainsi que quelques surprises, comme la participation de Marianne Dissard pour un super duo sur "The Best".

Les fans de la première heure seront peut-être déçus de cette compression excessive du son, mais où est la rock bordel ?? Il est pourtant présent, de manière très propre, relativement profond et énergique. À ce sujet, deux titres sortent du lot : "Pressure on Madalands" proposant un rock psyché avec un son volontairement "crade" et "The Globalisation blues" qui se rapproche plus de "Rockfarmers". Autre élément à souligner, le travail exceptionnel de Laurent quant à sa voix. Certes, les ballades qu'il interprète ne requièrent pas de monter trop haut dans les aiguës, mais la maîtrise qu'il pose sur chaque morceau est énorme. Malheureusement, le final est bâclé avec un chant clairement faux (il fallait passer moins de temps à la piscine et plus en studio).

Autre bémol : malgré sa très bonne qualité d'impression, les pages du livret sont imprimées à l'envers. Livret qui reprend le même format que pour l'album précédent, à savoir un melting pot de photos en noir et blanc et d'aquarelles de leur ami Abu.

N'ayant pas pu l'écouter plus tôt, je ne comprenais pas l'engouement de la presse (L'obs, les inrockuptibles, FIP de la FNAC, C À Vous, France Inter ...) pour ce 6e cru. Mais avec autant d'éléments "mainstream", il est clair que ce dernier sera apprécié d'un large public !

Les Cluzo proposent un pack spécial "10 ans" (en édition limitée), comprenant l'album, 10cl d'Armagnac ainsi que le livre "The Inspector Cluzo - Rockfarmers" de Romain Lejeune (les Inrockuptibles). À la base, il s'agissait d'un article voulu par le journaliste qui donnera finalement lieu, de part la masse d'information recueillie, à l'édition d'une biographie complète du groupe, des deux hommes et de leur parcours formateur jusqu'à la réalisation de leur dernier opus. Un peu réticent au début, je conseille fortement de le commander car il permet de comprendre le cheminement humain des deux "frères". Les premiers chapitres apportent beaucoup d'informations intéressantes, des anecdotes croustillantes. Les derniers étant malheureusement trop redondants concernant le message et le mode de vie des deux fermiers rockeurs : chaque témoignage, bien qu'il émane d'une personnalité reconnue, ressemble au précédent. Une relecture un peu plus attentive aurait également été souhaitée pour corriger les fautes qui émaillent l'ensemble de l'ouvrage ainsi que la fausse transition vers "We the people of the soil", car ce n'est pas avec cet album, mais bien avec "Rockfarmers" que le groupe a signé sa première collaboration avec Vance Powell.

L'Armagnac est à l'image de l'album : d'un équilibre saisissant. D'une belle robe ambrée parée de jambes très lourdes, la bouche offre un bouquet assez riche de fruits compotés pour finir sur une touche légèrement épicée. L'alcool se fait discret, un peu trop présent au nez peut être. Il s'agit d'une cuvée spéciale provenant de la distillerie "La Tuilerie" dont The Inspector Cluzo est partenaire depuis le début. Malheureusement il n'y a pas plus d'informations sur l'étiquette.

Monday, 02 July 2018
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Logo gPass

Mise à jour en catastrophe de gPass. Le dernier commit ayant introduit un bug dans la génération des wildcards. Oui, je sais, ça fait déjà 6 mois... Les extensions sont normalement mises à jour automatiquement, donc il n'y a rien à faire (aucun changement n'est à signaler côté serveur).

Pour se tenir informé : Mailing list gPass

Monday, 14 May 2018
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Fenêtre principale de KissCount

Enfin ! Après avoir retravaillé l'empaquetement, la compilation et la documentation, voici la version 0.7 de KissCount ! Cela fait un an et demi depuis la dernière version (qui ne comportait que peu de correctifs). En réalité, cette mouture était prête depuis 6 mois, mais j'étais occupé à mettre en place Pannous.

Et pour une version, c'est une belle version, avec en figure de proue la migration vers Qt5 (qui a principalement motivé son développement), ainsi qu'un nouvel exécutable pour Windows ! Là aussi, il y avait un gros retard, puisque le dernier binaire en date était la 0.4 de ... 2013. Cette fois-ci, elle est compilée nativement depuis Visual Studio/Windows 10, alors qu'auparavant, j'utilisais mingw en cross compilation depuis Linux.

