Archives 2013
Wednesday, 18 September 2013
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Je vous parle d'un temps
Que les moins de vingt ans
Ne peuvent pas connaître
Montmartre en ce temps-là
Accrochait ses lilas
Jusque sous nos fenêtres
Et si l'humble garni
Qui nous servait de nid
Ne payait pas de mine
C'est là qu'on s'est connu
Moi qui criait famine
Et toi qui posais nue

 

Un peu de nostalgie... C'était il y a 15 ans. Le 12 juillet exactement. L'équipe de France de football devenait championne du monde, chez elle, en France ! Ce n'est pas tant la date anniversaire qui m'a fait y penser, mais surtout l'envie de ré écouter ce qui est devenu l'hymne des bleus : La reprise de "I will survive" par Hermes House Band.


On a tendance à ne se rapeller que les bons moments du passé et finir par conclure que c'était mieux avant. Certes, le contexte actuel est peut être moins favorable, mais ce n'était pas forcément mieux avant. C'est justement ce point qui est important. Mieux ou pas, ce qu'a réussit l'équipe de France, outre sa victoire historique, c'est de réunir la France dans un sentiment mélangeant joie et orgueil, un sentiment de fierté nationale, en exhibant les trois couleurs, en chantant la Marseillaise, tous réunit sur les champs. Sentiment partagé non pas seulement par les fans de football, mais par une très grande partie de la population.

C'est dommage qu'aujourd'hui le foot ne fasse plus rêver, car c'est un sport populaire qui devrait donner aux jeunes des modèles et des valeurs. Les individualités ont pris le pas sur le groupe, malgré le fait qu'il y ait, en équipe de France, certains des meilleurs joueurs au monde. Ce qui prouve bien que dans le foot comme dans la vie, un groupe est une somme d'individus, mais une somme d'individualités ne peut pas forcément composer un groupe. Peut être que les choses seront différentes en 2014...

La bohème, la bohème
Ça voulait dire on est heureux
La bohème, la bohème
Nous ne mangions qu´un jour sur deux

...

La Bohème, Charles Aznavour et Jacques Plante, 1965

Friday, 06 September 2013
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Au boulot, je suis souvent amené à lire du binaire. Sous GNU/Linux, il y a l'utilitaire hexdump. S'il est très pratique, je ne supporte pas le formatage par défaut (8 colonnes, 2 octets par colonne, big endian), lui préférant celui d'EMACS (qui est bien plus naturel). En cherchant ici et là, j'ai trouvé comment avoir un résultat un peu plus sympa :

Simple formatage 16 colonnes, 1 octet par colonne

hexdump -v -e '16/1 "%02x " "\n"' test
cd 7d 3a 34 2f 9c b7 17 b2 46 0f 13 96 dc 29 2c
a7 38 15 c1 40 74 07 1d 34 c8 a2 c6 01 e8 ff e1
0c 52 72 66 4c 6d 55 9a 13 9a 3c fb 09 cc f8 5e

Simple formatage 16 colonnes, 2 octets par colonne (affichage big endian)

hexdump -v -e '16/2 "%04x " "\n"' test
7dcd 343a 9c2f 17b7 46b2 130f dc96 2c29 38a7 c115 7440 1d07 c834 c6a2 e801 e1ff
520c 6672 6d4c 9a55 9a13 fb3c cc09 5ef8 c8b5 f747 c076 3a64 4363 ba02 3cc3 b899
2fdd 0c04 15f0 26fc 4840 de08 5682 0795 f938 dfbd 97e0 6219 4dc1 bd11 a217 48a2

Simple formatage 16 colonnes, 4 octets par colonne (affichage big endian)

hexdump -v -e '8/4 "%08x " "\n"' test
343a7dcd 17b79c2f 130f46b2 2c29dc96 c11538a7 1d077440 c6a2c834 e1ffe801
6672520c 9a556d4c fb3c9a13 5ef8cc09 f747c8b5 3a64c076 ba024363 b8993cc3
0c042fdd 26fc15f0 de084840 07955682 dfbdf938 621997e0 bd114dc1 48a2a217
0b2a4ba6 92e126e3 41b390bb c6715665 513d27ce ac133bf9 c4110439 2617d3eb
6be79814 3c87391d 950461d9 e4fc7027 dcd0bf46 0d690fdc eb5b68d7 3d5d0bee
8d78785d 97e315ee f801f1ac b1d8247a 02bd5328 91acb913 0f6b4024 8eadb09d

