Poulet aux prunes
Saturday, 29 October 2011
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Téhéran, 1958, Nasser Ali, un des plus grands violonistes de son temps, décide de mourir après que son violon se soit brisé. Raconté comme un conte Perse, on découvre peu à peu les raisons qui ont amené à ce drame, le passé, le présent, le futur des protagonistes. La réalisation est bonne, mais le concept de conte n'est pas poussé jusqu'au bout et parfois on se perd un peu dans l'histoire. Les illustrations qui parsèment le film sont une très bonne idée et viennent renforcer la partie "magique" de l'oeuvre. Malgré la partie du milieu où on s'ennuie un peu, "Poulet aux prunes" est un très bon drame, avec un début et une fin superbe.

Auteur :


e-mail* :


Le commentaire :




* Seulement pour être notifié d'une réponse à cet article