Sunday, 05 April 2020
|
Écrit par
Grégory Soutadé

La crise sanitaire actuelle pousse les entreprises à recourir autant que possible au télétravail. En tant qu'ingénieur logiciel, mon activité s'y prête plus facilement que dans d'autres domaines : un SSH/VNC auquel on pourra adjoindre Jabber, un webmail et un webex pour les réunion audio et roulez jeunesse ! Néanmoins, mon environnement de bureau principal est légèrement différent, de XFCE au travail, je passe à Gnome 3 à la maison. Ainsi, un gadget devenu indispensable n'est plus disponible : le Generic Monitor alias genmon. Indispensable car il me permet de connaître en temps réel le nombre de mail non lus de ma boîte mail.

Ce plugin XFCE permet d'exécuter à intervalle régulier un script, récupère sa sortie et l'affiche (avec un formatage HTML) dans la barre des tâches (en réalité, là où le plugin est instancié). S'il a plutôt tendance à être épuré, le bureau Gnome 3 permet de créer facilement des extensions en Javascript. Un équivalent de genmon n'existant pas, j'ai pris mon courage à deux mains pour le développer.

L'extension Gnome Shell Generic Monitor vient d'être officiellement acceptée !

Capture Gnome Shell Generic Monitor

Les sources (sous licence GPL) sont disponibles sur la forge.

Contrairement au plugin XFCE, celui de Gnome 3 ne lance pas de script, il ne fait qu'écouter via DBUS des requêtes applicatives. Cela ajoute de la souplesse en faisant tourner un ou des scripts simples "métiers", plutôt que d'avoir à développer des extensions spécifiques à chaque fois.

Un exemple Python est fourni, c'est un extrait du script qui tourne chez moi. En plus du nombre de mail, j'affiche également une icône lors de la réception d'un message Pidgin (pratique quand on a raté la notification sonore ou que l'on n'a pas le casque sur les oreilles). Autant j'ai pu être traumatisé à l'époque (plus de 10 ans, certes...) par CORBA, trouvé SOAP assez lourd, autant les wrappers DBUS (du moins Python et Javascript) sont simples à mettre en œuvre. Le seul point négatif : la documentation des extensions n'est pas très fournie, il faut souvent passer par la documentation GNOME (pour le langage C) ou directement regarder les exemples.

Monday, 16 March 2020
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Logo gPass

Petit rappel : gPass est un gestionnaire de mot de passes en ligne. C'est une alternative libre à lastpass. Il permet d'héberger un serveur de mot de passe, qui stockera un mot de passe fort et unique pour chaque site web. Les mots de passes sont chiffrés par une "clé maître" que seul l'utilisateur connaît et sont remplacés à la volée dans le formulaire d'authentification.

Bonne nouvelle ! La version 0.9 de gPass a été validée par l'équipe de Chrome (j'attendais une notification par mail, mais il ont fait ça en douce !). Cette version aurait du sortir plus tôt, mais plein de petites fonctionnalités sont venues se greffer.

Quelles sont les nouveautés ?

Tout d'abord, derrière le rideau, avec une ré architecture du code. Désormais, l'ensemble du code se situe dans la page d'arrière plan (background.js) et les fonctions sont appelées via l'échange de messages.

Ensuite, il y a eu des changements plus visibles. La partie la plus intéressante se situe dans l'ajout d'un popup (en cliquant sur l'icône gPass en haut à droite), qui permet de faire une requête au serveur de mot de passe en de hors du formulaire courant. Ainsi, si du code malveillant est intégré à la page web que l'on visite, il ne verra jamais transiter la clé maître. Dans la mesure du possible, le champ "nom d'utilisateur" du popup est rempli automatiquement avec la valeur contenu du formulaire cible. Si cela est possible, une fois que le mot de passe est récupéré, il est directement injecté dans le formulaire, lui même automatiquement validé (sauf à utiliser le préfixe @_). Si ce n'est pas possible, il est copié dans le presse-papier.

Fonctionnalité simple, mais très utilise lorsque l'on souhaite ajouter une nouvelle entrée dans le serveur de mot de passe, le popup crée automatiquement un lien vers l'adresse de notre serveur avec le nom de domaine courant et (si disponible), le nom d'utilisateur.

Ensuite, toujours dans l'objectif d'améliorer la sécurité quant à la fuite de la clé maître, l'icône de gPass devient verte lorsque l'extension est capable de gérer le champs "mot de passe" du formulaire courant, lorsque celui-ci obtient le focus, sinon elle reste jaune.

Finalement, deux entrées ont été ajoutées au menu contextuel de l'icône : les paramètres de l'extension et la possibilité d'activer/désactiver l'extension pour le site web courant (doit être paramétré pour chaque navigateur).

Les addons sont disponibles ici (firefox) et (Chrome). La partie serveur est à télécharger sur la page du projet, elle doit doit être mise à jour.

