[ NEXT ]
Friday, 17 August 2018
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Il y a un an (déjà), j'avais publié un article faisant echo au "jour du dépassement" paru (entre autres) dans le journal Le Monde. Un an plus tanousrd, Apple s'apprête à sortir trois nouveaux modèles d'iPhone, le feu ravage la Californie, le Portugal, la Suède, la Grêce. L'année précédente a été particulièrement sèche, ce qui a permis aux glaces de fondre en abondance amenant toute une série d'inondations dans le nord de la France durant le printemps. Quant au "jour du dépassement", il est arrivé un jour plus tôt.

Bref, la situation n'est pas bien engagée et les occasions de renverser cette tendance s'amenuisent dangereusement pour atteindre un niveau critique. Une fois passés la coupe du monde, le tour de France et l'affaire Benalla, une série d'articles publiés dans la presse générale m'a fait découvrir la websérie [ NEXT ] crée par Clément Montfort. Il n'en est pas à son coup d'essai, puisqu'il a déjà réalisé des documentaires comme "La guerre des graines" et "Soigneurs de terres" diffusés sur les chaînes nationales.

Jusque dans les années 2000, l'écologie c'était un truc de bobo. Vers 2005 elle a pris plus d'importance aux yeux du grand public avec des chiffres qui commençaient à faire froid dans le dos. Il faut dire que grâce à internet, l'information circule plus rapidement et touche plus de personnes. En 2018, nous sommes dans la phase suivante. Point de départ de la websérie : le livre de Pablo Servigne et Raphaël Stevens. Bien qu'existant depuis les années 70 et le célèbre rapport du "Club de Rome", ils définissent un nouveau courant intellectuel qu'est la "collapsologie" ou "science de l'effondrement" décrivant comment et pourquoi une société s'effondre. Le modèle est similaire depuis une simple société de quelques individus perdus au milieu de l'océan Pacifique jusqu'à l'échelon planétaire.

Ce qui faisait jadis froid dans le dos résonne désormais comme une onde de choc qui lamine les âmes de l'auditorium. Il faut du temps pour l'accepter et s'en remettre. Car au-delà de la peur individuelle de la mort, aucun être vivant n'est préparé au concept de disparition pure et simple de ce que nous avons vu de nos propres yeux et qui nous semble immortel : la transformation d'une planète vivante en un gros cailloux stérile. L'épisode le plus intéressant est l'interview de Cyril Dion réalisateur de "Tomorrow"/"Demain". Je ne suis pas tout à fait d'accord sur certaines causes évoquées dans cette interview, mais les conséquences seront les mêmes.

Si un danger venant de l'extérieur permettrait de mobiliser chaque individualité dans un combat, ce n'est malheureusement pas le cas pour un danger venant de l'intérieur et représenté par chacun. Pour autant, la seule issue possible est collective. Ça ne sert à rien de se cacher au fin fond de la forêt et tenter de vivre en autarcie. Nous avons besoin de vivre en société et partager le travail si l'on veut espérer avoir une vie un tant soit peu descente. Se cacher c'est tomber dans la survie. D'une part, elle ne durera pas bien longtemps et d'autre part, cela n'arrêtera pas les bouleversements écologiques en approche.

Le problème est constitué de la somme des individualités, il faut donc agir sur ce point pour s'en sortir. Et l'on ne peut pas demander à son prochain de faire des efforts si nous ne commençons pas à le faire nous-mêmeŝ : il faut initier le mouvement pour être suivi. Pour cela, il est nécessaire de prendre des initiatives individuelles, mais aussi d'avoir un cadre législatif favorable afin d'orienter les industriels et proposer de vraies alternatives au mode de consommation actuel.

Un triste détail apparaît dans la série. M. Édouard Philippe, premier ministre (autrement dit chef du gouvernement) de la 7e économie mondiale cite régulièrement dans ses conférences à connotation environnementales le livre "Effondrement"/"Collapse" de Jared Diamond. Autrement dit, la personne responsable de notre avenir collectif, mais également celle qui a le pouvoir de changer réellement les choses ne prend pas les mesures à la hauteur des événements qui se profilent. Certes, quelques mesurettes sont prises çà et là, malheureusement insuffisantes et avec des délais d'applications à 2 ou 3 ans. De ses propres paroles : "une société qui ne se transforme pas prend le risque de s'effondrer". Force est de constater que l'immense majorité des personnes adultes censées être responsables (les 30 ans et plus) ne sont pas capable d'auto-régulation. Ce que nous avons fait depuis 50 ans qui est de miser sur le couple intelligence individuelle et progrès technique comme solution absolue est un échec.

