Neotion - 10 ans
Friday, 05 June 2020
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Logo Neotion

Cette année 2020 est décidément extraordinaire. Nous pouvons même parler de révolution, au sens politique du terme, tant il y a eu de changements depuis le 1er janvier, mais également d'un point de vue physique, à savoir le retour au point de départ, la fin d'un cycle et le début d'un autre. Dix ans, c'est court et long à la fois. Long quand on jette un coup d'oeil en arrière et que l'on s'aperçoit du chemin parcouru, le monde qui a changé, certaines rides qui sont apparues, et pourtant tellement court au jour le jour, quand on est plongé dans ses activités quotidiennes, dans le rythme très homogène des semaines, seulement ponctuées ça et là de congés. Dix ans, dans notre système décimal, c'est un marqueur fort, synonyme d'un jalon.

Il y a dix ans (bientôt onze au moment où j'écris ces lignes), je faisais mes premiers pas dans la "vie active" après une courte semaine de repos suivant mon oral de stage, dernière épreuve de mon cursus d'ingénieur. Un CDI signé un peu plus tôt afin d'intégrer l'équipe de Sophia-Antipolis, composée d'alors de 9 personnes, dans une société inconnue du grand public : Neotion. Je n'avais pas de plan de carrière, pas d'idées claires sur les tâches que j'aurai à accomplir, mais il fallait bien commencer quelque part et cette opportunité semblait taillé sur mesure.

La taille réduite de l'entreprise (<100 personnes), plus encore celle du site de Sophia, la relative stabilité de l'équipe durant toutes ces années, a forcément fait de Neotion une seconde famille, avec des affinités plus ou moins importantes, des bons et des mauvais moments, des réussites, des échecs.

Qu'en est-il aujourd'hui ? Pourquoi est-ce que cet article n'est pas sorti il y a de cela plusieurs mois ? Parce qu'aujourd'hui c'est le clap de fin. La direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (DIRECCTE pour les intimes) vient de valider le plan de sauvegarde de l'emploi proposé par la direction en accord avec les membres du CSE. Plan qui permet, d'une part, un accompagnement d'une partie des salariés vers un retour (on l'espère) rapide à un nouvel emploi et, d'autre part, de restructurer l'entreprise afin que celle-ci puisse continuer son activité de manière rentable.

Certaines personnes peuvent être amères quant à la décision de déclencher un plan social. Avoir le sentiment qu'on leur ôte un acquis. J'ai, personnellement, une vision plus pragmatique des choses. Une entreprise a un comportement proche des êtres vivants : elle naît, elle grandit, elle se transforme, elle explore de nouveaux territoires, parfois revient en arrière. En temps de disette prolongé, il est malheureusement nécessaire de tailler le surplus pour survivre et mieux repartir. Depuis que j'y suis entré, et outre quelques rares exceptions, le bilan annuel est négatif de plusieurs millions d'euros. Sans le support de notre actionnaire pendant toutes ces années le dépôt de bilan aurait été acté depuis bien longtemps.

Dans l'imaginaire collectif, un actionnaire est un individu ou un groupe opaque qui tire les bénéfices du fruit du travail d'autrui sans avoir à faire d'effort. C'est une vision caricaturale qui s'applique principalement aux grands groupes internationaux. La réalité est plus nuancée. Un actionnaire est avant tout quelqu'un qui possède des parts dans une entreprise, ce qui lui offre éventuellement un droit de vote lors des conseils d'administrations ainsi que l'obtention (toujours éventuelle) de dividendes. À ce titre, la très grande majorité des dirigeants d'entreprise sont des actionnaires (majoritaires voire unique). Pas seulement celles du CAC40, il s'agit également du patron du kebab du coin qui a monté sa SARL. On l'oublie trop souvent, mais le monde de l’entreprenariat est un monde de risque, le fameux risque de perte en capital. C'est le cas de notre actionnaire. Son investissement lui a, certes, permis d'accéder à des produits et des technologies de pointe, mais il lui a surtout coûté énormément. Plus que s'il avait fait de la simple sous-traitance externe. Ce n'est pas un actionnaire lointain et anonyme, uniquement intéressé par les dividendes. Il s'est réellement impliqué (pour le meilleur et pour le pire) dans la vie de l'entreprise.

