Musique

Dorothy

Wednesday, 11 January 2023
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Groupe Dorothy en concert

Sur la scène rock, peu de chanteuses sortent du lot. Non pas que le nombre de groupes avec une figure féminine en proue ne soit pas important, mais le résultat est souvent décevant. Dorothy Martin fait partie de ces rares élues qui, en plus d'avoir une voix extraordinaire, possède un physique tout à fait avantageux. Autant de points forts qui lui permettent de nommer son groupe avec son propre prénom ! Néanmoins, il faudra des musiciens pour habiller sa voix. C'est ainsi qu'est fondé le groupe en 2013 avec Mark Jackson (guitare), Gregg Cash (basse) et Zac Morris (batterie) qui tombent immédiatement sous le charme de la jeune femme. Ces derniers apportent la partie rock, à la fois old school de part les riffs mis en avant, et très moderne avec des distorsions faisant penser à des samples, ainsi que des coups de basses bien sentis !

Pochette de Rockisdead

Après un premier EP (éponyme !), sort en 2016 l'album Rockisdead. Il mériterait clairement d'intégrer le top 10 des meilleurs albums rock de la décennie ! D'ailleurs, il a été classé 5e sur le US Top Hard Rock Albums de Billboard. Bien que de nombreux titres ou extraits ont été intégrés à des publicités, séries et jeux vidéos, il n'a jamais connu le succès qu'il mérite, sur place ou à l'étranger. D'ailleurs, Dorothy se cantonne principalement au sol Américain (ce qui est déjà beaucoup). Peut-être est-ce dû à leur label Roc Nation, le mastodonte fondé par Jay-Z, qui ne pousse pas assez fort ses "petits" artistes ? Dorothy sort clairement du cadre et n'est pas forcément suffisamment "bankable" pour partir à la conquête du monde. Pour autant, de nombreux clips ont été réalisés, parmi lesquels Dark Nights est le plus drôle. Le plus abouti étant Raise Hell (qui n'en oublie pas le côté décalé). Mais le meilleur titre de l'album, Gun In My Hand, restera en version audio uniquement (ce qui n'est pas forcément plus mal).

Six mois plus tard, il y a le feu dans la maison, le groupe se "dissout". Début 2017 il ne restera que Dorothy, accompagnée d'un nouveau staff (dont un second guitariste) pour commencer "une nouvelle aventure". Malgré la bonne promesse du single Down To The Bottom (créée pour Forza 4, excusez du peu !), le groupe a perdu toute l'énergie de ses débuts et ne produira plus rien d'intéressant... Avec 28 Days In The Valley (2018), il y a clairement eu un virage pop/rock dû à la nouvelle formation (peut-être un peu plus réconfortante pour la chanteuse), ainsi qu'à la nouvelle productrice Linda Perry, également co-autrice de la plupart des titres (ce qui était également le cas pour Rrockisdead avec les deux producteurs et co-auteurs Mark Jackson et Ian Scott). Il est intéressant de noter l'implication des producteurs, qui ne sont pas seulement présents pour financer, mais qui participent activement à la conception comme membre à part entière. La Diva est désormais traitée comme une pop star avec des clips flashy, des thèmes beaucoup moins subversifs et un son très lissé. On retrouvera un son un peu plus agressif sur Gifts from the Holy Ghost (2022), particulièrement sur les introductions qui sont très intéressantes, mais dès qu'intervient le refrain, les arrangements redeviennent très "commerciaux". Ce qui tranche avec les concerts qui sont beaucoup plus énergiques.

Deux reprises sont disponibles en bonus : No Church In The Wild (de Jay-Z et Kanye West) avec des influences métal délicieuses, ainsi qu'un I Put A Spell On You qui rendrait terriblement jalouse Nina Simone !

