Archives 2016
Saturday, 19 March 2016
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Rockfarmers (2016)

Pochette RockFarmers

Pour reprendre la présentation officielle, Rockfarmers a été écrit et composé durant la tournée Gasconha Rocks (2013-2015), c'est-à-dire aux quatre coins du monde ! Pour cet opus, les Gascons ont eu la chance d'être mixés par Vance Powell à Nashville dans le Tenessee. Ce dernier a travaillé avec (entre autres) The Raconteurs, The White Stripes et les Arctic Monkeys. Le mixage a, comme l'enregistrement, été effectué avec du matériel 100% analogique, qui donne ce fameux grain à certains morceaux.

Côté visuel, c'est encore une fois une grosse claque. Abu, le dessinateur a pu passer un mois à la ferme Lou Casse. Les croquis semi colorisés ressortent superbement à côté des photos du livre de 40 pages au format 24cmx24cm d'une qualité irréprochable. De quoi balancer à la poubelle les miteuses pochettes carton ainsi que les boîtes CD plastiques au format standard qui se font traditionnellement.

Outre les paroles, le livre contient deux CD audio (pour 1h05 de musique) à l’effigie de Laurent et Mathieu, ainsi qu'un documentaire réalisé, lui aussi, lors de la tournée mondiale. Seul regret, ils sont insérés dans des pochettes carton (on y revient !) collées, ce qui les rend assez fragiles et difficile à manipuler (faites des sauvegardes !). À noter que les morceaux sont assez longs (4-5 minutes en moyenne).

Le tout est sorti officiellement en février 2016, mais des lots (avec du foie gras) étaient disponibles durant la période de noël. Et parce que ça n'apporte rien, mais que c'est à la modeclasse, une version vinyle existe également.

Voilà, tout est dit... Gasconha Rocks était déjà un peu plus sombre que les précédents opus, ici on abandonne complètement les cuivres. Pour innover, il y a quelques instruments acoustiques (guitare, banjo, harmonica...), une chorale d'enfants, mais l'esprit originel et original, sympa, agressif, fou, vitaminé, festif de The Inspector Cluzo se noie dans un rock lent et souvent dépressif. Laurent retrouve aussi son principal défaut : une montée dans les aigus tout à fait désagréable, bien que le tout soit compressé pour ne pas faire exploser les enceintes.

Seuls quelques titres méritent le détour : l'introduction très oisive ;) qui entame sur du bon rock, le second morceau avec un refrain accrocheur. "Lost In Traditions" annonçait pourtant un blues sympa, mais aurait mérité d'être amputé d'une bonne minute. On sautera directement au second titre du deuxième disque pour entendre un rock plutôt sympathique gâché par les chœurs. Dans un registre plus classique, "Quit The Rat Race" propose du bon rock à l'ancienne (un des rares titres qui sauve l'album). L'hommage à leur dessinateur de toujours, Abu, est un long solo avec des choeurs tristesspirituels. Pour terminer, on fera abstraction du chant sur "Romana" pour écouter une compo jazzy très fraîche.

Grosse déception donc pour cet opus. TIC a voulu faire les choses en grand, mais a oublié les fondamentaux comme qui dirait. Il ne reste qu'à se rabattre sur le foie gras d'oie de Lou Casse pour se consoler !

Thursday, 03 March 2016
|
Écrit par
Grégory Soutadé

IPToGeo

Voici la première version d'IPToGeo. Il s'agit d'un double service (serveur et ligne de commande), qui permet de récupérer l'assignation géographique (code pays ISO) d'une adresse IP. Je parle ici d'assignation, car, même si dans 90% des cas, la localisation du fournisseur est la même que celle de l'utilisateur, il reste 10% où ce n'est pas vrai. Par exemple, un fournisseur de service VPN peut avoir des utilisateurs dans le monde entier, donc les utilisateurs finaux ne seront pas ceux de l'adresse remontée dans le journal. Pour avoir une géolocalisation précise, il faudra se tourner vers d'autres services qui ont des bases de données beaucoup plus fines.

