Monday, 07 October 2019
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Avec un peu de retard et un mois de septembre qui est passé trop rapidement, on y est. C'est la reprise ! L'été fut studieux et il faudra(it) en récolter les efforts.

Logo Odyssea

Pour commencer, il y a la course tant attendue, celle d'Octobre rose, à savoir Odyssea à Cannes. Plus de 2000 participants sont attendus le dimanche 27 octobre 2019 afin de soutenir la lutte contre le cancer du sein. Un parcours plat sur le front de mer en 5km ou 10km, marché ou couru pour la modique somme de 15€. Il faudra se lever tôt étant donné que le départ de l'épreuve reine est donné à 9h15.

Retours : Après une édition 2018 marquée par un 10km orageux, c'est sous un soleil magnifique (et quelques 20°C) que s'est déroulé l'ensemble des épreuves. Le soleil n'était pas que dans le ciel puisque les organisateurs ont eu la joie d'accueillir pas moins de 3100 participants, un records pour l'étape Cannoise qui aura permis pas moins de 24 000€ ! De mon côté, la performance en 49' été loin de celle attendue principalement à cause d'une douleur importante du nerf sciatique.

Départ course des paroisses

Deux semaines plus tard, le lundi 11 novembre pour être exact, ce sera au tour des Varois de Saint Raphaël d'organiser un magnifique trail de 12km dans le massif de l'Estérel : la fameuse Course des paroisses. Un itinéraire de 5km est également possible, ainsi que des courses pour les enfants. Il n'en coûtera que 12€, ce qui permettra de soutenir le voyage organisé pour les jeunes de la paroisse. Départ à 13h.

Logo Cross Amnesty International

Cette année 2019 se conclura le dimanche 8 décembre par la 36e édition du Cross d'Amnesty International à Valbonne. 11km pour les droits de l'Homme dans le bassin Sophiapolitain. Une variante de 4km est proposée.

Dans tous les cas, il ne faudra pas oublier de faire (ou refaire) son certificat médical !

Saturday, 05 October 2019
|
Écrit par
Grégory Soutadé

In the beginning of October, Debian pushed a security update for libssl. After installing it, all new SSH connections fails with message (even with correct password, or root login) :

fatal: privsep_preauth: preauth child terminated by signal 31

After searching on Internet, I found that nor SSH, nor libssl were in cause. It was due to an old kernel. I was running Linux 3.14 kernel because http://repo.r00t.website is not maintained.

Fortunately, Solid Run still maintains Linux kernel source tree on Github. Next instructions are based on this page.

First, mount Cubox-i filesystem from SDcard (assume it's in /mnt/cubox).

At startup, uBoot is configured to load zImage and dtb/$dtb_file. zImage is a symbolic link allowing us to have multiple kernel in /boot, let's do the same for dtb directory :

cd /mnt/cubox
cd boot
sudo mv dtb/ 3.4.14
sudo mkdir dtbs
sudo mv 3.4.14 dtbs
sudo ln -s dtbs/3.4.14/ dtb

Next, kernel compilation. The linked page suggest to do a git clone which is very big (~3GB), I suggest to download a snapshot from Github. Now, we'll follows Solid Run instructions :

sudo apt install crossbuild-essential-armhf
cd linux_sources
export CROSS_COMPILE=arm-linux-gnueabihf-
export ARCH=arm
make imx_v7_cbi_hb_defconfig
make -j4 zImage dtbs modules

Then, install compiled files :

export INSTALL_PATH=$PWD/linux_install
export INSTALL_MOD_PATH=$PWD/modules_install
mkdir linux_install
make install modules_install
cp arch/arm/boot/zImage linux_install/vmlinuz-4.9.124
sudo cp -r linux_install/* /mnt/cubox/boot/
sudo cp -r modules_install/lib/modules/4.9.124/ /mnt/cubox/lib/modules/

Linux creates an image compressed with lzop which not seems to be supported by my version of uBoot, so we need to manually copy created zImage.