À ma grande surprise, la migration de Qt4 vers Qt5 s'est faite tout en douceur avec très peu de changements nécessaires. Cela a surtout été l'occasion de se débarrasser de libkdcharts au profit de la bibliothèque de dessin intégrée à Qt (même si je ne suis pas pleinement satisfait du rendu des graphiques circulaires). Le panneau principal a subi une légère modification, puisque le calendrier migre en bas à gauche, ce qui permet de gagner de la place et d'être plus cohérent.

Autre fonctionnalité intéressante : lorsqu'un compte descend en dessous d'une certaine limite (200€ par défaut) ou en dessous de 0, les jours du calendrier sont colorés (en jaune (configurable) et rouge). Également, plutôt que de "cacher" les comptes clôturés, j'ai intégré une date de début et de fin, plus pratique (je sais, c'est une fonctionnalité de base chez la concurrence...). Finalement, tout un tas de petits bugs ont été corrigés.

Bref, une bien belle version pour inaugurer la nouvelle liste de diffusion kisscount-announce@soutade.fr

Monday, 14 May 2018
|
Écrit par
Grégory Soutadé

2cv en jardinière

« Flower power » : le pouvoir des fleurs ! La direction artistique nous re plonge dans les années 70, clin d'oeil non dissimulé aux 50 ans de mai 1968. Peut-être un peu plus sobre que les années précédentes, la décoration de la ville n'en reste pas moins soignée. La météo indécise, voire carrément pluvieuse le dimanche, n'a pourtant pas rebuté la foule à aller admirer la ville-exposition de cette 48e édition. Il faut dire que l'opportunité du jeudi de l'ascension ajouté au festival de Cannes qui se déroulait en parallèle (d'où le mauvais temps) offrait un créneau particulièrement intéressant pour concentrer touristes venus d'ailleurs et locaux en quête de sortie.

Rues fleuries, parfumées. Troupe de théâtre ambulante. Concert, projection. Artisans, commerçants et horticulteurs de tout PACA, mais aussi la compétition sous le chapiteau forment le grand classique de la programmation. Cette année, le chef Yves Terrillon spécialiste de la cuisine des fleurs est venu donner une présentation. Il a régalé le public avec deux associations met/rose (une salée, une sucrée). Il fallait être prompt dans le jardin des plantes si l'on voulait y assister !

Cette année encore, les rosiéristes ont déployé tout leur talent pour nous proposer des compositions splendides avec des roses vraiment originales, mais également un retour des roses anciennes "à parfum".

2cv sur le stand Banc flower power

Jardin zen Stand de roses

Rose dans sa tour de bourgeons

Rose rose et blanche Rose violette

Rose moutarde ketchup Rose rose et blanche

Rose centifolia Rose blanche saumonée

Allée de la villa Fragonard Puit de la villa Fragonard

Escalier de la villa Fragonard

Roses blanche et rose Roses rouges

Roses du concours Rose blanche

Rose jaune et verte Rose orangée

Rose jaune et rouge

Thursday, 03 May 2018
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Il y a bien longtemps, au détour d'un forum, quelqu'un avait mentionné l'idée d'un rasage "old school", au coupe chou. Curiosité oblige, je me suis un peu renseigné et ai découvert le rasoir droit (encore appelé sabre ou coupe chou). J'avoue avoir été tout de suite fasciné par cet objet, reflet d'un savoir faire ancestral, fruit de nombreuses heures de travail, pensé pour durer toute une vie !

Pourtant, j'ai mis un certain temps avant de me lancer dans l'aventure. En effet, l'investissement initial n'est pas anodin. Tout d'abord, il faut acquérir la pièce maîtresse : le coupe chou. C'est un objet qui revient à la mode, il est donc possible d'en trouver d'occasions entre 50€ et 100€. Oui, d'occasion, parce que 1) ils sont moins chers et 2) un rasoir neuf n'est pas prêt à raser quand il sort d'usine. Il faudra une bonne dose d'affilage pour le mettre en état. Pour ma part, je suis tombé sur un modèle Grelot (2015) de chez Thiers avec une chasse en bois d'ébène. J'aime son aspect simple, avec un marquage classe mais pas tape à l'oeil.

L'affilage, justement, qui devra être réalisé avant chaque rasage. J'ai choisi une bande de cuir de chez Kachiic Creations. C'est un artisan de la région Lyonnaise qui offre des produits de très bonne facture pour un prix équivalent aux grandes "marques" du milieu. Je ne voulais pas utiliser de raquette (strop) pour éviter les différentes pâtes (vertes, rouges) nécessaires et surtout pour rester le plus naturel possible. Ma petite astuce : je réalise un affilage après le rasage en vue de la session suivante (gain de temps). On pourra alors s'amuser à passer le test du cheveu.