Avec l'affichage des adresses

hexdump -v -e '"%08_ax " ' -e '16/1 "%02x " "\n"' test
00000000    cd 7d 3a 34 2f 9c b7 17 b2 46 0f 13 96 dc 29 2c
00000010    a7 38 15 c1 40 74 07 1d 34 c8 a2 c6 01 e8 ff e1
00000020    0c 52 72 66 4c 6d 55 9a 13 9a 3c fb 09 cc f8 5e
00000030    b5 c8 47 f7 76 c0 64 3a 63 43 02 ba c3 3c 99 b8

Affichage par octet sans retour à la ligne

hexdump -v -e '/1 "%02x "' test
cd 7d 3a 34 2f 9c b7 17 b2 46 0f 13 96 dc 29 2c a7 38 15 c1 40 74 07

Avec l'affichage des caractères

head -n 3 gpl-3.0.txt| hexdump -e '8/1 "%02X " "\t\t"' -e '8/1 "%c" "\n"'
20 20 20 20 20 20 20 20                
*
20 20 20 20 47 4E 55 20            GNU
47 45 4E 45 52 41 4C 20        GENERAL
50 55 42 4C 49 43 20 4C        PUBLIC L
49 43 45 4E 53 45 0A 20        ICENSE

Variante (sans les étoiles)

head -n 3 gpl-3.0.txt| hexdump -v -e '8/1 "%02X " "\t\t"' -e '8/1 "%c" "\n"'
20 20 20 20 20 20 20 20                
20 20 20 20 20 20 20 20               
20 20 20 20 47 4E 55 20            GNU
47 45 4E 45 52 41 4C 20        GENERAL
50 55 42 4C 49 43 20 4C        PUBLIC L
49 43 45 4E 53 45 0A 20        ICENSE

On peut ainsi combiner les formatages à l'infini pour avoir le résultat souhaité !

Thursday, 22 August 2013
|
Écrit par
Grégory Soutadé

La campagne indiegogo s'est terminée aujourd'hui. La déception est aussi grande que les attentes de ceux qui y ont cru. En effet, en vendant du rêve, Canonical a forcément déçu ses partisans. Pourtant la campagne n'est pas un échec total grâce au buzz crée autour d'Ubuntu et du prochain Ubuntu Touch.

Des records pour l'Edge

Si le record du crowdfunding revient à Star Citizen avec 15M$, l'Ubuntu Edge dépasse de 2.6M$ (12.81M$ en seulement 30 jours) le record en une seule campagne (contre 3 ou 4 pour Star Citizen), surpassant la montre connecté pebble et ses 10.27M$. Elle devient aussi la campagne avec le lancement le plus rapide : 2M$ en 8h. Autre record : plus de 20 000 messages ont été postés sur la page du projet. Hélas, seulement 17 842 Edge ont été vendus (pour 27 488 donateurs), ce qui est largement insuffisant pour démarrer une production industrielle. Peut être qu'en passant la barre des 20 000 pièces, Canonical aurait prolongé la campagne.

Le succès vient en grande partie de la communauté qui s'est démenée pour faire vivre l'Edge. Face au résultat final, elle reproche à Mark Shuttleworth de ne pas avoir tout mis en oeuvre pour arriver à ses fins : une campagne dans la période creuse, obligation de passer par paypal ce qui restreint certains marchés comme la Chine, manque de communication de la part de Canonical. Le manque de partenaire industriel aussi. Mis à part Bloomberg et 3 starter kits, aucune entreprise n'a investi dans le projet.

C'est donc un résultat mitigé pour Canonical qui n'arrive toujours pas à trouver des partenaires pour matérialiser sa vision (après l'échec d'Ubuntu TV). Il ne reste plus qu'à attendre octobre pour toucher du bout des doigts les premiers smartphones avec Ubuntu Touch.

Wednesday, 14 August 2013
|
Écrit par
Grégory Soutadé

6 ans qu'on l'attendait : Yoshu Fukushu est le nouvel album de Maximum The Hormone !! J'écrirai une revue plus détaillée quand j'aurai ce nouveau jouet. En attendant il faut se consoler avec ce clip (On dirait qu'ils ont troqués leur partie punk pour quelque chose de plus sombre, reste encore à voir s'il représente tout ou partie de l'album).