L'histoire aurait pu s'arrêter là, mais il arrive parfois d'avoir de très bonnes surprises, quelques petits cadeaux laissés par la vie. Et quelle claque reçue avec la reprise "unplugged" de What's Coming To Me, enregistrée pour une interview de Matt Pinfield. Débarrassée de toutes fioritures, libérée, Dorothy laisse éclater toute la puissance de sa voix, la partie instrumentale n'étant qu'un léger support (rythmique). Il y a quelque chose d'à la fois vibrant et magnétique quand on la regarde chanter ainsi, un frisson qui parcourt la peau dès les premières paroles. Un plaisir qui montre crescendo, jusqu'à l'explosion finale. Elle se permet même d'écraser les chœurs pour prolonger ce plaisir jusqu'au bout. Trois couplets durant lesquels on se délecte de toute sa palette vocale et de ses infinies variations. C'est toute la magie des versions acoustiques : avoir une partie instrumentale plus sobre, comme lors des concerts, tout en bénéficiant de la qualité audio du studio, le tout en live ! Rest In Peace fut également jouée. Le résultat est pas mal du tout, bien qu'un peut en dessous (mais le morceau se prête moins aux envolées lyriques).

Rape Me

Sunday, 18 September 2022
|
Écrit par
Grégory Soutadé

C'est un sujet qui défraie régulièrement la chronique, particulièrement depuis que le mouvement #metoo a un peu libéré (dans le monde occidental tout du moins) la parole des femmes. Le public est d'ailleurs friand de détails dans ce genre de cas. Pourtant, les affaires qui apparaissent dans la presse ne sont qu'une infime partie de la réalité sur le terrain. Et si le sujet est souvent porté sur les femmes, il ne faut pas oublier que les enfants (filles et garçons), ainsi que les hommes en sont aussi victimes. Le viol n'est d'ailleurs souvent que le dernier maillon de la chaîne, l'acte final de tout un tas de processus (alcool, drogue, violence, précarité, perversité, autorité physique ou morale) qui conduit le fort à s'attaquer au faible. Les séquelles des victimes sont douloureuses et profondes, ne refaisant surface parfois qu'au bout de plusieurs années. Dans notre société morale, il est primordial de lutter contre ce fléau qui détruit des vies. Il serait d'ailleurs intéressant de renforcer les moyens de prévention et de détection pour intervenir en amont plutôt que dans la répression (souvent trop tardive et inefficace) qui implique d'arriver après la bataille. Il faut malheureusement reconnaître qu'il est difficile de prendre des mesures coercitives sans fait démontré, au risque de tomber dans le piège d'une société injustement arbitraire qui surveille massivement ses membres (mais sur ce dernier point, on s'y rapproche de plus en plus). Il faut également noter que l'appareil judiciaire et le tribunal populaire sont souvent très virulent quand éclate une affaire, faisant fi de la présomption d'innocence, ce qui amène parfois à ruiner des vies à cause d'allégations mensongères...

En 1993, Nirvana, désenchanté par le succès planétaire de Nevermind sort son troisième et dernier album In Utero, plus grunge encore. La quatrième piste est Rape Me (viole moi), un des rare titre de cet opus qui passe parfois sur les ondes même s'il apparaît de nos jours comme très polémique, trop éloigné du politiquement correct... C'est pourtant un morceau très puissant, qui n'a pas prit une ride en un quart de siècle ! En papillonnant de suggestion en suggestion, je suis tombé sur sa reprise par la chanteuse Russe Ai Mori en duo avec la Brésilienne Violet Orlandi. L'interprétation par deux jolies jeunes femmes renforce encore plus le message original. Mais ce qui m'a encore plus frappé est la qualité exceptionnelle du clip en terme de prise de vue et d'effets spéciaux (la lumière, le sang, la chair...), le tout réalisé avec "seulement" des moyens semi-professionnels. Ce n'est pourtant pas un coup d'essai pour Ai Mori, d'autres de ses vidéos possèdent une réalisation très poussée, avec un soucis du détail et de la mise en scène d'un niveau cinématographique. Même remarque côté musical, le mixage est parfait, avec une égalisation des voix (de tête et de chœur) sans faute. Pas évident, surtout quand l'enregistrement s'est probablement fait à distance (dixit le fond noir). La partie instrumentale est jouée par DoomTech9, c'est une revisite plus "propre" que l'original et qui fait la part belle à la ligne de basse donnant ainsi beaucoup de volume.