Nous savons que le modèle économique actuel n'est pas viable ou le serait pour une population de quelques centaines de millions d'habitants tout au plus (et pas 7 milliards). Aujourd'hui, les centres de productions sont déportés sur la planète entière et les centres de consommation sont regroupés dans les zones urbaines. L'équilibre repose sur la capacité de fournir de l'énergie électrique pour faire fonctionner l'ensemble des machines qui nous entourent ainsi que d'assurer l'interconnexion des centres avec de l'énergie fossile. Le jour où cet équilibre est rompu, soit à cause d'un défaut externe (maladie, guerre, crise économique majeure), soit par un tarissement des ressources (effondrement en cascade de la biodiversité entraînant un défaut d'alimentation global, fin de la ressource pétrole), l'ensemble du monde industrialisé s'effondrera comme un château de carte. Les villes confortables (en France, 80% de la population habite en zone urbaine) qui auront été construites deviendront des pièges mortels sur fond de guerre civile pour la survie. Il ne sera pas possible d'enlever le béton pour y faire pousser des patates. Le pétrole, c'est le sang du monde moderne, lorsqu'il n'arrive plus à un organe, ce dernier meurt. Pourtant, nous continuons d'accélérer la croissance de ces unités rendant un retour en arrière chaque jour un peu plus difficile. Il serait temps d'ouvrir enfin les yeux, car il y a urgence.

Différents scénarios sont envisagés de part l'incertitude du facteur humain, du nombre gigantesque de variables dans l'équation, ainsi que du degré de confiance dans la capacité de résilience du monde vivant. En omettant le facteur de la fin du pétrole, selon les prévisions actuelles, les mécanismes irréversibles d'éffondrement écologiques dûs à la pollution et au réchauffement global de l'atmosphère devraient s'engager entre 2020 et 2030. Autant dire demain. Il n'y a qu'à voir les progrès que nous avons réalisés depuis 10 ans (~ 2007/2008) pour comprendre à quel point nous sommes lents à évoluer. Même en ayant des doutes sur certaines théories catastrophes extrêmes, il faut reconnaître que les signes d'une dégradation environnementale globale sont bien présents : tempêtes, ouragans, sécheresses, pollution atmosphérique, pollution des cours d'eau...

Ceux qui auraient aimés vivre (ou revenir) au temps des dinosaures pour voir comment c'était "avant", n'auront qu'à attendre un petit peu pour apprécier ce que des derniers ont pu ressentir lors de leur extinction.

C'est triste à dire, mais aujourd'hui, le seul moyen viable et humain pour limiter la sur-consommation des ressources naturelles reste d'imposer des quotas. Quotas sur tous les produits manufacturés, plus ou moins importants selon le degré d'utilisation des ressources naturelles (transport inclus) et de rejet de polluants. Quotas sur l'utilisation des climatisations individuelles. Quotas sur les transports de personnes (avions, bateaux, véhicules motorisés). Quotas sur l'importation de pétrole. Quotas sur la production d'énergie... Quotas lissés sur l'année pour éviter des périodes sèches trop importantes. Sans oublier les restrictions afférentes. L'imposition de créer des contenants ré utilisables et l'obligation faite aux industriels de les ré utiliser. Il faut également intégrer toutes ces problématiques environnementales dans le programme de l'éducation nationale et ce, dès le plus jeune âge, ainsi que faire de grandes campagnes de sensibilisation pour le grand public.

En ce qui concerne les produits audiovisuels diffusés gratuitement sur internet, j'ai plutôt tendance à payer si celui-ci me convient. Néanmoins, vu l'urgence de la situation actuelle et, parce qu'avec une contribution même minime de chacun, on arrive à faire de grandes choses, je participe à la campagne Tipee de la web série [ NEXT ], car il est important d'être informé. Nous connaissons les problèmes et les efforts à fournir pour redresser la situation. Chacun prendra ses responsabilités vis-à-vis de son avenir et de celui de ses enfants.

Auteur :


e-mail* :


Le commentaire :




* Seulement pour être notifié d'une réponse à cet article