Pour se faire, IPToGeo va récupérer les données des 5 RIR (Regional Internet Registries) : AfriNIC, APNIC, ARIN, LACNIC et RIPE NCC et les compiler en données statiques pour fournir une base de données sous forme d'un arbre non équilibré (pour le langage C). Le but est d'utiliser le moins de ressources possible et d'avoir une très forte réactivité.

La partie serveur est écrite en C, les données sont générées à partir d'un script Python. Les tests sont eux aussi en Python (une classe haut niveau est fournie). Afin d'améliorer encore la sécurité, il y a un support (optionnel) de seccomp. Les adresses IPv4 et IPv6 sont supportées.

Pourquoi iptogeo alors qu'il existe déjà des bases de données gratuites (notamment celle de Maxmind) ? Tout d'abord pour des raisons de confidentialités. Faire une requête sur une IP pour obtenir une position géographique est une source d'information pour celui qui écoute le trafic réseau. Ensuite, parce que c'est simple : la compilation des données et la recherche a demandé peu de travail (de plus, les données sont fournies gratuitement et mises à jour quotidiennement). Ce projet m'a permis de poser les bases d'un serveur optimisé, sécurisé (via seccomp) et qui écoute aussi bien en IPv4 qu'en IPv6. Finalement, parce que la recherche telle qu'implémenté nativement dans AWStats, et qui se base sur l'extension du DNS inversé est mauvaise (impossible de déterminer la position d'un .com grâce à son extension). En effet, le but de la classe Python est du test, mais aussi et surtout pour être intégrée à iwla.

Comme d'habitude, les sources sont disponibles sous licence GPLv3 dans ma forge inDefero.

IPv6

Petit aparté sur IPv6. Naïvement, je pensais qu'IPv6, c'était comme IPv4 avec des adresses plus longues, du coup il était idiot de ne pas migrer, surtout que l'on prédit sans cesse l'épuisement des adresses IPv4 au niveau mondial. Au lieu de réaliser cette migration, les opérateurs réseaux utilisent des techniques plus ou moins louches pour pallier à ce problème (NAT, double NAT, adresses privées...).

Pour rappel, IPv4 est un système d'adressage qui date de janvier 1980, on est donc au début de l'informatique moderne. À ses 18/19 ans, la norme IPv6 a été finalisée par l'IETF. Norme qui a aujourd'hui elle-même 18 ans. 1998, c'est le tout tout début du haut débit en France, le bas débit ayant déjà bien vécu et une solide expérience dans un réseau mondial appelé Internet ayant été acquise par l'IETF.

La norme IPv6 a donc été définie, non pas seulement pour augmenter la taille des adresses IP, mais aussi pour corriger tout un tas de défauts d'IPv4. Les deux normes doivent cohabiter : d'un côté, une norme archaïquerudimentaire, et de l'autre une super norme qui se révèle pourtant beaucoup plus complexe.

C'est cette question de complexité qui fait toute la différence. Tout le monde est capable de comprendre rapidement les mécanismes IPv4 (en plus de pouvoir retenir plus ou moins facilement une adresse de tête). L'administration y est simple, même si la puissance de calcul des routeurs doit être plus importante. C'est ce qui fait sa force (en plus d'être déjà en place depuis des années) là où IPv6 amène plein de nouveaux concepts nécessitant d'adapter tous les étages du réseau (matériel, administration, logiciel...) : auto-configuration, adresse privée + adresse publique, renouvellement d'adresse...