Modules installation can be done in one line :

sudo make modules_install INSTALL_MOD_PATH=/mnt/cubox/

Optionally, you can export headers :

sudo make headers_install INSTALL_HDR_PATH=/mnt/cubox/usr/local/include

Switch kernel

cd /mnt/cubox
sudo rm dtb
sudo ln -s dtbs/4.9.124/ dtb
sudo rm zImage
sudo ln -s vmlinuz-4.9.124 zImage
sync

Unmount and unplug SDcard. Power up. It should now run new Linux kernel !

Solid Run also have a repository for a Debian package for kernel, but for now I didn't saw any binary repository available on Internet.

Warning, Github kernel make my server crash a lot of time due to an error in ext4/fs driver. I compiled a vanilla kernel, from linux-4.19.y branch (same as Debian stable one). Use the same instructions for compilation (just add dtbs_install to make install command). My .config is available here. I didn't test HDMI, Bluetooth nor IR (red LED is off). Last thing : root partition is now on /dev/mmcblk1p1, don't forget to update kernel command line !

Enabling serial console

The serial console seems to not work anymore. To enable it, first edit /etc/inittab and add at then end :

1:2345:respawn:/sbin/getty -L ttymxc0 115200 vt100

Then, we need to enable getty with SystemD to have login prompt at startup :

sudo systemctl enable "getty@ttymxc0"

Finally, we need to update kernel command line. Edit /boot/boot.cmd and put :

consoleconsole=ttymxc0,115200n8

Build boot.scr from boot.cmd, documentation here:

mkimage -C none -A arm -T script -d boot.cmd boot.scr
sync
Sunday, 04 August 2019
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Gâteau anniversaire 9 ans

Neuf ans. Voilà un chiffre qui commence à faire mal sur le coin de la tête ! Comme tout événement ou jalon qui ponctue notre vie et nous fait réaliser des rétrospectives, on se dit qu'il y a 9 ans, après l'achat et la configuration du SheevaPlug et bien ... j'avais neuf ans de moins !

Sans refaire tout l'historique, qui sera sûrement abordé l'année prochaine, revenons sur les événements marquants de cette année. Quelque chose qui était attendu depuis longtemps : l'arrivée d'une connexion fibre. Certes, pour l'usage personnel, l'ancienne connexion ADSL avec ses 13Mb/s descendants était suffisante pour assurer une navigation fluide, mais concernant le débit montant (donc les connexions des utilisateurs externes) ça ramait dès qu'il y avait quelques photos. Voilà un problème de résolu. Pour autant, je ne vais pas abandonner mon architecture actuelle de pages statiques pré compressées, ni mettre des tas de scripts inutiles et consommateurs de ressources aussi bien côté client que côté serveur. Vive l'internet libre, léger et sans pub ! Néanmoins, et c'est une grosse déception sur ce point, il n'y a toujours pas d'IPv6.

Buster, la version 10 de Debian, est sortie début juillet. La mise à jour du serveur était donc au menu. Elle s'est parfaitement déroulée avec très peu de problèmes concernant les fichiers de configuration et sans coupure majeure. Ce fut l'occasion de se rendre compte que Bouygues Telecom avait mis à jour sa box en ajoutant une règle qui bloque le port entrant 25... Ce qui signifie que les mails en @soutade.fr ne fonctionnaient plus depuis environ 8 mois.

Les statistiques pour cette année (entre parenthèses, les années précédentes) :

  • 19 articles publiés (22, 30, 31, 34, 49, 50, 60, 60)
  • 9 270 visites (9 580, 9 510, 23 800, 21 300, 25 000, 12 000, 18 000, 9 000)
  • 15.3 Go de données envoyées (12.5, 17, 17,9, 9, 5.5, 2.7, 2.5)
  • 22 230 pages affichées (19 887, 20 180, 26 700)

Le fameux top 10 qui cumule 41% des pages affichées (en gras, consultation principalement pour les images. Entre parenthèses, l'année de publication) :

