Que faire de sa moelle osseuse ?
Wednesday, 08 June 2022
|
Écrit par
Grégory Soutadé

3h du matin, encore ce ****** de chien qui aboie. Il faudra plus d'une heure pour me rendormir, malgré une dette de sommeil. Il faut dire que depuis un certain temps je suis perturbé, mon sommeil n'est plus aussi profond. Est-ce à cause de la guerre qui fait rage à nos frontières ? Est-ce un pressentiment ? Je ne saurais dire. Quelques heures plus tard, le réveil sonne. Je profite encore un peu du lit car je sais que la fin de journée risque d'être plus difficile, surtout que c'est jour d'entraînement. Le soleil passe entre les volets, il va faire beau aujourd'hui.

Routine matinale : après mon petit déjeuner, je m'installe devant mon ordinateur, lecture des nouvelles en buvant mon thé. Un mail de l'agence de la biomédecine est arrivé dans la nuit. Intitulé "Coup d'envoi de la campagne pour le don de moelle osseuse", il propose 3 axes d'orientation pour cette campagne 2022 : Masculiniser, diversifier, expliquer/rajeunir. Masculiniser : Les greffons prélevés sur les hommes ont plus de chances d'être acceptés car les grossesses renforcent le système immunitaire. Or, il n'y que 30% d'hommes inscrits au registre. Diversifier : plus il y a de donneurs avec un patrimoine génétique différent, plus la probabilité de trouver un donneur compatible est important. Rajeunir : les greffons jeunes (18-35 ans) sont plus efficaces. D'ailleurs, les inscriptions sont désormais limitées à 35 ans, mais il est toujours possible de réaliser un don jusqu'à 50 ans ! Expliquer : Notamment lever la confusion que l'on fait généralement entre moelle osseuse et moelle épinière. La foulée des baous n'étant plus organisée par l'association Ensemble avec Benoît, je ne vois pas trop comment je pourrais faire de la pub cette année.

11h30, en pleine réunion virtuelle, mon téléphone sonne. Attendant des résultats médicaux, je décroche :

"Bonjour, M. Soutadé ?"
"Bonjour, oui c'est moi"
"Vous êtes inscrit depuis 3 ans dans le registre des donneurs de moelle osseuse.
    Est-ce que vous êtes toujours d'accord pour faire un don ?"
"Oui, bien sûr"
"J'ai une bonne nouvelle, vous êtes potentiellement compatible"

...

Rendez-vous est prit au CHU pour la semaine suivante. Il faudra passer un entretien médical et réaliser une prise de sang pour vérifier divers marqueurs. C'est le genre de nouvelle qui vous galvanise, où l'émotion submerge l'effort. Résultat, 4'55/km sur mon circuit de référence (10,5km) en vue de préparer ... La foulée des baous ! À moins d'être appelé juste après son inscription, il n'y a pas d'urgence immédiate pour effectuer la greffe. Ainsi, le personnel prendra toutes les dispositions nécessaires pour s'assurer qu'il n'y a aucun risque tant pour le receveur que pour le donneur. Une fois les analyses effectuées, le dossier est complété avec les diverses informations recueillies (marqueurs sanguins, état de santé du donneur, antécédents médicaux, antécédents familiaux, IMC, âge, sexe, disponibilités...) et sera étudié par les médecins du centre receveur, seuls habilités à prendre une décision.

Un mois plus tard, après une relance du centre receveur, il s'avère que l'analyse sanguine (typage HLA) a révélé certaines incompatibilités, notamment le groupe sanguin. En effet, lors de mon inscription, seul un test salivaire (à domicile) fut réalisé. L'agence de la biomédecine dispose désormais de ma carte génétique complète et si je suis de nouveau appelé, ce sera pour aller jusqu'au bout de la procédure. La probabilité que ce soit le cas reste néanmoins assez faible : 1 chance sur 1 million, ce qui est tout de même 20 fois mieux que pour le Loto !

Alors, certes, je ne suis arrivé qu'au second rang cette fois-ci, mais il est primordial de se mobiliser. D'autant plus que l'inscription est simple, gratuite et sans douleur : un kit de prélèvement salivaire que l'on reçoit à son domicile et que l'on renvoie gratuitement. Toutes les informations sont disponibles sur ce site. En plus du don de moelle, il est important de rappeler que les dons de matériel biologique sont vitaux ! Parmi ceux là, le plus connu et le plus répandu (mais qui reste toujours en tension du fait de la faible durée de vie des poches prélevées) : le don de sang.

Auteur :


e-mail* :


Le commentaire :




* Seulement pour être notifié d'une réponse à cet article