La plupart du temps, les voix féminines diminuent l'intensité et la violence des morceaux, mais quand les paroles sortent du plus profond du corps et du cœur, le résultat est juste sublime. Les deux chanteuses réalisent non pas une simple copie de l'original, mais une véritable interprétation avec des modulations dans la voix qui donnent vraiment vie au texte, particulièrement marquées chez Violet qui joue l'ange quand Ai joue le démon. Cette dualité n'était pas présente à l'époque où Kurt chantait seul, avec un ton plus neutre, moins mélodique, comme détaché des événements. La finalité se voulait alors grunge et non mélodique. Et que dire du final où l'émotion exprimée est tout le contraire des paroles ?

Question piège : faut-il continuer à soutenir les artistes Russes ou isoler complètement le pays et ses habitants pour espérer une révolte populaire (ou simplement les punir) ? La meilleure réponse se trouve dans cette vidéo, sortie le 4 février 2021. Un artiste est celui qui de part son art dérange l'ordre établi.

Cachemire : Dernier Essai

Sunday, 03 April 2022
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Dernier Essai (2022)

Pochette de Dernier Essai

Février 2022, Cachemire sort son nouvel album Dernier Essai. Hasard ou non, le tournoi des 6 nations 2022 s'achève sur un grand chelem du XV de France, ce qui n'était plus arrivé depuis 12 ans ! Personnellement, je n'aurais pas eu à attendre les 4 années qui nous séparent du précédent opus.

Si on devait résumer, il s'agit d'un album en deux parties. La première est plus proche de Qui est la punk ?, tandis que la seconde est plus dans l'esprit de Photoshope moi. Autant dire que tout le monde n'y trouvera pas forcément son compte (ce qui est d'ailleurs mon cas !), ou inversement... Commençons par ce qui fait mal : Pour l'enregistrement et le mixage, le groupe a choisi de faire confiance aux même personnes que précédemment (notamment Charles De Schutter au Rec'nroll studio), ce qui est une bonne chose. Malheureusement (le succès aidant ?), la distribution est assurée par Sony Music France et (conséquence ou non ?), quelqu'un d'autre a pris en charge le mastering. Résultat, on se retrouve avec des basses gonflées à bloc, des aigus ultra compressés, le tout venant surcharger la bande des médiums produisant une bouillie assez infâme à l'écoute... Autre grosse déception, la superbe reprise de Alors On Danse pointe aux abonnés absents. Choix artistique ou technique/financier (pas facile de toucher au demi-dieu Stromae) ? Cela restera dans les petits papiers du groupe. Toujours est-il que Fred semble avoir arrêté la cigarette (...), ce qui est fort dommage (pour nous en tout cas).

L'album commence pourtant très bien avec un énergique Criez dont le clip avait été dévoilé quelques semaines plus tôt. On enchaîne avec un superbe Je, critique de cet homo sapiens qui se prend pour le roi du monde. Influenceur, parodie du système d'influence des réseaux sociaux correspond au nouveau chemin emprunté par Cachemire avec un rythme rapide, teinté de sonorités pop ainsi que des montées plus fréquentes dans les aigus durant le refreain. Rester mort est sans doute le meilleur morceau de l'album : à la fois mélodique, agressif et puissant, une très belle réussite ! Rouge, fruit de la collaboration avec Kemar de No One Is Innocent, commence très fort et aurait pu être excellent s'il ne se vautrait pas lors du refrain chanté. Le reste de l'album, malgré quelques bonnes intentions (comme sur Les Petit Poings en partie chanté par Niko Jones de Tagada Jones ou encore Dernier Essai), ne correspond pas mes "standards" et est très difficilement écoutable tant au niveau de la composition que du mastering.