Certes, les chiffres sont encore en baisses par rapport aux années précédentes. Je ne compte pas pour autant fermer les services. D'autant plus que certains sujets sont encore très actifs ! On continue donc avec la philosophie Debian : une nouvelle sortie quand c'est prêt ! Normalement, une nouvelle version de gPass devrait sortir courant de cette année. Il faut dire que ce projet rencontre un certain succès avec quelques 175 utilisateurs actifs ce jour. Il y a même eu un pic à 275 en début d'année. La concurrence est pourtant féroce, avec en prime deux logiciels de gestion de mots de passes homonymes (un pour Gnome et un pour Google).

Monday, 08 July 2019
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Lac de Côme depuis Lenno

Mi juin, saison rêvée pour découvrir le nord de l'Italie et ses célèbres lacs (Majeur, Côme, Garde) avant l'arrivée massive des touristes et de la chaleur. Certes, cette année, une vague de chaleur s'est invitée lors de la seconde quinzaine de juin... Pour autant, il valait mieux être en altitude qu'en ville !

Milan (Milano)

Galleria Vittorio Emanuele II

La première étape est Milan, capitale de la mode et du design. Depuis l'exposition universelle de 2015, il y a une réelle politique pour re dynamiser la capitale Lombarde et casser son image de ville industrielle. Il suffit de quelques jours pour le ressentir. C'est une ville jeune, dynamique, en perpétuel mouvement à l'image du nouveau quartier : parc fleuri, immeubles design, balcons entièrement végétalisés et autonomes en arrosage. À ce sujet, les villes italiennes, malgré la création des artères et avenues dédiées aux voitures, ont su garder leurs arbres, apportant un peu de fraîcheur aux promeneurs. Milan, particulièrement, possède de nombreux immeubles dont les balconnières sont fleuries. Mieux encore, les anciennes lignes de tramway n'ont pas été supprimées en faveur de l'automobile. On peut même voir circuler des rames des années 30 ! En sus, le faible dénivelé et la création de nombreuses pistes cyclables en site propre favorisent l'usage du vélo. Finalement, les grands parcs apportent une réelle bouffée d'oxygène aux locaux comme aux touristes. Ils sont vraiment immenses, loin de ce qu'on peut trouver de l'autre côté des Alpes. Les municipalités françaises feraient bien de s'en inspirer lors de la création/révision des plans d'urbanisme...

Duomo Milano

Mais Milan est aussi une importante place financière, siège de la bourse d'Italie. Elle transpire l'argent à l'image des hôtels de luxe, boutiques de luxe et nombreuses voitures haut de gamme qui la sillonne. Le petit passage sur la via Monte Napoleone est assez exotique.

À quelques encablures des monuments historiques, dont la cathédrale centrale est le fleuron (tenue correcte exigée : pas de jupe, épaules couvertes...), se dressent des immeubles de société qui rivalisent de hauteur les uns avec les autres. On se doit d'être visible. La ville est sans cesse en rénovation/construction, sans, visiblement, avoir de limite concernant la taille des immeubles.

Immeuble végétalisé IBM Milan

Bien sûr, la Lombarde possède moulte défauts inhérents à une métropole de son envergure : circulation automobile importante tout au long de la journée, bruit, pollution. Il y a énormément de touristes (dont beaucoup d'asiatiques). Il est d'ailleurs assez difficile de trouver des rues où personne ne fume... Il faut dire que l'agglomération Milanaise est forte de 1.3M d'habitants (plus les 2M de touristes annuels), 7M si on prend en compte l'aire urbaine. Les pics de chaleur se font donc vite ressentir. Car, Milan avec ses parcs ombragés, est l'arbre qui cache la forêt ! La région alentour est un mélange d'agriculture et d'industries. Les autoroutes périphériques sont denses, aussi bien à cause des riverains que des camions de marchandise. Résultat, si un dimanche calme, il ne faisait que 31°C sur la route, un lundi en plein après-midi, le mercure dépasse les 34°C !

