Archives 2015
Monday, 08 June 2015
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Si je dis "réseau social" ? On me répond Facebook, Twitter, Instagram. Des applications internet qui ont bouleversé notre façon d’interagir.

Concernant Facebook, on peut voir deux façons de l'utiliser. La façon des vieux : c'est une grande place dans laquelle tout le monde se trouve (une sorte de grand annuaire), on rencotre des personnes qui nous intéressent (ou pas), et accessoirement, on publie/regarde les dernières photos des copains. Et puis, la façon des jeunes : un cercle "fermé" qui permet de communiquer (principalement via le chat) avec ses copains (uniquement).

Concernant les deux autres, il s'agit de jeter sur la place publique des photos/textes courts (donc sans arguments). C'est d'ailleurs amusant de voir la stupidité des personnes qui discutent via des comptes Twitters interposés... (Les politiques les premiers).

Mais finalement, il y a assez peu de "social" dans le fond. Ce ne sont que des personnes, souvent virtuelles, avec qui on n'a pas forcément de vrais échanges.

Alors, quand Nicolas est parti à Toronto et qu'il s'est trouvé seul, il a eu l'idée de créer Squrry. Squrry (prononcer scuri) revient à la base de l'aspect "social" : aider des personnes à se rencontrer, non pas parce qu'elles ont envie de passer la nuit vie ensemble, mais parce qu'elles ont des intérêts communs, et donc des choses à se dire. Cela permet de créer de vrais liens sociaux.

L'idée est simple et efficace, et pourtant, personne ne l'avait réalisé auparavant.

Actuellement Squrry est déployé sur Toronto, mais il pourrait rapidement rejoindre d'autres villes avec un petit coup de pouce afin de développer plus encore le concept. En effet, ils ont lancé avec sa partenaire, une campagne Indiegogo que je vous invite à soutenir !

Tuesday, 02 June 2015
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Baou de Saint-Jeannet lors de l'ascension

La cérémonie de clôture du 68e festival de Cannes vient de se dérouler. 10 jours pendant lesquels le monde occidental avait les yeux braqués sur le tapis rouge du célèbre palais des festivals. Pourtant, les festivaliers qui ont fait le déplacement (comme beaucoup de locaux) ne savent pas que les véritables perles de la "Côte d'Azur" ne se situent pas sur le littoral, mais bel bien dans l'arrière pays, et plus particulièrement l'arrière pays Vençois.

Baou de Saint-Jeannet depuis le parking - panorama

Ils se confondent dans le paysage, se faisant oublier. Pourtant, il est difficile de ne pas avoir aperçu ces immenses blocs rocheux jaillissant hors de la montagne. Ils sont au nombre de 4 : le baou des blancs (au-dessus de Vence), le baou des noirs, le baou de Saint-Jeannet et le baou de la Gaude. Aujourd'hui, c'est le baou de Saint-Jeannet qui nous intéresse. La balade commence donc à Saint-Jeannet, village pittoresque de l'arrière pays Vençois qui mérite à lui seul le détour.

Après s'être garé sur le parking à l'entrée du village, il faut traverser ses rues venteuses en suivant les panneaux. La première partie est plutôt raide et caillouteuse.

Début de la promenade Arrivée dans le parc

Sur le chemin - vue du ciel Vue de Saint-Jeannet

On arrive ensuite à un embranchement qui permet de rejoindre le baou de la Gaude. C'est le début de l'ascension à proprement parler.

Croisement baou de la Gaude Chemin sous les arbres

L'ascension se termine en arrivant sur un plateau. Direction la plateforme du baou sur un chemin de pierre peu agréable. Une fois arrivé, on a droit à un magnifique panorama à 360°C de tout le littoral.

Plateforme baou de Saint-Jeannet

Panorama 360°C depuis le baou de Saint-Jeannet

Un petit coup d’œil dans le vide pour voir Saint-Jeannet. Au loin on aperçoit Vence. À ce moment-là, il est bon de sortir son coupe-vent, car ça souffle (en plus du fait que l'on soit plus ou moins transpiré).

