Au pays d'ac
Sunday, 19 June 2022
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Castelnaud

Aujourd'hui nous partons faire un petit tour dans le Périgord ! Plus précisément dans le Périgord "noir" où se concentre la majeure partie du patrimoine naturel, historique et culturel de la région. Il ne faudrait d'ailleurs plus utiliser cette appellation puisqu'il s'agit, d'après les livres de géographie modernes, du département de la Dordogne. Théâtre de la guerre de 100 ans, l'ancien dûché d'Aquitaine possède un patrimoine exceptionnel en terme de forteresses médiévales. La présence Anglaise laissera également des traces comme certaines bastides ("villages") tel que Monpazier construites de manière très orthogonale. Nombreux sont les résidents Anglais présents encore de nos jours ! Outre les châteaux, on trouve aussi de multiples grottes (avec des peintures rupestres), des habitations troglodytes, des gouffres...

Beynac et la Dordogne Rivière la Dordogne

Si les forteresses servaient avant tout à se défendre de l'envahisseur (=tous les groupes ne vivants pas sur ces terres), elles avaient une fonction primordiale : la surveillance du cours de la Dordogne ! Cette dernière permettant de rejoindre l'estuaire de Gironde (et donc l'Atlantique !). Autant dire qu'il s'agit d'un axe très important pour le commerce fluvial de l'époque (et des différents droits de douane associés).

Place à Sarlat Place à Daglan

Rue de Sarlat Maison à Carlux

Ajouté à cela que la région est encore assez rurale. Elle offre ainsi un cadre verdoyant, préservé de l'urbanisation excessive. Surtout que beaucoup d'habitants tendent à créer et à conserver les bâtis avec ce style Périgourdin si charmant (murs en pierre, tour carré, toit pointu). À la faveur d'un climat adéquat, les rosiers sont omniprésents dans les villages (que ce soit en façade ou dans les jardins). Hélas, peu sont réellement odorants. Avec toute cette nature à portée, il sera donc aisé de réaliser des sorties nature à pieds, à vélo, à cheval, en canoë, en gabarres... Le plus original reste toutefois le tour en montgolfière ! (Attention, décollage à 7h du matin ou 19h le soir).

Montgolfières

Lorsque l'on évoque le Sud Ouest de manière générale, on se retrouve rapidement à discuter gastronomie ! Le terme "gastronomie" est à mon sens un peu usurpé, en cela qu'il s'agit généralement de produits dérivés de l'oie et du canard (principalement) : foie gras (cuit, mi-cuit, poêlé), gésiers, confits, magrets, cou farci... qui sont, certes, très goûtus, mais surtout très gras (hormis le magret) ! Il est d'ailleurs difficile de trouver des menus plus sains (voir adresses à la fin) dans les restaurants. Légumes et poissons sont souvent boudés, tandis que les producteurs ainsi que les revendeurs de produits du terroirs se comptent par milliers. On y trouve également d'autres spécialités comme la truffe, la fraise, la noix (cerneaux, gâteau, huile, farine), le vin (Cahors, Bergerac), le fromage (cabécou, rocamadour).

Belvès

Forte de toutes ses richesses, l'économie locale s'est très tôt tournée vers le tourisme. Ainsi, on ne compte plus le nombre de gîtes et de campings disponibles à la location avec des tarifs attractifs (les hôtels étant plus rares en campagne). Les sites touristiques sont pour leur part très bien entretenus et cela a un coût. C'est pourquoi l'accès à chaque domaine est payant (10€ à 20€ en moyenne pour un adulte, moins pour les enfants). Il faudra donc faire attention à son budget loisirs.

Depuis le haut de Beynac

Avec toutes ces qualités, on pourrait se dire que c'est l'endroit parfait pour passer ses vacances. Il y a tellement de choses à voir/faire que le plus dur (mis à part trouver un bon restaurant) est de décider où aller ! Oui, mais... La Dordogne est victime de son succès. Dès lors, en juillet/août (et plus encore du 14 juillet au 20 août), tout est prit d'assaut. Durant la période estivale, il sera beaucoup moins facile de profiter du lieu dans la cohue générale et l'encombrement des routes (pensez donc à tout réserver à l'avance). Cette affluence massive a également un impact indirect : s'il reste encore beaucoup de typicité, on ressent clairement un manque d'authenticité. Autre élément à prendre en compte : le soleil qui tape particulièrement fort, et le mercure qui peut monter haut. Gourde, chapeau et crème solaire sont fortement conseillés, d'autant plus qu'il n'y a quasiment aucune fontaine publique (mais on pourra toujours trouver un café/bar/resto pas trop loin). Plus marqué encore au printemps, le climat presque océanique connaîtra de fortes variations (+15°C à +20°C dans la même journée) avec un pic de température entre 15h et 18h. Il ne faut donc pas hésiter à prendre deux types d'affaires pour la même journée !

Rocamadour

Côté visites, l'épicentre se trouve à Beynac-et-Cazenac, son village, son château. Dans un rayon de 20km : La Roque Gageac (et ses habitations troglodytes), Domme, Belvès, Carlux, Castelnaud-la-Chapelle (son château, celui des Milandes (ancienne propriété de Joséphine Baker)), Sarlat-la-Canéda, Les Eyzies (musée de la préhistoire). Un peu plus loin : Rocammadour avec sa basilique taillée dans la roche dédiée à Saint Amadour du Quercy. Sans oublier les grottes de Lascaux (Montignac) ! En dehors de ce périmètre, on retrouve ça et là de nombreux châteaux, mais surtout beaucoup de champs cultivés ! (noix, céréales...).

La Dordogne au matin

Bonnes adresses

Auteur :


e-mail* :


Le commentaire :




* Seulement pour être notifié d'une réponse à cet article