Friday, 22 April 2016
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Affiche 20ème printemps musical

Mouans-Sartoux fête les 20 bougies du printemps Musical ! Avec un peu d'avance, puisque cette édition se tiendra le samedi 30 avril 2016 à partir de 20h.

29 groupes défileront sur 11 scènes, ce qui promet d'être une grosse édition !

Peu de monde s'est déplacé pour cette 20ème édition. Une date avancée, une météo fraîche et une quasi absence de communication sont sûrement les causes de cet échec, ce qui est fort dommage, car il y avait des groupes de très bonne qualité !

Thursday, 14 April 2016
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Capture d'écran IWLA

Bientôt un an depuis la version précédente d'IWLA (mon analyseurs de statistiques web écrit en Python) et, sans m'en rendre compte, il y a des tas de nouveautés ! Au menu:

  • Mise en lumière des différences (par rapport à la dernière analyse) pour les mots clés ainsi que les fichiers téléchargés
  • Rappel du résumé annuel dans les statistiques mensuelles
  • Ajout de la durée de l'analyse
  • Détection des navigateurs
  • Détection des systèmes d'exploitations
  • Détection des pays (grâce à iptogeo)
  • Détection des clientS RSS
  • Statistiques détaillées pour un/des visiteur(s) particuliers
  • Possibilité de mettre à jour des configurationS par rapport à celles par défauts (sans écrasement) avec le suffixe "_append"
  • Statistiques par heures
  • Possibilité de spécifier plusieurs fichiers à analyser
  • Support des fichiers compressés (.gz)
  • Possibilité de ne pas compresser la base de données (option -z)
  • Possibilité de spécifier ses propres moteurs de recherche
  • Requêtes DNS inversés pour les clientS RSS

Quelques bugs ont été corrigés :

  • Le dernier jour du mois n'était pas analysé
  • Les pages accédées à la même seconde n'étaient pas analysées

Comme quoi, un logiciel "stable" n'existe pas. Je suis plutôt content de cette version qui est vraiment complète et avec des fonctionnalités non présentes dans AWStats ! Cela tient surtout en la modularité de l'architecture qui, certes, réduit un peu les performances, mais offre une grande souplesse dans l'écriture de modules (filtres).

Monday, 21 March 2016
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Affiche du film 10 cloverfield lane

Cela faisait longtemps que je n'avais plus fait de critique d'un film, mais celui-là en vaut vraiment la peine. "10 cloverfield lane" raconte l'histoire de Michelle qui, après avoir fait une sortie de route la nuit, au milieu de nulle part, se retrouve dans un bunker souterrain. Howard, un ancien marine, l'a secourue, mais l'empêche de sortir. D'après lui, il y a eu une "attaque", l'air est toxique. Où est le vrai du faux ? Est-elle vraiment retenue pour son bien ? C'est ce qu'elle va essayer de déterminer avec Emmett, son compagnon de (in)fortune.

Le film est un huit clos, ce qui est assez rare pour une production américaine. Autre fait marquant : le budget, à peine 5 millions de dollars ! Ce n'est parfois même pas le cachet de certains acteurs ! Outre ces points de détails, le scénario se révèle brillant, la pression est permanente tant le personnage d'Howard est ambigu. Les situations n'auront de cesse de faire basculer le spectateur d'un côté ou de l'autre. S'ajoute à cela une réalisation parfaitement maîtrisée, égalant un Hitchcock. La comparaison n'est pas surfaite, le visuel est maîtrisé (ce qui est plus simple de nos jours), mais surtout, la gestion sonore est excellente. Ce dernier point apporte énormément à la qualité générale et contribue à imposer cette ambiance étouffante propre aux huit clos. On notera tout de même quelques américanismes dont il faudra faire abstraction.

Saturday, 19 March 2016
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Rockfarmers (2016)

Pochette RockFarmers

Pour reprendre la présentation officielle, Rockfarmers a été écrit et composé durant la tournée Gasconha Rocks (2013-2015), c'est-à-dire aux quatre coins du monde ! Pour cet opus, les Gascons ont eu la chance d'être mixés par Vance Powell à Nashville dans le Tenessee. Ce dernier a travaillé avec (entre autres) The Raconteurs, The White Stripes et les Arctic Monkeys. Le mixage a, comme l'enregistrement, été effectué avec du matériel 100% analogique, qui donne ce fameux grain à certains morceaux.

Côté visuel, c'est encore une fois une grosse claque. Abu, le dessinateur a pu passer un mois à la ferme Lou Casse. Les croquis semi colorisés ressortent superbement à côté des photos du livre de 40 pages au format 24cmx24cm d'une qualité irréprochable. De quoi balancer à la poubelle les miteuses pochettes carton ainsi que les boîtes CD plastiques au format standard qui se font traditionnellement.