On sent que le groupe prend de l'envergure, poussé par une scène rock française renaissante, après des années de relégation. Avec ce nouveau statut vient également le choix des collaborateurs et des contraintes plus importantes. Ce genre de mutation n'est jamais facile à gérer et, là où beaucoup de groupes se sont perdus en chemin, espérons que Cachemire fera les bons choix !

Cachemire

Sunday, 09 January 2022
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Groupe Cachemire

Il y a des fois dans la vie où, par un jugement trop hâtif, incomplet ou simplement par manque d'information, l'on passe à côté de certaines choses ou de certaines personnes. C'est aussi le charme des rencontres éphémères, qui laissent parfois un arrière goût de regret. Et puis, de temps en temps, la vie vous offre une seconde chance. Ce fut le cas en ce qui concerne la découverte de Cachemire (des "potes" de ce super groupe Manceau qu'est Outrage). Ma première impression les concernant fut très moyenne. Pourtant, lors de la promotion d'un prochain festival, il n'aura fallu qu'un petit extrait de 20 secondes (Moi être roi) pour prendre une grosse claque ! J'ai alors tendu avec joie la seconde joue avec l'écoute de la reprise de Alors on danse. Direction la section boutique sans même avoir entendu le reste de l'album. Dix jours plus tard, un nouveau CD (qui achète encore des CD en l'an 2000 ... 22 ???) venait s'ajouter à la longue série de pensionnaires déjà présents, avec en prime une photo dédicacée !

Commençons par le début. Cachemire c'est avant tout quatre garçons (Fred, Sven, Seb et Farid) qui ont décidés de faire du rock, du vrai ! Le nom, bien que trop générique à mon goût (ce qui rend le référencement parfois difficile), provient du titre Kashmir (ici francisé) de Led Zeppelin. Le groupe se forme sur Rennes en 2012 et sort un premier EP de 4 titres Blonde Box. Deux ans plus tard, en 2014, Photochope-moi est la version "finale" du cet Extended Play. On parle ici d'un rock relativement trivial, qui reprend les influences des quatre garçons. Le tout manque clairement de caractère.

Quatre ans plus tard le quatuor revient sur le devant de la scène avec Qui est la punk ?, une véritable petite bombe. Les p'tits gars ont prit de l'épaisseur. Le son est propre, profond, percutant. Ils nous gâtent d'un équilibre entre compositions originales et riffs plus classiques dans le milieu du rock, ici habillés par Cachemire en mode "gros son". Les textes sont acérés, frontaux ou légèrement décalés. Le tout chanté en Français s'il vous plaît ! Fred (auteur et interprète) est énervé et il le fait savoir. Il a d'ailleurs dû prendre des actions chez Marlboro afin de nous offrir une voix délicieusement rauque, tout en étant capable de monter haut dans les aigus et ce, de manière totalement maîtrisée. Ce dernier s'occupe en plus de tous les aspects esthétiques du groupe. Une esthétique clairement léchée à base de N&B / orange que l'on retrouve aussi bien sur les diverses photos promotionnelles, le livret que dans les clips (ses études dans le design n'y sont pas étrangères).

Qui est la punk ? (2018)

Pochette de l'album "Qui est la punk ?"

