Archives 2013
Tuesday, 19 February 2013
|
Écrit par
Grégory Soutadé

SMS in classroom

Un serveur perso c'est bien, un serveur auto hébergé c'est très bien, mais un serveur auto hébergé qui a planté, c'est nul ! L'inconvénient du plantage système est qu'il ne prévient pas, du coup la durée d'indisponibilité peut être longue si l'on ne s'en rend pas compte.

Pour pallier à ce problème, j'ai fait un petit retour vers OVH. Mon compte n'ayant pas été clôturé après la migration du nom de domaine, j'en ai profité pour acheter un pack SMS. Pour environ 10€ TTC, j'ai 100 SMS que je peux envoyer via le web. Ce petit script bash permet de me notifier lorsque le serveur tombe. Bien sûr, il faut pouvoir l'exécuter sur un PC connecté h24...

L'idée est de faire un HEAD sur la favicon de mon blog (qui n'existe pas et qui n'apparaît pas dans les log). La requête est exécutée toutes les 10 minutes. Au bout de 3 échecs successifs (pour éviter les problèmes de changement d'IP), un SMS est envoyé et le script quitte.

#!/bin/bash BASE_URL="https://www.ovh.com/cgi-bin/sms/http2sms.cgi" ACCOUNT="sms-sgXXXXX-1" LOGIN="BBBBBB" PASSWORD="YYYYYYYY" FROM="SOUTADE" TO="%2B33666ZZZZZZ" #+33666ZZZZZZ MESSAGE="Cybelle%20is%20down" # Cybelle is down MAX_TRIES=3 TARGET="http://blog.soutade.fr/favicon.ico" request="$BASE_URL?account=$ACCOUNT&login=$LOGIN&password=$PASSWORD&from=$FROM&to=$TO&message=$MESSAGE&noStop=1" #echo $request tries=$MAX_TRIES while [ 1 ] ; do HEAD $TARGET | grep "404" >/dev/null # Found if [ $? -eq 0 ] ; then # Reset counter if [ ! $tries -eq $MAX_TRIES ] ; then tries=$MAX_TRIES fi else # Fail tries=`expr $tries - 1` fi # No more tries, send notification and exit if [ $tries -eq 0 ] ; then GET "$request" break fi sleep 10m done

PS : Pour utiliser le script, il faut créer un nouvel utilisateur et ajouter un expéditeur depuis l'interface OVH. Attention, les champs doivent être encodés sous la forme URL (voir la partie "encode" de http://soutade.fr/urlunshortener)

Friday, 15 February 2013
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Affiche du film Turf

"Turf" : Terrain où se disputent les courses de chevaux. Ceux qui les arpentes sont appelés des "turfistes". On retrouve donc quatre turfistes, amis d'enfance, qui en ont marre de parier tous les jours au PMU du Balto pour ne rien gagner. Ils décident alors de devenir propriétaire d'un cheval. Le scénario est largement prévisible, quelques passages sont drôles, pour le reste, il vaut mieux le regarder un soir devant sa télévision plutôt que de se déplacer au cinéma.

Le film tente en vain de donner vie à ce quatuor qui reste bien mou. Le scénario comporte plein de facettes à peine survolées. Seules les prestations d'Édouard Baer, de Sergi López et de Gérard Depardieu (qui joue le méchant et fini en prison pour pari truqué, une coïncidence ?) viennent égayer un tantinet un film sans personnalité.

Alain Chabat, producteur exécutif et co scénariste n'a pas réussi son meilleur coup.

Pour le plaisir : une scène culte d'Astérix mission Cléopâtre :

Thursday, 07 February 2013
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Logo Dynastie

Après 7 mois de développement, la version 0.1 de Dynastie est en ligne. Dynastie est un générateur de blog statique, c'est-à-dire qu'il va générer un ensemble de pages HTML statiques à partir de modèles (template) et d'articles. Contrairement à l'ensemble des moteurs de site web dynamiques où les pages sont regénérées à chaque connexion. L'avantage d'un tel procédé est qu'on ne fait le travail qu'une seule fois. Il suffit ensuite de servir les pages qui existent déjà avec nginx (qui est très bon pour ça). On optimise ainsi le temps de réponse et la charge serveur (qui n'est pas très puissant).

C'est tellement simple à réaliser qu'il y a une multitude de générateur disponibles sur le net. J'aurais pu utiliser un de ceux là, mais il manquait plusieurs fonctionnalités :

  • Un éditeur WYSIWYG accessible via une interface web
  • Écrit en Python
  • La compression gzip des pages générées
  • Qui accepte le HTML en entrée
  • Qui n'utilise pas Disqus
  • Qui n'utilise pas Mako/Jinja/Cheetah (des moteurs Python)
  • Qui est simple

Au début, j'ai commencé par un site en PHP, mais j'ai rapidement abandonné au profit de Python et surtout du framework Django. J'ai tout de suite été conquis par sa simplicité. Bref, Dynastie supporte toutes les fonctions traditionnelles d'un blog et même plus :