Pour ce qui est des conseils pratiques, le mieux est de stationner sa voiture en périphérie dans un parking longue durée (style Parkvia) et de prendre un hébergement au centre. Concernant Parkvia, inutile de réserver, car, dans ce cas, il faut faire valider sa réservation en sortie via un interphone et du personnel ne parlant pas forcément anglais. La place de stationnement n'étant de toutes façons pas garantie. Les bonnes adresses :

  • La pâtisserie Pavè
  • Bar Cimmino 104 : tous les cocktails à 8€ et une planche apéritive est disponible gratuitement
  • Restaurant Osteria Brunello : cuisine raffinée (prix en conséquence)
  • Pizzeria Pino

Bergame (Bergamo)

Partie haute Bergame

Bergame est séparée en deux : la partie basse accueille la nouvelle ville tandis que la partie haute, fortifiée, abrite un village beaucoup plus typique (un bel exemple d'architecture locale). La liaison se fait en bus (circulation automobile réservée aux riverains sur la partie haute), par le funiculaire ou à pied.

Remparts Bergame

Autant dire qu'il est conseillé de prendre le premier à l'aller, puis de longer les remparts afin de profiter de la vue au retour. On appréciera les petites ruelles médiévales, hélas très exploitées par l'activité touristique, qui, même en juin est importante.

Cour intérieure Bergame

Si l'on pourra goûter la spécialité locale à base de polenta, il vaudra mieux regarder les ingrédients avant de se lancer : une pâte d'amande fourrée à la crème au cacao, le tout avec beaucoup de colorant. De manière générale, les Italiens sont friands de viennoiseries fourrées.

Partie basse Bergame

Même si ce n'est pas le plus joli, la petite marche depuis le nouveau parking (3€/jour) permet de découvrir les quelques monuments de la basse ville.

Bellagio

Bellagio

Probablement le grand village le plus sympathique du lac de Côme. Il occupe la place centrale dans le delta du lac. Naturellement bondé dès juin. Si certaines ont sur rester un tant soit peu authentique, ses petites ruelles ne sont dédiées qu'à la restauration et quelques boutiques de souvenirs. Il faut fuir les artères principales.

Ruelle Bellagio

Le port permet cependant de se faire une belle idée du lac et d'observer au loin la myriade de palais bourgeois (dont certains datent de la renaissance). Pour les voir de plus près, le mieux est de faire un tour en bateau (ou en bus).

Jardins Melzi Jardins Melzi

Finalement, un des points d'intérêts majeurs se trouve dans les jardins de la villa Melzi : un jardin botanique avec des essences d'arbres du monde entier. La bonne adresse :

  • Le restaurant B-Lake sur la traverse centrale (un peu cher, mais la qualité est au rendez-vous)

Mennagio - Tremezzo - Lenno

Port Mennagio

Point stratégique pour atteindre les Alpes, le lac de Côme fut très tôt colonisé par les Romains qui en expulsèrent les autochtones. S'ensuit la domination de puissantes familles, avant de devenir un lieu de villégiature privilégié de la haute bourgeoisie locale, pour finir en station balnéaire prisée des touristes fortunés. Cette histoire se reflète dans le nombre impressionnant de palais bourgeois (et maintenant hôtels de luxe) construits autour du lac. Ici, le massif Alpin plonge de manière abrupte dans l'eau. Cela a plusieurs conséquences : 1) La circulation (sur l'ancienne via Régina) est difficile (riverains, touristes, camions de livraisons), la route étant étroite, 2) À part siroter un Aperol Spritz au bord du lac, il n'y a pas grand chose à faire. Quelques villas peuvent être visitées (pour un tarif d'entrée plus ou moins important), mais dans l'ensemble, on se contente de les observer depuis le bord de la route (ou du bateau). Alors, même si c'est joli, cela ne vaut absolument pas le coup de dépenser du temps et de l'énergie à s'y rendre. De plus, il n'y a que très peu de plages aménagées pour se baigner (un petit parc à cet effet à Tremezzo).