En ce qui concerne le blaireau, je suis allé piocher du côté des Portugais de Semogue pour leur excellent rapport qualité/prix. Un bol artisanal en bois d'olivier et un savon Institut Karité viennent compléter le tout. Ce sont là les éléments essentiels, sans superflu.

Set à raser

Mis bout à bout, il faudra donc un budget minimum d'environ 200€ (frais de port compris), de quoi réfléchir avant de se lancer. Bien sûr, mode oblige, il y a plusieurs fabricants qui proposent des éléments, voir des kits complets, de moindre qualité et à prix réduit. Mais ce n'est pas le but de la démarche, et surtout commencer avec des produits bas de gamme ne peut que donner une mauvaise impression. Je veux faire un investissement sur le moyen/long terme. De plus, il ne sera pas forcément aisé de revendre des éléments de piètre qualité, alors que la perte financière sera moins importante pour des produits nobles. Si ce budget peut paraître important, il n'est pourtant pas extravagant, certains coupe chou peuvent allègrement dépasser les 300€ à eux seuls ! En France, la région historique des lames se trouve autour de Thiers en Auvergne, mais pas seulement. On peut trouver des artisans qualifiés à peu près partout, qui font un travail remarquable et souvent à prix très accessible.

Une fois dans la main, la première impression est étrange. On manipule une lame particulièrement tranchante et pourtant son poids est très léger : 50g/60g chasse comprise ! En réalité, c'est une constante dans la coutellerie. La dureté (donc qualité de la lame) est directement liée à la durée d'utilisation entre chaque affûtage/affilage, mais est indépendante du poids. Au contraire, les alliages utilisés sont généralement légers. Nous avons hélas trop l'habitude des pâles copies de couteaux plus lourds mais ne coupant rien du tout !

Vient alors la pratique. Une fois la peau humidifiée et savonnée, il faut respecter deux règles de base : ne jamais passer le rasoir sur une peau qui n'est pas tendue et y aller petit à petit. En effet, la lame est extrêmement tranchante, donc au moindre bourrelet de peau elle va couper (ce qui se passe en général en fin de mouvement). Le mieux est de regarder quelques sessions sur Youtube. Les premiers temps, il est recommandé de ne faire que des parties simples comme le cou et les joues, puis de finir au rasoir à main (DE pour Double Edge). Personnellement, j'ai la chance de ne pas devoir me raser tous les jours, ce qui permet à la peau de se reposer et de récupérer des coupures éventuelles, tout en alternant avec un rasoir électrique.

Si se raser au coupe chou procure un certain plaisir via le maniement de la lame (pogonotomie), il faut reconnaître qu'il prend du temps et nécessite d'être concentré du début à la fin. Compter 20/30 minutes entre la préparation, le rasage et le nettoyage du matériel (la lame n'est pas en inox, il faudra donc qu'elle soit complètement sèche sous peine de voir rapidement apparaître des traces d'oxydation !). Aspect non intuitif, il faudra également éviter de laisser son matériel dans une salle de bain, sauf si celle-ci est très bien aérée, pour éviter l'oxydation due à la vapeur d'eau. C'est un art qui intéressera donc les amateurs de belles lames qui ne sont pas pressés.

L'alternative entre le tout jetable et le coupe chou reste le rasoir de sûreté artisanal. La première version aboutie date de 1880. On la doit aux frères Kampfe, version qui subira par la suite de nombreuses améliorations, notamment sous l'impulsion de l'américain Gillette, précurseur des lames jetables (et qui dit jetable, dit achat récurrent). L'avantage de ce type de rasoir est d'avoir une peau toujours tendue sur la zone à raser grâce aux montants supérieurs et inférieurs, mais aussi d'avoir un angle optimal pour les lames. Il n'en reste que les lames jetables (même si elles sont recyclables) ont une durée de vie assez courte, ce qui est moins bien d'un point de vue écologique que le coupe chou. Dans tous les cas, plusieurs artisans se mettent sur ce créneaux et proposent des manches originaux accueillant des têtes de rasoir standards.

Pour aller plus loin dans ce monde tranchant, je conseille la lecture du forum du Coupe Chou Club qui est une mine d'informations. Ce sera l'occasion d'acquérir son matériel à prix raisonnable auprès d'autres membres passionnés.

Dernier gif les joies du code Quand un collègue m’interrompt en pleine réflexion