Restaurant Publique
Monday, 17 December 2012
|
Écrit par
Grégory Soutadé

le bonheur c'est simple comme une saucisse de Francfort

Le constat

Régulièrement, des études montrent que les pays "riches" jettent une quantité importante de nourriture non consommée (en France, de l'ordre de 90kg par an et par habitant). Si on peut contester les critères de calculs (ménages uniquement, entreprises, restaurateurs...), le fait qu'une certaine partie des produits finissent à la poubelle est une réalité. Les causes sont multiples, mais ce n'est pas le sujet du jour. De l'autre côté on a des millions de personnes dans le monde qui n'ont pas assez à manger. Les utopistes pensent qu'il suffit de partager équitablement la nourriture entre tous les consommateurs pour que le problème soit résolu. Sauf que dans la réalité, ça ne se passe pas comme ça. Ce que l'on fabrique à un point A ne peut pas forcément être transporté vers un point B, et ce n'est pas forcément souhaitable (régimes alimentaires différents). Il faut privilégier les circuits courts. Si on regarde rapidement une carte du monde présentant les zones où l'on souffre le plus de la faim : Afrique centrale, Amérique du Sud (régions très pauvres) et Asie (région très peuplée). On est donc face à d'importants problèmes de logistique.

Mais plutôt que de regarder la misère à l'autre bout du monde, essayons de régler les problèmes que nous avons juste devant nos yeux. Il y a 26 ans, Coluche lançait un pavé dans la marre : les restos du coeur. Chaque année, des milliers de bénévoles distribuent des denrées alimentaires aux plus démunis. La popularité de Coluche a permis au mouvement de prendre de l'ampleur, même si l'idée n'était pas nouvelle : le secours populaire, par exemple, le faisait depuis 40 ans déjà. Ce n'est pas pour autant que la pauvreté a disparu... Le besoin est encore réel et vital pour des milliers de personnes en France en 2012. Alors, quand on entend que les grandes surfaces jettent de l'acide sur les produits périmés, on se lève, on crie au scandale et on retourne au chaud.

Coluche

L'idée

Si ces denrées sont sciemment détruites, c'est uniquement un problème d'hygiène. Tout le monde sait que malgré la date de péremption, les produits sont encore consommables pendant plusieurs jours, néanmoins il serait indécent de les donner, même aux plus démunis. Alors que faire ? Le principe de base est simple : obliger légalement les grandes surfaces à les céder à l'état une fois arrivé à la date de péremption - 1 jour. Ce dernier prendrait en charge le coût de récupération et les distribuerait gratuitement dans des restaurants locaux, les restaurants publiques, où ils seraient préparées et consommées dès le lendemain ou détruits si ce n'est pas le cas.

Les problèmes techniques

Pour les grandes surfaces, le manque à gagner est en partie compensé par le coût de destruction et de stockage. Le reste, c'est le bon coeur. Pour l'état, l'investissement n'est pas négligeable : logistique de transport respectant la chaîne du froid, création de cuisines publiques, embauche de fonctionnaires. Une partie de cette logistique existe déjà et est utilisée dans le cadre des communes pour leurs besoins personnels (écoles, administrations, maisons de retraites...).

Conclusion

Il est facile d'émettre ce genre d'idée, plus difficile de les réaliser. Tout d'abord : le coût de cette mesure est important : plusieurs dizaines de millions d'euros par an pour l'état. Ensuite : est-ce que les produits collectés se suffiraient à eux-même ou bien faudrait-il en acheter d'autre pour compléter ? (On ne peut se contenter uniquement de produits frais). Le gouvernement est dans une optique de réduction du nombre de fonctionnaire, il faudrait peut-être sous-traiter à une association ou une entreprise ? Néanmoins, l'essentiel serait préservé : apporter une aide au plus démunis sans discrimination. Comme qui dirait : le changement c'est maintenant (ou pas).

Auteur :


e-mail* :


Le commentaire :




* Seulement pour être notifié d'une réponse à cet article