Ruelle Lenno

Seul Lenno avec ses quelques ruelles propose un petit peu plus qu'un bord de lac, deux restaurants et des hôtels de luxe.

Côme

Cathédrâle de Côme Piazza del duomo Côme

Côme est un concentré de la région : une périphérie hideuse, un centre historique restreint et envahit par les touristes, une superbe cathédrale, des magasins et des hôtels de luxe ainsi qu'un accès au lac via un petit port. On y va pour prendre une photo avec le panneau d'entrée de la ville, rien de plus.

Stresa - Îles Borromées

Isola Bella - Borromées

À une centaine de kilomètres à l'ouest se trouve le lac Majeur (Lago Maggiore) partagé équitablement entre le Piémont et la Lombardie. Stresa est implantée sur la partie Piémontaise. On retrouve les mêmes éléments que sur le lac de Côme, mais avec une déclivité moins importante du massif Alpin permettant de faire plus d'activités de plein air (beaucoup de randonnées sont possibles). Les bus de touristes sont également très présents, mais moins qu'en Lombardie.

Palais bourgeois Stresa Palais bourgeois Stresa

Il n'y a rien de particulier à Stresa à part un mini parc zoologique privé et la possibilité de prendre le bateau pour visiter les îles Borromées. Trois d'entre elles sont visitables : l'île mère (isola madre), avec son jardin exotique, la belle (isola bella), la plus célèbre avec son château de style baroque et l'île du pêcheur (isola dei Pescatori).

Ruelle Île du pêcheur Île du pêcheur

L'île du pêcheur est plus petite, mais peut-être une des plus authentique. Pour s'y rendre, le mieux est d'utiliser les bateaux du service publique CMC qui font des rotations toutes les 30 minutes (pontons rouges), plutôt que les privés. Naturellement, les îles étant assez petites, elles sont vite submergées par les visiteurs.

Ruelle Île du pêcheur Ruelle Île du pêcheur

Port Île du pêcheur

Orta San Giulio

Isola San Giulio

Non loin de Stresa, se trouve Orta San Giulio en bordure du lac d'Orta. Ce dernier est moins prisé et permet de respirer un peu. Au-delà de son côté charmant, le village est surtout célèbre pour le site du Mont Sacré d'Orta (Sacro Monte di Orta) composé de 20 chapelles datant du XVIe et XVIIe siècle mettant en scène la vie de St François d'Assise par des sculptures et des peintures. Site inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Ruelle Orta San Giulio Ruelle Orta San Giulio

Sormano

C'est finalement le gros coup de cœur du voyage. Perché à plus de 600m d'altitude, Sormano est un village tout à fait typique, sans urbanisation excessive (comme ses voisins) malgré un nombre important de résidences secondaires. Il offre une réelle quiétude sans pour autant être mort (il y a même une école primaire). De part son altitude, les températures sont 2°C à 3°C inférieures à celles du lac, ce qui en période de canicule est vraiment appréciable. Les quelques commerçants sont tous très sympathiques et les prix pratiqués sont bien inférieurs à ce que l'on peut trouver en bordure de lac. C'est également une région où les gens font beaucoup de vélo, malgré les forts dénivelés que l'on peut rencontrer. Il faut dire que le réseau secondaire est limité entre 50km/h et 70km/h et la circulation peu dense. Les bonnes adresses :

  • Da Mara Lago Di Como : super B&B tenu par Mara, très bonne hôte qui a le bon goût de parler français.
  • Restaurant/pizzeria Don Vito : les meilleures pizzas dégustées durant le séjour (cuites au feu de bois, naturellement)

Retour

Un conseil de dernière minute : ne jamais, jamais, JAMAIS, emprunter l'autoroute dans le sens Milan -> Nice, un samedi ! Ou alors, éviter de passer par Savone (Savona). C'est le point de rendez-vous des personnes souhaitant prendre un ferry pour la méditerranée. L'autoroute, bondée, passe de trois voies à une seule pour effectuer une jonction. Autant dire que les bouchons sont légion et qu'il faudra être chanceux pour ne pas tomber sur un bouchon causé par un accident... Résultat, 1h30 quasiment à l'arrêt sous un soleil de plomb.