Saint-Jeannet depuis le baou Fleurs violettes sur la paroi rocheuse

Vence depuis le baou

C'est aussi l'occasion d'admirer la flore de moyenne montagne dans toute sa splendeur printanière.

Fleur Fleur Fleur Fleur

Après une petite pause, il est temps de repartir. Ceux qui sont trop fatigués pourront redescendre directement au village, sinon il y a une étape intéressante qui est le Castellet. C'est une ancienne bergerie que l'on aperçoit au centre de la photo (oui oui).

Vence depuis le baou

Pour se faire, on peut couper au niveau du dernier embranchement (GR52), puis rejoindre le chemin du Castellet, ou revenir en arrière jusqu'à l'embranchement indiqué. La première option est plus courte, mais nécessite de grimper un peu dans les rochers (en serrant le plus à droite). Néanmoins, elle permet d'admirer de magnifiques clairières.

Chemin pour aller au Castellet à travers champs

Chemin Champs en fleur

Clairière - panorama

Chemin Champs avec restanque

On rejoint ensuite le chemin classique qui est très agréable et relativement facile.

Chemin du Castellet Chemin du Castellet Chemin du Castellet

Une heure plus tard, arrivée au Castellet. C'est le moment de se restaurer et de faire un petit tour des ruines.

Arrivée au Castellet Le Castellet Le Castellet Point de vue depuis le Castellet (Mer) Point de vue depuis le Castellet (Montagne)

Pour le retour, il y a deux options : soit prendre le chemin inverse, soit bifurquer immédiatement sur la droite juste après le Castellet (dans la direction du retour). Dans ce cas, il faut prendre un chemin interminable, plutôt étroit et relativement casse patte, mais qui a l'avantage de n'être qu'en descente jusqu'à Saint-Jeannet. En été, on pourra faire un détour vers la rivière la "Cagne" afin de se rafraîchir.

Sur le chemin du retour Sur le chemin du retour

Il faut compter environ une demie journée. L'idéal est même de revenir en arrière et de grimper sur le baou de la gaude, avec son chêne centenaire. Il offre une expérience beaucoup plus intéressante que celui de Saint-Jeannet.

Wednesday, 27 May 2015
|
Écrit par
Grégory Soutadé

My configuration is a bit specific. I have an Apache server for PHP and Python stuff with nginx as a frontend (and for serving static files like this blog). This part seems normal for most of people. BUT, in my case, I want that the two servers write the access logs IN THE SAME FILE (/var/log/apache2/access.log)

I run a Debian stable on my server. With the previous version (7.0), all was fine, but, until Jessie (8.0), I found a very strange behaviour with my web statistics analyzer. I usually have from 60 to 80 visits per day. In may (after the upgrade to Jessie), I get only 2 or 3 visits per day, using only one subdomain. Plus, it's a period where I have no internet at home and no time to investigate...

Finally, I found the problem ! It's located in logrotate. The two files are :

/etc/logrotate.d/apache2

/var/log/apache2/*.log {
    daily
    missingok
    rotate 14
...
    postrotate
            if /etc/init.d/apache2 status > /dev/null ; then \
                /etc/init.d/apache2 reload > /dev/null; \
            fi;
    endscript
...
}

And /etc/logrotate.d/nginx

/var/log/nginx/*.log {
    weekly
    missingok
    rotate 52
...
    postrotate
            invoke-rc.d nginx rotate >/dev/null 2>&1
    endscript
}

The first one do a logrotate every day of all files in /var/log/apache2/*.log (that contains our . The second one, do only one logrotate every week. But, the most important line is located in postrotate. Why it's important ? Because it says to nginx and Apache "Now the log file has changed, close the previous and open the new one". Seems correct, but without that, nginx write in /var/log/apache2/access.log.1 and not /var/log/apache2/access.log until it gets rotated (after a week) because it will keep the handle on access.log that is renamed to access.log.1 by logrotate.

