Le bruit des glaçons
Sunday, 29 August 2010
|
Écrit par
Grégory Soutadé

 

Reclu dans sa grande demeure de campagne, entouré de sa servante et de sa très jeune femme Russe, un écrivain célèbre (Jean Dujardin) a depuis longtemps sombré dans l'alcool (le blanc exactement). Après le départ de sa femme et de son fils de 8 ans, à cause de ses problèmes d'alcool, il n'est plus arrivé à écrire une seule ligne et se contente de boire toute la journée. Débarque à l'improviste son cancer (Albert Dupontel), il ne lui reste donc plus longtemps à vivre, mais le bougre s'accroche !

L'histoire s'articule donc autour de ce cancer (physique) qui va bientôt survenir. Seules les personnes qui en son atteint ou les personnes qui aiment leurs proche, malades, peuvent le voir. C'est bien sûr un moment pour faire le bilan de ce qu'on est devenu et de ce qu'il nous reste à réaliser pendant le peu de temps restant. Mais le film ne s'aventure pas trop profondément dans cette voie et c'est beaucoup mieux ainsi, il se distingue des films complètement dramatiques (voir pathétiques) du même genre laissant place à quelque chose d'un peu plus léger et drôle.

On avait l'habitude de voir Dujardin dans des rôles plus comiques, mais c'est un acteur complet et il le prouve, ainsi que ses partenaires qui jouent parfaitement. Malgré la lourdeur du sujet, il y a quelques passages assez drôle. Les dialogues sont tout simplement splendides. Les effets de flash back, d'apparition ou non du cancer, sont parfaitement orchestrés, ils donnent une réelle profondeur. La réalisation reste très française. Le grand public pourra reprocher un enchaînement un peu lent de quelques scènes. "Le bruit des glaçons" est donc plus un film d'auteur qu'un Blockbuster, et même s'il est très bon, il ne plaira pas à tout le monde. Seul petit bémol concernant la bande originale qui n'est pas terrible.

Personnellement j'attendais beaucoup de Jean Dujardin depuis la série des OSS et je ne suis pas déçu !

Auteur :


e-mail* :


Le commentaire :




* Seulement pour être notifié d'une réponse à cet article