Alors, qui est responsable de la situation actuelle de Neotion ? Si, au même titre que le poste d'actionnaire, on considère que celui de la direction ne consiste qu'à récupérer un gros salaire en échange de quelques ordres autoritaires, on oublie que la responsabilité du succès ou de l'échec d'une entreprise (donc d'un projet entrepris) repose sur les épaules du comité de direction (au sens large). Le responsable est tout trouvé, il s'agit de l'actuel président directeur général. Il est responsable de ne pas avoir pris les bonnes décisions au bon moment. C'est une responsabilité qu'il doit endosser, quel que soit le bilan ou la structure de l'entreprise mise en place par ses prédécesseurs (s'il y en a).

Le rôle du chef d'entreprise m'a toujours fasciné. Car, un vrai bon chef d'entreprise est comme un musicien, le travail ne suffit pas, il faut également du talent. Ce petit quelque chose inné qui va faire la différence. C'est un rôle aux multiples facettes mais qui nécessite avant tout d'être visionnaire. Il ne s'agit pas d'imaginer un produit extraordinaire auquel personne n'avait pensé, mais plutôt d'aller dans une direction qui va permettre d'assurer la viabilité de l'entreprise : trouver le bon marché, de préférence pour produire/créer quelque chose d'utile. Il doit savoir tenir un cap, mais aussi en changer. Il doit savoir gérer les personnes avec qui il travaille, d'un point de vue juridique et humain, savoir gérer les finances et la trésorerie, bien connaître les principes comptables et fiscaux en France et/ou à l'étranger. Pour ne pas mettre l'entreprise en difficulté, il doit négocier correctement ses contrats avec ses fournisseurs et ses clients. Il doit entretenir de bonnes relations avec ses partenaires. Au delà de l'aspect politique, son charisme lui permet de motiver son entourage proche et plus lointain pour la réalisation dans les meilleures conditions possibles de son entreprise. Il doit savoir écouter, comprendre, trancher tout en étant souple et ouvert. Il est réactif, il apprend rapidement de ses erreurs et en tire les bonnes leçons.

Les personnes qui répondent à toutes ces qualités n'existent pas. Ce qui va faire la différence entre un bon et un mauvais chef d'entreprise, c'est sa capacité à bien s'entourer. À trouver des profils complémentaires pour atteindre l'objectif commun. Ceci est vrai quel que soit le niveau hiérarchique : il faut trouver toutes les pièces complémentaires pour que chaque rouage puisse être utilisé au maximum de son potentiel. Il ne s'agit pas d'exploiter les personnes mais plutôt de les mettre dans les meilleures conditions selon leurs capacités et leurs aspirations.

Force est de constater que les directions successives ont échouées dans la transformation de Neotion. L'entreprise, malgré ses tentatives ratées de diversification, s'est ankylosée dans un marché en déclin et n'a pas su s'adapter, ni en se renouvelant, ni en optimisant sa structure de coûts pour assurer sa pérennité alors que la pression concurrentielle n'a cessé de croître au fil des années. On pourra également leur reprocher de ne pas avoir su correctement utiliser tout le talent des personnes qui étaient sous leur ordre, notamment à Sophia-Antipolis, dans le monde si particulier des ASIC. Les guéguerres politique internes et le marketing stérile l'aura emporté sur l'Innovation Attitude.

C'est donc avec une pointe de tristesse et de nostalgie que l'aventure se termine. J'ai un petit pincement au cœur à l'idée de quitter ce cocon confortable que j'ai occupé durant toutes ces années. Il faut dire que les conditions de travail étaient excellentes et nous permettaient de réaliser de grandes choses malgré la taille de l'équipe. Pour autant je n'en retiendrai que des bonnes choses, les gens que j'ai croisé, tout ce que j'ai pu apprendre, la vue imprenable sur le Mercantour enneigé en hiver, les lever de soleil sur la Méditerranée. Car ce n'est pas le point final qui compte, mais bel et bien le chemin parcouru.

Mon bureau

Auteur :


e-mail* :


Le commentaire :




* Seulement pour être notifié d'une réponse à cet article