D'un point de vue technique, IPv6 est pourtant implémenté dans les équipements depuis des années. Linux facilite lui aussi la migration en faisant une correspondance automatique IPv6 -> IPv4 pour les serveurs qui n'écoutent qu'en v4. Néanmoins, basculer le réseau mondial en IPv6, c'est potentiellement priver les utilisateurs de réseau à cause d'une mauvaise configuration (qui va assurer le support ?). Risque trop important dans un monde qui se veut "tout connecté". La transition se fait donc extrêmement lentement (tout le monde freine le plus possible) via des services comme des tunnels (6rd) ou encore l'implémentation de double pile au niveau des boxs. Paradoxalement, ces solutions de migrations sont finalement plus complexes à mettre en œuvre que l'IPv6 natif !

Thursday, 18 February 2016
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Un instant !!!

Qu'est qui ya ?

C'est un nouveau patient, il faut l'enregistrer

On l'enregistrera plus tard, il a un couteau dans le dos

C'est la consigne

C'est où qu'on signe ?

C'est là qu'on signe

François Pérusse - Les urgences - 7

Ariane vend des confitures qu'elle fabrique artisanalement dans son petit laboratoire de Mouans-Sartoux. Un soin tout particulier est apporté, tant dans la fabrication, que dans la sélection des matières premières. C'est le parfait exemple de l'artisan de proximité, chose qui devient rare de nos jours. Seulement voilà, quand on ramène gentiment le pot de confiture vide (et propre) que l'on a acheté la semaine passée, Ariane nous indique qu'elle ne les reprend pas...

La réponse a de quoi surprendre, surtout que Mouans-Sartoux est réputée pour être une ville tournée vers l'écologie. Deux hypothèses s'offrent ici :

  • Soit Ariane achète des pots déjà stérilisés (et donc ne le fait pas elle-même)
  • Soit Ariane ne veut pas s'encombrer de cette charge de travail supplémentaire

Dans tous les cas, le pot finira dans un container de recyclage du verre. Ce type de recyclage a été le premier à voir le jour en France, suite à l'abandon progressive des consignes dans les années 60. Pour autant, même si elle est recyclée, une bouteille en verre ne pourra fournir que 80% à 90% de la matière première nécessaire à la fabrication d'une autre bouteille, le tout en étant fondu à plus de 1500°C. Il s'agit donc d'un processus complexe qui nécessite un matériel de pointe et beaucoup d'énergie. Pour faire bien, il faudrait aussi séparer le verre blanc et le verre coloré (à partir duquel on ne peut plus produire de verre blanc), ce qui n'est pas le cas en France. Le verre utilisé pour la vaisselle domestique n'est quant-à-lui pas recyclable car il utilise des composants de type vitrocéramique. On notera tout de même que le système de consigne des bouteilles persiste dans le cas des débits de boisson.

Cet exemple n'est que l'arbre qui cache la forêt. L'écologie est un domaine qui commence à toucher de plus en plus de consommateurspersonnes, faisant naître progressivement une prise de conscience collective, même si relativement réduite par rapport à l'ensemble de population mondiale dont la première des priorités est d'assurer sa propre survie (et pas forcément celle de ses descendants). On se rend compte qu'il est nécessaireimpératif de réduire la production de déchets (donc d'utilisation d'énergie et de matières premières). Les épiceries et petits commerces "bio" sont, dans ce secteur, souvent en avance. La dernière idée est de réduire les emballages au strict minimum : fini les portions individuelles, on vend désormais en vrac !

À moins d'avoir de très grosses mains pour pouvoir transporter tous ses produits, il faut donc des contenants. Le siècle dernier a été le siècle du pétrole. Pétrole à partir duquel on a pu synthétiser des plastiques plus ou moins appropriés à une utilisation alimentaire. Ces plastiques ont complètement éclipsés les contenants traditionnels tel que le verre : plus légers, plus résistants aux chocs, moins chers, aussi (voir plus) malléables. Le coût de transport et de stockage ont, de fait, été largement réduits. On pourrait arguer que le plastique est lui aussi recyclable, ce serait encore mieux s'il était réutilisable !

