Archives 2013
Thursday, 21 March 2013
|
Écrit par
Grégory Soutadé

J'ai confiance dans la justice de mon pays. Ars, vous avez beaucoup d'humour

Cette semaine je n'ai rien de spécial à dire, donc autant râler ! Tout commence le 29 décembre 2011 dans les environs de Nice. Au retour vers ma voiture, je découvre une amende pour STATIONNEMENT DANS DES CONDITIONS RISQUANT DE PROVOQUER UN ACCIDENT EN L'ABSENCE DU CONDUCTEUR. Ce qui en réalité veut dire : on a appelé la police un soir de décembre parce qu'on en a marre que les gens se garent devant le local poubelle (où il n'y a pas de panneau d'interdiction de stationnement). En regardant de plus près le procès verbal, je me rends compte qu'il est mal renseigné, notamment la plaque d'immatriculation qui n'est correcte que sur une des deux pages.

Je décide alors de contester. Deux mois plus tard, je reçois un courrier m'indiquant que le commissariat ne peut accueillir favorablement ma demande. Elle est alors transmise au tribunal d'instance et sera examinée par un juge de proximité. Un an plus tard, le tribunal rend sa décision, il confirme la validité du procès verbal.

La justice est-elle aveugle à ses performances ? Non, elle s'en balance

Le montant de l'amende n'est pas très élevé et il est possible d'obtenir une réduction de 20% si on paye dans les 30 jours suivants ou de continuer les procédures. J'ai choisi la première solution, mais il y a plusieurs choses à retenir de cette expérience : la police municipale ne sait pas remplir correctement un procès verbal, elle est incompétente pour juger de ses propres fautes. Le juge de proximité est incompétent n'est pas objectif. La justice est longue, et entraîne des frais pour un résultat décevant.

Wednesday, 13 March 2013
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Tourettes sur Loup

C'est début mars que commencent à apparaître les premières violettes. La culture de cette fleur fragile est la fierté des Tourrettans depuis le début du siècle dernier, même s'il n'y a plus aujourd'hui que 6 producteurs. L'occasion est belle d'organiser une fête en son honneur. Au menu : marché artisanal, décorations dans le village et défilé (avec bataille de fleur) le dimanche.

Mais Tourrettes est victime de son succès ! Dans ses rues étroites se bousculent deux mille personnes, difficile donc de circuler. Le dimanche, l'organisation a essayé de prévoir le coup en mettant en place des navettes à partir de la Sine (Vence) et a réservé le parking principal aux bus de tourisme. Sauf que, d'une part, il n'y avait pas vraiment de parking à la Sine et, d'autre part, les navettes font une pause pendant toute la durée du défilé et de la bataille de fleur.

Ce qui fait que la cinquantaine de bus (dont la moitié Italiens, mais aussi des Japonais !) se retrouvent à faire le défilé EN MÊME TEMPS sur une route où ils se croisent à peine. Et quand un bus reste stationné sur une des deux voies, que la route est ré ouverte à la circulation et qu'il n'y a personne (malgré la présence de la gendarmerie) pour faire la circulation, on se retrouve dans un gros bordel...

Violette

Si le défilé est plutôt sympathique, la violette n'est pas réellement mise en avant (outre la bastide aux violettes, mal indiquée en temps normal). Les problèmes d'organisation (ou le succès) viennent gâcher la fête. Comble de l'histoire : pour réellement apprécier tous les charmes de Tourrettes-sur-loup, il est conseillé de venir en dehors de la fête de la violette !

Tuesday, 05 March 2013
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Affiche du film Boule et Bill

Lors d'une ballade en campagne, papa Boule se retrouve, malgré lui, dans un centre de la SPA. La famille Boule repart avec Bill, le cocker qu'à choisi le fils, Boule. La cohabitation n'est pas facile entre Bill et papa Boule. Pire encore, lorsque celui-ci reçoit une promotion, la famille quitte sa maison avec jardin pour un appartement en banlieue Parisiene. À partir de ce moment, s'enchaînent les catastrophes.

On retrouve avec plaisir Franck Dubosc et Marina Foïs qui jouent juste, même si la dernière partie paraît vraiment longue (pourtant il ne dure que 1h20). Le film évite néanmoins de tomber dans la caricature des années 70. "Boule et Bill" est une comédie qui plaira sûrement aux enfants.

Monday, 04 March 2013
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Affiche du film Möbius

Möbius est un drame sur fond de film d'espionnage. C'est ainsi qu'il faut l'aborder si l'on ne veut pas s'ennuyer pendant 1h40. La trame de fond est asez complexe, et il faudra du temps avant de comprendre ce qui se passe réellement. Mais, contrairement à un James Bond ou un OSS, la tension et les sentiments sont préférés à l'action. On retrouve un Jean Dujardin et une Cécile de France superbes, ce qui n'enlève rien à la prestation des autres acteurs (et particulièrement celle de Tim Roth). La réalisation est des plus classique. Éric Rochant à la fois réalisateur et scénariste signe une belle oeuvre.