Qui est la punk ? commence "gentiment" avec La veste. Satire politique un brin décalée mais au combien d'actualité ! Le clip intègre de bonnes idées, mais est déconseillé pour les personnes épileptiques... Il n'en fallait pas moins pour introduire un des gros morceaux de l'album Moi être roi, qui passera sûrement en boucle pendant un certain temps. Il s'agit d'un bel hymne à notre cher président (les présidents changent, pas les mentalités...). On poursuite avec Sexy Beat qui a un léger goût des années 90'. Qui est la punk ? est le deuxième coup d'éclat de cette galette. Il met en avant la vie de Pierrette (égérie de l'album), ancienne déportée dont l'existence est à la fois proche et tellement éloignée de la notre. Tandis que Come on baby hérite des influences pop/rock anglaise du groupe. Dans le genre complètement décalé, on a droit à un surprenant Éric Cantona. Après une "petite" critique ecclésiastique, Joue avec nous envoie du lourd. Vient alors It's only you, clin d’œil au rock des années 80. Tic tac étant le seul titre un peu calme et mélancolique (parce qu'il en faut aussi dans le rock), réflexion sur le temps qui passe. Pour finir sur une excellente note, M. Ducontoir avec ses éléments clairement métal ainsi que quelques touches électro vient parfaire un superbe opus.

Dernier Essai (2022)

Pochette de Dernier Essai

Février 2022, Cachemire sort son nouvel album Dernier Essai. Hasard ou non, le tournoi des 6 nations 2022 s'achève sur un grand chelem du XV de France, ce qui n'était plus arrivé depuis 12 ans ! Personnellement, je n'aurais pas eu à attendre les 4 années qui nous séparent du précédent opus.

Si on devait résumer, il s'agit d'un album en deux parties. La première est plus proche de Qui est la punk ?, tandis que la seconde est plus dans l'esprit de Photoshope moi. Autant dire que tout le monde n'y trouvera pas forcément son compte (ce qui est d'ailleurs mon cas !), ou inversement... Commençons par ce qui fait mal : Pour l'enregistrement et le mixage, le groupe a choisi de faire confiance aux même personnes que précédemment (notamment Charles De Schutter au Rec'nroll studio), ce qui est une bonne chose. Malheureusement (le succès aidant ?), la distribution est assurée par Sony Music France et (conséquence ou non ?), quelqu'un d'autre a pris en charge le mastering. Résultat, on se retrouve avec des basses gonflées à bloc, des aigus ultra compressés, le tout venant surcharger la bande des médiums produisant une bouillie assez infâme à l'écoute... Autre grosse déception, la superbe reprise de Alors On Danse pointe aux abonnés absents. Choix artistique ou technique/financier (pas facile de toucher au demi-dieu Stromae) ? Cela restera dans les petits papiers du groupe. Toujours est-il que Fred semble avoir arrêté la cigarette (...), ce qui est fort dommage (pour nous en tout cas).

L'album commence pourtant très bien avec un énergique Criez dont le clip avait été dévoilé quelques semaines plus tôt. On enchaîne avec un superbe Je, critique de cet homo sapiens qui se prend pour le roi du monde. Influenceur, parodie du système d'influence des réseaux sociaux correspond au nouveau chemin emprunté par Cachemire avec un rythme rapide, teinté de sonorités pop ainsi que des montées plus fréquentes dans les aigus durant le refreain. Rester mort est sans doute le meilleur morceau de l'album : à la fois mélodique, agressif et puissant, une très belle réussite ! Rouge, fruit de la collaboration avec Kemar de No One Is Innocent, commence très fort et aurait pu être excellent s'il ne se vautrait pas lors du refrain chanté. Le reste de l'album, malgré quelques bonnes intentions (comme sur Les Petit Poings en partie chanté par Niko Jones de Tagada Jones ou encore Dernier Essai), ne correspond pas mes "standards" et est très difficilement écoutable tant au niveau de la composition que du mastering.

On sent que le groupe prend de l'envergure, poussé par une scène rock française renaissante, après des années de relégation. Avec ce nouveau statut vient également le choix des collaborateurs et des contraintes plus importantes. Ce genre de mutation n'est jamais facile à gérer et, là où beaucoup de groupes se sont perdus en chemin, espérons que Cachemire fera les bons choix !