Le carton est l'autre grand gagnant dans la guerre des emballages : léger, peu cher, suffisamment solide pour sa tâche, facilement personnalisable, également recyclable, il peut même provenir de sources renouvelables, mais n'est toujours pas réutilisable !

Cette question des emballages est à la fois importante et universelle. Comme mentionné plus haut, certaines épiceries (bio ou non) vendent désormais en vrac. L'idée est bonne, mais n'est pas applicable à tous les produits. Un des inconvénients de ce système est la perte de fraîcheur du produit (exposé à l'air ambiant), ainsi que l'écrasement de celui-ci s'il se trouve dans des containers trop grands (les pertes sont d'autant plus grandes que le débit est faible), là où l'industrie agroalimentaire nous a habitué aux portions "individuelles".

Une solution naïve consisterait à prendre le meilleur des deux mondes : avoir des portions individuelles dans des emballages réutilisables (en verre ou non). Il faudrait donc revenir à ce fameux système de consigne. Sur le papier, l'idée est belle mais requiert un effort énorme.

En effet, l’essor des transports a permis de réduire virtuellement la distance entre producteurs et consommateurs. au XIXe siècle, il était peu envisageable de se fournir en matières premières alimentaires provenant de l'autre bout de la France. Les durées de transport et les modes de conservations n'étant pas suffisamment au point. On achetait donc des fruits et légumes du coin, le lait et les œufs provenaient de la ferme de Mme Michu... De nos jours, un Marseille-Paris se fait en une journée pour un transporteur. Rien de neuf là dedans me direz-vous. Pourtant, quand on regarde le paquet de biscuit de son supermarché, on ne réalise pas forcément combien il peut y avoir d'acteurs intervenants dans la chaîne. À minima, pour un produit 100% fabriqué en France, on peut trouver :

  • Les producteurs de matières premières
  • (Éventuellement) des grossistes
  • L'usine qui a réalisé le produit
  • Les producteurs d'emballages
  • Le distributeur (chaîne de magasins) qui possède une ou plusieurs centrales nationales
  • Le distributeur local

Le tout en ayant subi divers aller-retour via des transporteurs. La crise agricole qui secoue les médias n'en est que le reflet : le producteur ne vend plus directement au consommateur, mais à une chaîne de transformation/distribution qui se trouve alors en position de force pour négocier les tarifs (et qui peut surtout se fournir à l'étranger). Chaîne qui voit les emballages plastiques et cartons comme une aubaine extraordinaire de réduction des coûts. La charge du recyclage est alors assurée d'une part par le consommateur qui va trier ses déchets (hors emballages intermédiaires), puis par la collectivité locale qui va les récupérer, et enfin par le centre de recyclage. Il n'y a donc (pour l'industriel) aucun coût lié au produit une fois qu'il est sorti de l'usine, mis à part le service après-vente à cause d'une éventuelle erreur de fabrication.

La mise en place d'un système de consigne impliquerait une capacité à minima de tri, de stockage et peut-être de nettoyage (qui doit être fait au plus tôt) de la part du réseau de distribution, de gestion des retours et de nettoyage (stérilisation) de la part de l'industriel. Mécanisme qui a un coût non négligeable et qui nécessite une logistique importante. Le surcoût de la consigne était autrefois assumé par le consommateur. Une hausse généralisée des tarifs serait-elle acceptée ? Difficile de répondre oui quand on voit la guerre incessante des prix que se livrent les grandes chaînes qui compressent les coûts au maximum, quitte à vendre des produits de moins bonne qualité ou en étouffant les fournisseurs...

Autre point exploité par les industriels : l'identité visuelle. L'emballage d'un produit reflète une identité. En plus du marquage légal (composition, propriétés nutritionnelles, service après-vente...), l'industriel appose sa marque, son logo, sa publicité et même la forme de son emballage. il en résulte un moyen fort de communication et de différentiation là où un système de contenant uniforme permettrait de simplifier la consignation (multi sources, multi destinations).

