The Inspector Cluzo : We the people of the soil
Tuesday, 10 July 2018
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Pochette de l'album We The People Of the Soil

10 ans, ça se fête ! À cet effet, les Cluzo sont retournés dans le Tenesee, chez Vance Powell déjà responsable de "Rockfarmers". On peut donc s'attendre à retrouver les mêmes ingrédients pour ce nouvel album. C'est le cas, ceux qui ont aimé le précédent n'en seront que plus conquis. Pour les 10 ans, le duo a voulu marquer encore plus profondément leur ancrage à la terre (the soil), on retrouve donc une musique plus folk/blues, avec une présence forte de la guitare sèche ainsi que la thématique paysanne, l'amitié, l'entraide.

Force est de reconnaître la qualité exceptionnelle de la production. Il y a un fossé très clair avec "Rockfarmers", plus brut de décoffrage, tandis que cet opus offre un son lisse où chaque élément est à sa place. Les mélodies sont beaucoup plus travaillées que précédemment (tout album confondu). Le résultat donne un style rock/blues fusion puissant avec des refrains très doux dûs en partie à un nouveau venu : l'orgue (de type hammond b3). Si on en avait eu un aperçu précédemment, elle est désormais présente dans la plupart des titres. Le premier, "A Man Outstanding In His Field", en est le meilleur exemple avec toute la palette de nuances qu'offre les 40 minutes de l'album. Mais pas que, on trouve beaucoup de ballades : presque la moitié des chansons, avec comme figure de proue "Little Girl And The Whistling Train", ainsi que quelques surprises, comme la participation de Marianne Dissard pour un super duo sur "The Best".

Les fans de la première heure seront peut-être déçus de cette compression excessive du son, mais où est la rock bordel ?? Il est pourtant présent, de manière très propre, relativement profond et énergique. À ce sujet, deux titres sortent du lot : "Pressure on Madalands" proposant un rock psyché avec un son volontairement "crade" et "The Globalisation blues" qui se rapproche plus de "Rockfarmers". Autre élément à souligner, le travail exceptionnel de Laurent quant à sa voix. Certes, les ballades qu'il interprète ne requièrent pas de monter trop haut dans les aiguës, mais la maîtrise qu'il pose sur chaque morceau est énorme. Malheureusement, le final est bâclé avec un chant clairement faux (il fallait passer moins de temps à la piscine et plus en studio).

Autre bémol : malgré sa très bonne qualité d'impression, les pages du livret sont imprimées à l'envers. Livret qui reprend le même format que pour l'album précédent, à savoir un melting pot de photos en noir et blanc et d'aquarelles de leur ami Abu.

N'ayant pas pu l'écouter plus tôt, je ne comprenais pas l'engouement de la presse (L'obs, les inrockuptibles, FIP de la FNAC, C À Vous, France Inter ...) pour ce 6e cru. Mais avec autant d'éléments "mainstream", il est clair que ce dernier sera apprécié d'un large public !

Les Cluzo proposent un pack spécial "10 ans" (en édition limitée), comprenant l'album, 10cl d'Armagnac ainsi que le livre "The Inspector Cluzo - Rockfarmers" de Romain Lejeune (les Inrockuptibles). À la base, il s'agissait d'un article voulu par le journaliste qui donnera finalement lieu, de part la masse d'information recueillie, à l'édition d'une biographie complète du groupe, des deux hommes et de leur parcours formateur jusqu'à la réalisation de leur dernier opus. Un peu réticent au début, je conseille fortement de le commander car il permet de comprendre le cheminement humain des deux "frères". Les premiers chapitres apportent beaucoup d'informations intéressantes, des anecdotes croustillantes. Les derniers étant malheureusement trop redondants concernant le message et le mode de vie des deux fermiers rockeurs : chaque témoignage, bien qu'il émane d'une personnalité reconnue, ressemble au précédent. Une relecture un peu plus attentive aurait également été souhaitée pour corriger les fautes qui émaillent l'ensemble de l'ouvrage ainsi que la fausse transition vers "We the people of the soil", car ce n'est pas avec cet album, mais bien avec "Rockfarmers" que le groupe a signé sa première collaboration avec Vance Powell.

L'Armagnac est à l'image de l'album : d'un équilibre saisissant. D'une belle robe ambrée parée de jambes très lourdes, la bouche offre un bouquet assez riche de fruits compotés pour finir sur une touche légèrement épicée. L'alcool se fait discret, un peu trop présent au nez peut être. Il s'agit d'une cuvée spéciale provenant de la distillerie "La Tuilerie" dont The Inspector Cluzo est partenaire depuis le début. Malheureusement il n'y a pas plus d'informations sur l'étiquette.

Auteur :


e-mail* :


Le commentaire :




* Seulement pour être notifié d'une réponse à cet article