Focus sur le SheevaPlug
Sunday, 20 March 2011
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Présentation

Un petit article pour présenter plus généralement le SheevaPlug. En effet les articles précédents se sont focalisés sur l'utilité d'un serveur de manière générale, mais il y a pas mal de questions sur le SheevaPlug en lui même. Le SheevaPlug c'est donc cette petite bête :


Il comporte (pour simplifier) :

  • Une mémoire interne (flash) de 512Mo
  • Une mémoire vive de 512Mo
  • Un processeur ARM de 1Ghz.

C'est l'équivalent d'une configuration de PC d'il y a 7 ans à peu près A défaut que celui-ci ne consomme que 5 Watts, ce qui est largement inférieur à n'importe quel PC, même basse consommation. Avec si peu de puissance il est évident qu'on ne peut pas faire tourner Crysis dessus, et c'est normal car sa fonction principale est d'être un serveur.

Un serveur c'est une machine qui va répondre à des requêtes externes pour, par exemple, servir des pages web, échanger des mails, stocker des données, et pour tout cela, point besoin de puissance. Personnellement je l'utilise, entre autre, pour faire de la compilation (voir ici un petit bench) automatique de KissCount, avoir un serveur SSH, un serveur mail, héberger mon blog, héberger une forge logicielle, accèder à mes comptes. Pour information la compilation de KissCount prend 15 minutes par version/architecture (soit 1h en tout) contre 1 minutes sur un PC de dernière génération. Elle est réalisée à 1h du matin pour ne pas peturber les autres services.

A l'intérieur du Sheeva


Concernant le système d'exploitation, le SheevaPlug est livré avec une Ubuntu toute prête. En effet on est sur un processeur ARM, donc Linux est tout choisi pour faire fonctionner le système. Bien sûr on aurait pu prendre un BSD, mais le portage n'est pas top, voir même un eCos si certains ont du temps ... MacOS on oublie tout de suite et les seuls Windows qui supportent ARM sont WindowsCE et WindowsPhone 7, mais là encore rien n'est fait pour les acceuillir. Avec Ubuntu on dispose de toute la logithèque GNU/Linux !

De plus le Sheeva ne possède pas d'écran et aucun connecteur pour en brancher un. Ce n'est évidement pas un problème car dans le monde GNU/Linux on peut parfaitement administrer une machine en ligne de commande via SSH (console à distance) en téléchargeant les logiciels et en éditant les fichiers de configuration via un éditeur en mode texte (nano, vi, emacs ...). mais une fois les bon paquets on peut aussi faire l'administration courante via des interfaces web. Les plus téméraires pourront installer un environnement graphique et/ou faire un affichage déporté via SSH, mais c'est complètement inutile et consommateur de ressources.

MAJ : NewIT propose quand même des écrans tactiles via USB (moniteurs MIMO)

Pour les bidouilleurs il faudra de toutes façons passer au moins par la sortie série (en micro USB) du Sheeva afin de modifier la séquence de lancement pour pouvoir booter sur un périphérique autre que la flash ou la carte SD. C'est très pratique pour récupérer la main sur le système quand celui-ci est cassé (comme décrit dans ce billet lorsque le SheevaPlug ne démarre plus).

512Mo de flash c'est suffisant pour le système d'exploitation, mais on se retrouve vite limité. Personnellement j'ai opté pour installer une Debian sur une clé USB 16Go, et tant qu'on ne veut pas stocker sa collection de DivX, c'est largement suffisant ! Il faut cependant faire attention avec ce port USB. Si le périphérique que vous branchez ne possède pas sa propre alimentation, le courant va être récupéré depuis le SheevaPlug, ce qui peut causer des dégâts si la demande est trop importante. Donc pour une clé USB ça passe, mais si vous branchez un disque dur ou un hub il faut faire attention à ce que ceux-ci possèdent leurs propre alimentation !!

Il y a un port eSata sur la version que j'ai acheté, mais je ne l'ai jamais utilisé, je suppose que le problème d'alimentation est le même.

Bref je possède le SheevaPlug depuis 8 mois et je n'ai eu aucun problème, une fois configuré on l'oublie, il ne chauffe pas et me permet d'héberger mes propres services sans soucis (il ne faut pas oublier de faire des sauvegardes régulières). Je ne voulais pas prendre de GuruPlug car il n'est pas plus puissant mais consomme plus à cause du Wifi et du Bluetooth. Il est aussi réputé pour des problèmes d'alimentation. Le double ethernet est bien si on veut faire une passerelle ou un pare-feu.

Le prix

La première année : 130€ chez NewIt + 4€ pour le nom de domaine (certificat SSL offert) + 5€ pour l'électricité. Donc 139€/an soit 11,58€/mois
A partir de la seconde année : 7€ pour un nom de domaine OVH + 15€ pour un certificat SSL + 5€ pour l'électricité. Donc 27€/an soit 2,25€/mois

C'est donc tout à fait raisonable (surtout à partir d'un an). On avait annoncé une baisse rapide du prix de ces joujous, mais je ne pense pas que ça arrivera un jour car les quantités vendues sont trop faibles.

Conclusion

En conclusion le SheevaPlug est l'appareil parfait pour tout ceux qui veulent un petit serveur chez eux ou se lancer dans de l'auto-hébergement !

Auteur :


e-mail* :


Le commentaire :




* Seulement pour être notifié d'une réponse à cet article