Dernière barrière : la volonté du consommateur. Le monde a évolué. La gestion de l'alimentation (choix des repas, approvisionnement, préparation, vaisselle) demande beaucoup de temps. Autrefois, ce sont les femmes qui en héritaient. La situation a un peu changé avec une certaine répartition des tâches, mais, dans l'ensemble, les femmes restent maîtresses en cuisine, en plus de faire une journée complète de travail hors du domicile ! Donc, le temps lié à l'approvisionnement est une tâche que l'on essaie de réduire au maximum (d'où la popularité croissante des "drives"). La stratégie principalement appliquée par les actifs étant un seul passage au supermarché par semaine pour obtenir un (très) gros chariot. Passage qui se fait lors du peu de temps libre disponible. Dans ce cas, laver, trier et ramener des contenants d'une part, les déplacer durant toute la durée des courses d'autre part, nécessite un certain courage, d'autant plus si ces derniers se retrouvent plus lourds que le couple carton/plastique. La seule solution consisterait à fragmenter les courses en deux ou trois fois par semaine, ce qui est encore plus chronophage.

Bien que coûteux, il ne semblerait donc pas impossible de mettre en place un système de consigne. Néanmoins, cet exemple a un biais : l'usine de production se situe en France. Imposer la consignation à toute l'industrie agroalimentaire exclurait de fait une large partie des produits étrangers, ce qui reviendrait potentiellement à enfreindre la règle de libre circulation des biens et des personnes de l'Union Européenne...

Il existe également un problème technique lié aux produits de première fraîcheur (viande, poisson, produits laitiers, produits préparés...). Ceux-ci nécessitent des emballages dont tout ou partie est à usage unique. Il s'agit, par exemple, des fameux opercules fraîcheur. Il y a donc, dans ce domaine, des procédés et des matériaux à mettre au point pour les rendre recyclables et/ou réutilisables, sachant que les organismes de certifications sont très pointilleux. Si cela ne semble pas (du moins de l'extérieur) intéresser beaucoup d'industriels jusqu'à présent, je pense qu'il s'agit du produit du futur qui fera du détenteur de son brevet quelqu'un de riche. Dans la même veine, on notera que le pire exemple en matière de déchets provient des plats préparés : qualité très moyenne, emballage fraîcheur, sur emballage : tout finit à la poubelle... Il s'agit d'un marché extrêmement juteux exploitant le défaut moderne qui relègue l'alimentation à un plan secondaire par manque de temps et de motivation...

Dans un premier temps, il serait bon d'appliquer un système de consignation à tous les produits liquides alimentaires, avant de l'étendre aux contenants en verre, puis à l'ensemble des produits. Un premier pas dans la suppression des matières plastiques a été fait de part l'interdiction de distribution des sacs plastiques car, en plus d'utiliser des ressources, ils sont souvent source de pollution grave. Ce genre de mesure est de nos jours totalement comprise et acceptée (même si on râle quand on a oublié de prendre le sac des courses). On ne souhaiterait même plus revenir en arrière étant donné que les sacs réutilisables sont bien plus pratiques !

L'écologie de manière générale a un coût et nécessite une volonté et des efforts de chacun. Reste à savoir si l'on continue à exploiter aveuglément toutes nos ressources naturelles jusqu'à ce que mort s'en suive, ou si l'on décide de réagir afin d'infléchir la tendance.

Sunday, 31 January 2016
|
Écrit par
Grégory Soutadé

SQLite3 is a wonderful library allowing to have a tiny SQL database in a simple file rather than a big (but more powerful) SQL server. I use it a lot for my projects to be "self contained".

Unfortunately, SQLite3 has some limitations. One of them is the unavailability to modify columns constraints or to delete them.

By upgrading from Django 1.5 to Django 1.8, I found that I cannot add a new user to my database. The problem is that the constraint of the last_login column in the User schema (controlled by Django framework) has changed. Now it can be NULL, while the table was created with a non NULL constraint. I got this exception :

NOT NULL constraint failed: auth_user.last_login

I already faces this kind of situation. The solution is pretty simple and does not requires modifying code.