The solution is to add

invoke-rc.d nginx rotate >/dev/null 2>&1

In the postrotate section of /etc/logrotate.d/apache2 (after the if). Then, restart nginx :

systemctl restart nginx
Tuesday, 26 May 2015
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Pochette Crystals - Eskimo Callboy

Eskimo Callboy est un groupe prolifique, c'est le moins qu'on puisse dire, déjà le troisième album en quatre ans ! Après un premier EP passé un peu inaperçu, les deux dernières moutures ont fait un véritable carton. Si bien que l'étoile montante du metalcore a basculé sous le giron d'Universal Music (adieu Redfield records). Si cela représente un soutien logistique exceptionnel pour ces jeunes métalleux, c'est sans compter la nouvelle équipe de production...

Et c'est là où le bât blesse. Leur troisième album "Crystals" n'est pas mauvais en soi (même si un peu en dessous du précédent), mais le mixage anéanti tout ce qui avait fait la force d'Eskimo Callboy. Les gueulantes sont désormais reléguées au second plan dans un son totalement compressé. Sur le fond (qui n'est pas lié à Sony), les textes sont devenus plus mielleux. Bref, on passera rapidement en attendant l'année prochaine !

Pourtantn tout commence bien, le premier morceau est très énergique, même si le refrain est un peu faible. Le second est déjà plus mielleux, le nouveau style d'Eskimo semble s'adresser aux ados... Ils se rattrapent un peu avec "My Own Summer". Puis, "Kill Your Idols", avec un titre pareil, on s'attendait à quelque chose de bien péchu, encore une déception... La suivante n'est qu'une introduction à "Monster", elle même gâchée par un mixage catastrophique. Vous n'avez jamais entendu de rap Allemand ? Il faut écouter "Best day", l'effet est "particulier". Le huitième titre est plutôt punk, ce qui est fort sympathique. Petit morceau à la "elchtransformer". Ensuite, "Paradise In Hell" propose un refrain vraiment trop faible, c'est dommage. On ne retrouve du véritable Eskimo que dans "Crystals" et "Walk On The Thin Line", un peu tard pour sauver l'album. Enfin, un final acoustique plutôt réussi pour aller se reposer.

En conclusion ? Eskimo Callboy évolue et devient plus grand public. C'est un choix qui ne me plaît personnellement pas, mais ils ont encore le temps de s'améliorer !

Tuesday, 26 May 2015
|
Écrit par
Grégory Soutadé
COOLER MASTER Silencio 652S                                                      105.99 €
COOLER MASTER - G500W 500 watts 						  48.90 €
Processeur INTEL - ® Corei5 4440 3.1GHz Socket 1150 BX80646I54440		 199.90 €
Carte mere ASUS Z97 A								 139.89 €
Memoire DDR3 Crucial Ballistix Tactical LP 16G (2x8Go) PC12800 (1600MHz) CL8	 129.89 €
SAPPHIRE - ATI Radeon R9 280 3G GDDR5 PCI-E DVI-I / DVI-D / HDMI / 		 189.90 €
SSD CORSAIR SSD Force Series GS - 2.5 pouces - 128 Go - SATA III 		  89.90 €
WESTERN DIGITAL - Caviar Black - 1To | SATA 6 Go/s | 7200t | 64 Mo cache	  86.99 €
Graveur DVD LG CH12NS30								  64.90 €
Clavier Souris LOGITECH Wireless Combo MK620					  49.99 €
ALTEC LANSING - BXR 1321 							  17.23 € (Occasion)

Total :                                                                         1123.48 €

En sus
Ecran Pc ACER G276HLabid LED - VA - 2ms - Full HD (69cm)- 16/9 - 300cd/m2	 189.00 €