Wednesday, 07 August 2013
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Il y'a 6 ans, Apple réalisait son plus gros coup marketing avec l'iPhone : un smartphone avec deux générations d'avance sur ses concurrents ! C'est alors une véritable révolution. Il a fallu quelques années avant que les concurrents ne se mettent au niveau (voir le dépasse). Samsung écrasant tout le monde grâce au soutiens de Google et de son Android, pièce incontournable de tout nouveau smartphone. Les géants de la téléphonie ayant loupé le coche tombèrent les uns après les autres : Nokia, Ericson, Alcatel, BlackBerry...

Si les premières années ont été fastes en terme d'innovation, le marché commence à stagner. Il est sâturé de copies plus ou moins proches. Les fabricants se battent alors à coup de giga hertz, de giga octets et de mega pixels. Il n'y a qu'à voir la gamme xperia de sony pour s'en convaincre. Nokia a, quant à lui, choisit un "Windows Phone" pour essayer de sortir du lot.

Néanmoins, au milieu de cette bataille acharnée, il y a une petite lumière : l'Ubuntu Edge. Smartphone haut de gamme équipé d'Ubuntu Touch. Mark Shuttleworth croit que l'avenir est à la convergence mobile/desktop. Il veut réunir dans l'Edge autant de puissance que dans un ordinateur et ainsi ne plus utiliser qu'un dock à la place de la classique unité centrale.

ubuntu_edge_hw.jpg


L'Edge serait un téléphone avec les meilleurs composants du marché (les caractéristiques précises ne sont pas connues), mais ce n'est pas son seul atout. Outre son design différent, il fait tourner un Ubuntu Touch. Comme ses concurrents, son prix tourne aux alentours de 800$, ce qui les vaut bien quand on voit ses caractéristiques. Il est prévu pour mai 2014. Mark a décidé de lancer une campagne indiegogo (financement collaboratif) pour la réalisation de l'Edge, qui est aussi son unique point de vente... La barre est fixée à 32 millions de dollars, en deçà le projet ne verra pas le jour.

C'est un projet fou s'il réussit, mais une barre aussi haute est difficilement atteignable : le record actuel est de 15 millions de dollars pour Star Citizen. C'est pourtant l'Ubuntu Edge qui détient le record du lancement avec 2 millions de dollars réunit en 8h (surtout grâce aux premiers pack à 625$ le smartphone) ainsi que le record de la barre la plus haute pour un projet de financement collaboratif. Cela permet toutefois de tester la communauté et l'engouement autour du projet (les contributions vont de 20$ à 80 000$).

Si le montant actuel n'est que de 8M$, on ne compte toutefois que moins de 20 000 contributeurs. Le succès est donc mitigé pour le moment, sûrement le fait que le budget moyen (~800$) pour obtenir un retour est trop important pour les contributeurs (là où on est aux alentours de 70$ pour un Star Citizen). C'est dommage, car il apporte de vraies innovations et ce genre de plateforme (indiegogo) est le meilleur tremplin pour l'innovation. Ceci dit, il reste encore deux semaines pour contribuer, donc tout peut arriver !

EDIT : Un nouveau tarif unique de 695$ est mis en place, les ventes décollent !

ubuntu_edge_sw.jpg
Ubuntu et Mark Shuttleworth en deux mots

Mark Shuttleworth est un entrepreneur et philanthrope Sud Africain. Outre le fait qu'il a été le deuxième touriste de l'espace, c'est aussi le fondateur d'Ubuntu, la distribution GNU/Linux la plus populaire, qu'il soutient via la société Canonical Ltd.. Décriée au fur et à mesure de sa montée en popularité, Ubuntu est pourtant la distribution qui a réellement amené Linux sur le desktop à grande échelle. Les autres distributions soutenues par des entreprises telles que Red Hat, Suse ou encore Mandriva sont, pour la plupart, cantonnée à l'utilisation professionnelle.

Le point de départ d'Ubuntu est l'innovation et le partage, ce que l'on retrouve parfaitement dans la description de l'Edge.