First of all, make a backup of your database.

To get round this problem, we will export database in SQL commands format, modify it with a simple text editor and import it again.

Assume that your database is named denote.db

$ cp denote.db denote.db.bak
$ sqlite3 denote.db
$ .output denote.sql
$ .dump
$ .exit
$ rm denote.db
$ emacs denote.sql
...
$ sqlite3 -init denote.sql denote.db
$ sudo apachectl restart

That's all !

For complex modifications, it can be long/boring, so I recommend to use tools like sed, perl or python scripts, regexp replace mode from emacs...

Sunday, 03 January 2016
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Paris brûle-t-il ? (2015)

Jaquette du DVD

Je sais, je suis en retard... Sorti trois ans plus tard, ce live est celui du divan qui date du 1er mars 2012. De ce que j'ai compris, le DVD a surtout été poussé par Dooweet Records, mais, comme d'habitude, The CNK ne fait pas les choses à moitié : bien qu'un peu épileptique, tant le son que l'image sont parfaits. Trois bonus (dont deux lives exclusifs) complètent le DVD.

L'épreuve du DVD musical est toujours complexe : arriver à faire ressentir les émotions d'un concert au travers d'une vidéo (qui a tendance à aplatir les choses), tout en fournissant une prestation de qualité (stress du tournage). Même s'il y a du travail en studio pour peaufiner le live, le challenge est réussi. Il faut avouer que les 1h16 de projection donnent vraiment envie. Tout le concert est agrémenté de vidéos projetées sur écran géant. De plus, le spectacle regorge de pleins de surprises, de guests... Un point noir ? En cherchant bien, on pourrait trouver qu'Hreidmarr est un peu sur la retenue afin d'économiser sa voix. Le public est quant-à lui plutôt calme, si ce n'est quelques slams, la base de fans n'étant, hélas, pas très grande. On ne peut d'ailleurs que regretter de ne pas avoir plus de prestations de leurs part !

The CNK nous emmènent ce soir dans l'Afrique des années 50 : un petit film d'introduction sur l'écran géant, entrée sur scène, costume, maquillage avant d'entamer "Dinner Is Ready" pour se mettre dans l'ambiance. Puis vient "Vote For Winners". Pour se détendre un peu, on écoute "Blood Is Thicker Than Water".

Les chemises tombent lors de "Jim Beamed Ahnenerbe TV". La voix off annonce le prochain titre "Total Eclipse Of Dead Europa". Vient le premier live de "Bunkermoon Khaos 3", puis le moment le plus chaud du DVD (il faut bien vendre ;)) avec "Cosa Nostra Klub" où le groupe joue son morceau mythique entouré de deux hôtesses. Alors que Zoé se requinque au Jack Dianel's, ils entament "I Am The Black Wizards" puis "The Doomsday". Un guest monte sur scène à la rescousse pour "Kommando '96 Übercharged". On enchaîne avec le très populaire "Political Police". Trois guests pour "Too Fast For Love", dont seulement un qui était prévu ! La dernière étant "Sabotage", mais tout le monde sait que ce n'est pas le final de The CNK. Cette fois Hreidmarr tombe la chemise pour "Gadd Ist Gott" avant de conclure par "Get A Gun Shoot At random".

La conclusion est comme l'introduction : une belle réussite, que je regrette de ne pas avoir acquis plus tôt ! La liste des morceaux est vraiment bien équilibrée sur tous les albums, sans faux rythme et avec des transitions rapides. S'il fallait une seule raison pour l'acheter ? La reprise absolument géniale de "You Spin Me Round" (Dead Or Alive) en bonus. En plus, Findie propose une remise de 25% sur l'album. Il est aussi possible de n'acheter que la bande son du concert sur bandcamp.