Outrage : Pavillon Noir

Sunday, 07 November 2021
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Pavillon Noir (2021)

Pochette Pavillon Noir

Comme beaucoup d'acteurs du spectacle vivant, les membres d'Outrage ont été impactés par la crise sanitaire : plus de concerts. Si la pandémie pèse sur le moral, elle pèse encore plus sur les finances. Point de concerts pour un groupe de musique veut également dire point de recettes tirées des commissions et du merchandising de la vente de produits dérivés. Seulement voilà, 2021 c'est l'anniversaire d'Outrage, 25 ans ! Impensable de ne pas le fêter sans sortir un album (4 ans se sont écoulés depuis Villa Rotenburg). La troupe s'est donc tournée vers ses fans avec une campagne de financement participatif sur Ulule durant le mois de mai. L'objectif initial était de 4 500€ pour le mixage, le mastering, le pressage, la SACEM, la pochette et un clip. C'était jouable en 6 semaines, mais pas forcément gagné d'avance. 6 semaines plus tard (et beaucoup de pub ça et là), 11 500€ ont été récoltés grâce à 220 contributeurs ! (255% de l'objectif), une belle réussite donc. Les premiers paquets partiront en octobre (avec des cadeaux bonus : carte postale, pins, sous-verre) et en prime la fameuse "bamboche" (concert, surprises, open bar...) qui est prévue pour décembre à la maison (le Mans) !

Les 25 ans du groupe marquent également un tournant puisque Charles, chanteur et principal contributeur des textes, laisse sa place à Fouancis (le bassiste). Retour vers des sonorités plus Ska avec une ambiance non moins revendicative. Étrangement, on sent l'influence des quarantenaires (autrement appelée maturité ?) dans les thématiques abordées (l'effort physique, la hiérarchie, les potes, la jeunesse...). Moins agressif également. On regrettera d'ailleurs un son où la basse est légèrement trop présente et qui écrase un peu les aigus des cuivres et de la guitare (on ne leur en veux pas, avec l'âge ils entendent moins bien :)).

Pas facile de passer après un dernier opus d'excellente facture. Pour autant le groupe sait se renouveler et sortir, malgré la pression de l'attente, un album qui, tout en étant différent, est tout aussi excellent. Il reprend dans sa construction les multiples éléments qui ont jalonnés la vie du groupe et n'est donc pas linéaire. En définitive, de quoi satisfaire tout le monde.

On commence l’écoute avec une petite introduction assez punk, qui laisse néanmoins une belle place aux cuivres en seconde partie avant d'enchaîner sur un énergique Allergique à l'effort (second clip). L'aspect politique s'invite ensuite. Vient alors le morceaux éponyme Pavillon noir qui nous plonge directement dans l'ambiance corsaire avec une place de choix pour la cuivraille. Une belle réussite autour d'une mélodie accrocheuse. Tout le Monde Chez Toi ne relâche pas la pression, on pourrait y lire entre les lignes la question de l'immigration. Puis Tout le Monde Chez Soi nous rappelle au bon souvenir du confinement, c'est le premier morceau rendu public par le groupe pour tromper son notre ennui. Après cette petite pause, une ambiance plus rock/electro s'installe avant de rebasculer sur du ska. L'autre gros carton de l'album est sans conteste la reprise de Tu Vuò Fà L'Americano, un classique Napolitain gonflé aux amphétamines. Cerise sur le gâteau avec un clip lâché dans la fosse afin de patienter jusqu'à la sortie. L'introduction très retro de Pas Ma Faute cache bien son jeu. Le groupe se paye le luxe d'une choral d'enfants sur l'avant dernier titre. Surprise finale, nous avons droit non pas à un énième titre, mais une outro avec chorale. Pour conclure, Pavillon Noir est une réussite à tous les étages, et même 25 ans plus tard, l'Outrage ne fait que commencer !