  • Index dans l'ordre anti chronologique
  • Categories
  • Tags
  • Flux RSS/Atom
  • Commentaires (dynamiques et sans Disqus)
  • Recherche (dynamique)
  • éditeur WYSIWYG en ligne
  • Coloration syntaxique (avec Pygments)
  • Prévisualisation
  • Multi blogs
  • Multi utilisateurs
  • On ne regénère que ce qui est nécessaire

Les principes de Dynastie sont simples :

  • Les articles sont stockés dans des fichiers HTML séparés
  • Les méta informations (titres, tags, commentaires, ...) sont stockées dans une base de données SQLite ce qui permet une manipulation aisée
  • Les modèles sont stockés sous le dossier "sites/<nom du site>", ils sont constitués de pages HTML avec des directives en XML (contrairement à la plupart des générateurs) pour interagir avec le moteur

Lors de la génération, Dynastie mélange tous ces éléments dans le dossier "sites/<nom du site>_output". Il copie aussi tous les fichiers ne commençant pas par "_" (qui sont les fichiers de modèle en général). Mais ça ne s'arrête pas là : il est possible d'ajouter "à la volée" des commentaires ainsi que de faire des recherches dans les pages du site généré. C'est cet aspect à la fois DYNAmique et StaTIquE qui a donné son nom au générateur.

Tous ces éléments d'architecture justifient sa création, qui est plus qu'une simple copie. Bien sûr, le design général du site fait pitié, mais c'est simple et efficace !

Dynastie process

Thursday, 31 January 2013
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Si vous avez des ennuis, prenez un avocat ! Vous aurez toujours des ennuis, mais vous aurez un avocat !

Aujourd'hui nous allons répondre à une problématique concernant la sécurité et le travail en équipe. Lorsque le travail requiert des besoins importants en terme sécurité, il arrive de devoir mettre en place des dossiers chiffrés pour protéger des documents confidentiels. Pour cela, la solution idéale est TrueCrypt : le volume sécurisé est monté et seul l'utilisateur peut y accéder (pas de montage réseau possible). Mais quand on travaille à plusieurs sur les mêmes documents, il faut créer un TrueCrypt par machine et synchroniser les fichiers "à la main"...

Travail en équipe avec TrueCrypt

Bref, ce temps est révolu. En combinant SSHFS et EncFS on peut créer des dossiers chiffrés et y accéder à distance de façon sécurisée (à tous les niveaux). Il faut mettre en place un "serveur" qui va centraliser les dossiers et une installation sur chaque client comme suit

Travail en équipe avec EncFS et SSHFS

Sur le serveur

Installer encfs

sudo apt-get install enfs

Éditer le fichier /etc/fuse.conf pour autoriser les utilisateur non root à utiliser fuse
Décommenter "user_allow_other"

La commande "ls -l /dev/fuse" devrait donner le résultat suivant

crw-rw---- 1 root fuse 10, 229 Jan 24 12:05 /dev/fuse

Si le groupe "fuse" n'a toujours pas accès à /dev/fuse, il faut redémarrer la machine (c'est le cas notamment sous Debian).

Créer un utilisateur spécifique pour le projet

sudo adduser PROJET

Ajouter l'utilisateur au groupe fuse

sudo adduser PROJET fuse

Démarrer un shell avec l'utilisateur PROJET

su PROJET cd

Créer le dossier qui sera chiffré

mkdir projet_enc

Faire le montage du dossier encfs dans le dossier "projet_enc_out"

encfs /home/PROJET/projet_enc /home/PROJET/projet_enc_out

Quitter

exit

Sur chaque client

Installer sshfs

sudo apt-get install sshfs

Éditer le fichier /etc/fuse.conf pour autoriser les utilisateur non root à utiliser fuse
Décommenter "user_allow_other"

La commande "ls -l /dev/fuse" devrait donner le résultat suivant

crw-rw---- 1 root fuse 10, 229 Jan 24 12:05 /dev/fuse

Si le groupe "fuse" n'a toujours pas accès à /dev/fuse, il faut redémarrer la machine (c'est le cas notamment sous Debian).

Ajouter courant l'utilisateur au groupe fuse

sudo adduser USER fuse

Créer le point de montage

mkdir projet_secret

Monter le dossier chiffré distant

sshfs -o uid=$UID gid=$GID PROJET@IP:/home/PROJET/projet_enc_out projet_secret

Démonter le dossier

Que ce soit sur le serveur ou sur le client, il n'y a qu'une seule commande

fusermount -u <point_de_montage>

Conclusion

À l'intérieur de ce dossier on peut ensuite créer un dépôt git et faire un clone : ça donne un git distant sécurisé (même si on a l'impression d'y accéder en local). On peut aussi inscrire les clés publiques pour l'utilisateur PROJET et donc restreindre l'accès à certaines machines uniquement, ce qui a pour effet de bord d'avoir un mot de passe différent pour chaque utilisateur et non un mot de passe commun !

Thursday, 31 January 2013
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Affiche du film Rue Mandar

"Rue Mandar" n'a d'intéressant que son casting. On suit la débâcle d'une famille juive après la perte de leurs (grands-)mère. Le reste est long, ennuyeux voire carrément pathétique. Seul le personnage qu'incarne Richard Berry relève un peu ce film au goût bien fade. Bref, il ne vaut pas les 9€ de l'entrée.