Monday, 16 March 2020
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Pour entamer ce printemps 2020, ce n'est pas une, mais deux courses qui nous attendent. Espérons que l'épidémie de Covid-19 n'influera ni sur l'organisation, ni sur la participation.

Affiche Foulées des Baous 2020

Pour commencer, le dimanche 5 avril 2020 se déroule la traditionnelle foulée des Baous. Un superbe semi-trail de 10km entre Saint-Jeannet et la Gaude pour soutenir l'association "Ensemble avec Benoît" qui a pour vocation de sensibiliser la population au don de moelle osseuse dans le cadre de la lutte contre la leucémie. D'autres épreuves seront également organisées comme le 4km, la marche solidaire ou les courses pour enfants (400m et 800m). La course est pour le moment reportée

Affiche ascension du Col de Vence

Un mois plus tard, le dimanche 3 mai, se déroule non loin de là, l'ascension du Col de Vence. Une première pour ma part. Il faudra parcourir les 11.8km depuis le centre de Vence jusqu'au sommet du col avec 620m de dénivelé positif (6% de moyenne sur la route du col, 7% au maximum). Le parcours se déroule entièrement sur route, fermée pour l'occasion. Des ravitaillements sont prévus tout le long du parcours, ainsi qu'une navette pour, d'une part monter les affaires personnelles des coureurs à l'arrivée, et d'autre part, assurer la retour une fois la course terminée. L'épreuve fait également partie du Challenge National des Courses de Montagne. Cette année les organisateurs ont choisi de soutenir l'association Trisomie 21 Alpes-Maritimes via le versement d'une partie des droits d'inscription. Aucune épreuve alternative n'est prévue.

Dans tous les cas, il faudra être en possession d'une licence sportive (FFA ou autre) ou d'un certificat médical de moins d'un an afin de procéder à l'inscription.

Wednesday, 12 February 2020
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Brothers In Ideals (2020)

Pochette "Brothers In Ideals"

La genèse de Brothers In Ideals se trouve dans la tournée réalisée à l'occasion de la sortie (et de la promo) de We The People Of The Soil. Certains morceaux sont alors joués de façon acoustique, ce qui semble plaire au public. S'en suit la tournée aux États-Unis sous la houlette de Clutch. C'est l'occasion de passer voir Vance Powell dans le Tennessee, lui qui a déjà contribué aux deux albums précédents. Ils décident alors, pour le plaisir dans un premier temps, d'enregistrer de nouveau l'intégralité de We The People Of The Soil en acoustique (en version unplugged). Deux jours suffisent. Visiblement, le résultat étant suffisamment qualitatif, et surtout déjà enregistré, alors pourquoi ne pas le sortir ? C'est ce qui est décidé. Le temps de caler une nouvelle tournée pour 2020 (100 dates en 2019), c'est donc le 17 janvier que devient disponible ce 7e album. 14 dates sont prévues en France, 5 dans la foulée au Royaume-Uni et encore bien d'autres à partir de l'été (dont une représentation au HellFest).

Bref, le succès est clairement au rendez-vous ! Qu'en est-il de ce nouvel opus ? Sans surprise, les morceaux (paroles et mélodies) sont connues. Pour autant, le rendu est totalement différent. Là où We The People Of The Soil apparaît très brut de décoffrage, son pendant acoustique apporte beaucoup de douceur et de profondeur aux différents morceaux. La grande nouveauté réside dans le fait qu'il ne s'agit plus d'un duo, mais d'un quintet avec la venue d'un violon, d'une contrebasse et d'une orgue électronique. Exit la guitare électrique, bonjour la guitare sèche. Le style bascule sur de la "folk". Quelques points noirs subsistent comme certaines montées dans les aigus (comme dans Ideologies) toujours aussi désagréable.

Mais ne boudons pas notre plaisir, c'est un album tout à fait délicieux qui se laisse écouter sans aucun problème autant en premier qu'en arrière plan. Note spéciale pour Globalisation Blues qui conserve toutes ses qualités. D'un point de vue général, chaque instrument occupe parfaitement sa place (le violon un peu trop présent parfois comme sur No Deals At The Crossroads). L'orgue remplace allègrement la guitare électrique, et souligne la mélodie. La contrebasse apporte un appui et une douceur très agréable. Les parties rythmiques, plus jazzy, sont parfaitement maîtrisées. Il n'en reste que les deux derniers morceaux sont toujours aussi décevants.

Il faudra attendre quelques années et le prochain album, néanmoins il est amusant de retracer la trajectoire musicale des deux compères qui sont partis d'un funk endiablé pour progressivement passer vers du rock puis blues/rock et finalement de la folk. Chaque transformation s'apparente à une décennie de leur vie, de maturation intérieure et du monde qui les entoure.

Dernier gif les joies du code Quand je n’ai pas géré les effets de bord