Friday, 07 June 2019
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Thym en fleur

Quoi de mieux pour occuper un vendredi de l'ascension qu'une petite balade sur les hauteurs de Grasse ? Comme en Décembre dernier, l'objectif est le radar de l'aviation civile (Haut-Montet) situé à 1335m d'altitude. Cette fois, il n'est plus question de suivre la conduite de gaz, mais de faire le détour par le col du Clapier. Autre changement : le point de départ qui se fait désormais à partir des terrains de tennis, juste au dessus d'altitude 500. Le parcours est donc porté à un peu plus de 10km aller et autant pour le retour.

Fleur

Début de la randonnée sur les coups de 10h afin de profiter encore un peu de la fraîcheur matinale (~20°C). Le départ est le même que pour le tour de la Marbrière, autant dire que l'on grimpe pas mal sur les premiers kilomètres.

Une fois arrivé tout en haut, il ne faut pas bifurquer vers la Marbrière, mais suivre le chemin principal qui débouche sur le vallon de St Christophe.

Ne pas bifurquer vers la Marbrière

La partie suivante est moins intéressante puisqu'il faut suivre la route sur 1km avant de prendre le chemin forestier en direction du col du Clapier.

Bifurquer vers le col du Clapier Chemin forestier

C'est alors que l'on rejoint la conduite de gaz. Attention à bien poursuivre sur le sentier balisé blanc et rouge et non sur le chemin de la conduite.

Vers la conduite de gaz Les antennes

Vallon St Christophe Continuer sur le chemin balisé

La sortie se fait juste avant la GAEC de la Malle. Poursuivre dans cette direction et prendre le sentier qui la contourne (sur la droite) avant le portail principal sans trop prêter attention aux panneaux d'interdiction d'entrée.

Le plateau de la Malle, d'en bas

Un peu plus loin, il faut tourner sur la gauche en direction du col du Clapier.

Ascension du col du Clapier Ascension du col du Clapier

Vue sur la mer

Au fur et à mesure de l'ascension, le superbe plateau de la Malle se dévoile et même à une centaine de mètres, l'odeur des ovins picote le nez.

Plateau de la Malle

Herbes sèches battues par le vent, thym en fleur. Le comité d'accueil du Clapier est splendide.

Herbes sèches et thym Fleur

Depuis les 1257m d'altitude, on a une vue époustouflante sur le plateau de la Malle, celui de Caussols et celui (au loin) de Calern. Ce détour se révèle au final plus intéressant que le chemin de la conduite de gaz ! On pourra aller explorer les quelques bergeries en ruine.

Plateau de Caussol et Calern

La suite se fait en direction du Haut-Montet, soit par la gauche (chemin balisé en jaune), soit en suivant le bord de la falaise sur la droite. L'idéal est de passer par le second à l'aller même s'il est moins évident.

Traverse du col du Clapier

Retour sur le chemin principal de la conduite. Cette fois, c'est tout droit.

Sans traîner, mais sans courir non plus, il faut bien compter ~2h30 pour atteindre le radar. Après quelques photos, il est temps de faire une pause bien méritée avec un bon casse-croûte.

Le radar du Haut-Montet

Le temps est assez brumeux sur la côte, dommage.

Depuis le Haut-Montet

Le retour suit le même chemin (sauf traverse depuis le col du Clapier), mais est plus rapide (~2h10).

Chemin balisé jaune

Pour l'anecdote, la semelle de ma chaussure droite, sûrement sous le charme du paysage, a décidé de rester sur place à mi-chemin, autant dire que les descentes dans les cailloux avec seulement une mini-semelle s'est révélée plutôt désagréable !

Dernier gif les joies du code Quand toute l’équipe s’acharne à me contredire