Outre les paroles, le livre contient deux CD audio (pour 1h05 de musique) à l’effigie de Laurent et Mathieu, ainsi qu'un documentaire réalisé, lui aussi, lors de la tournée mondiale. Seul regret, ils sont insérés dans des pochettes carton (on y revient !) collées, ce qui les rend assez fragiles et difficile à manipuler (faites des sauvegardes !). À noter que les morceaux sont assez longs (4-5 minutes en moyenne).

Le tout est sorti officiellement en février 2016, mais des lots (avec du foie gras) étaient disponibles durant la période de noël. Et parce que ça n'apporte rien, mais que c'est à la modeclasse, une version vinyle existe également.

Voilà, tout est dit... Gasconha Rocks était déjà un peu plus sombre que les précédents opus, ici on abandonne complètement les cuivres. Pour innover, il y a quelques instruments acoustiques (guitare, banjo, harmonica...), une chorale d'enfants, mais l'esprit originel et original, sympa, agressif, fou, vitaminé, festif de The Inspector Cluzo se noie dans un rock lent et souvent dépressif. Laurent retrouve aussi son principal défaut : une montée dans les aigus tout à fait désagréable, bien que le tout soit compressé pour ne pas faire exploser les enceintes.

Seuls quelques titres méritent le détour : l'introduction très oisive ;) qui entame sur du bon rock, le second morceau avec un refrain accrocheur. "Lost In Traditions" annonçait pourtant un blues sympa, mais aurait mérité d'être amputé d'une bonne minute. On sautera directement au second titre du deuxième disque pour entendre un rock plutôt sympathique gâché par les chœurs. Dans un registre plus classique, "Quit The Rat Race" propose du bon rock à l'ancienne (un des rares titres qui sauve l'album). L'hommage à leur dessinateur de toujours, Abu, est un long solo avec des choeurs tristesspirituels. Pour terminer, on fera abstraction du chant sur "Romana" pour écouter une compo jazzy très fraîche.

Grosse déception donc pour cet opus. TIC a voulu faire les choses en grand, mais a oublié les fondamentaux comme qui dirait. Il ne reste qu'à se rabattre sur le foie gras d'oie de Lou Casse pour se consoler !

Thursday, 03 March 2016
|
Écrit par
Grégory Soutadé

IPToGeo

Voici la première version d'IPToGeo. Il s'agit d'un double service (serveur et ligne de commande), qui permet de récupérer l'assignation géographique (code pays ISO) d'une adresse IP. Je parle ici d'assignation, car, même si dans 90% des cas, la localisation du fournisseur est la même que celle de l'utilisateur, il reste 10% où ce n'est pas vrai. Par exemple, un fournisseur de service VPN peut avoir des utilisateurs dans le monde entier, donc les utilisateurs finaux ne seront pas ceux de l'adresse remontée dans le journal. Pour avoir une géolocalisation précise, il faudra se tourner vers d'autres services qui ont des bases de données beaucoup plus fines.

Pour se faire, IPToGeo va récupérer les données des 5 RIR (Regional Internet Registries) : AfriNIC, APNIC, ARIN, LACNIC et RIPE NCC et les compiler en données statiques pour fournir une base de données sous forme d'un arbre non équilibré (pour le langage C). Le but est d'utiliser le moins de ressources possible et d'avoir une très forte réactivité.

La partie serveur est écrite en C, les données sont générées à partir d'un script Python. Les tests sont eux aussi en Python (une classe haut niveau est fournie). Afin d'améliorer encore la sécurité, il y a un support (optionnel) de seccomp. Les adresses IPv4 et IPv6 sont supportées.

Pourquoi iptogeo alors qu'il existe déjà des bases de données gratuites (notamment celle de Maxmind) ? Tout d'abord pour des raisons de confidentialités. Faire une requête sur une IP pour obtenir une position géographique est une source d'information pour celui qui écoute le trafic réseau. Ensuite, parce que c'est simple : la compilation des données et la recherche a demandé peu de travail (de plus, les données sont fournies gratuitement et mises à jour quotidiennement). Ce projet m'a permis de poser les bases d'un serveur optimisé, sécurisé (via seccomp) et qui écoute aussi bien en IPv4 qu'en IPv6. Finalement, parce que la recherche telle qu'implémenté nativement dans AWStats, et qui se base sur l'extension du DNS inversé est mauvaise (impossible de déterminer la position d'un .com grâce à son extension). En effet, le but de la classe Python est du test, mais aussi et surtout pour être intégrée à iwla.

Comme d'habitude, les sources sont disponibles sous licence GPLv3 dans ma forge inDefero.

IPv6

Petit aparté sur IPv6. Naïvement, je pensais qu'IPv6, c'était comme IPv4 avec des adresses plus longues, du coup il était idiot de ne pas migrer, surtout que l'on prédit sans cesse l'épuisement des adresses IPv4 au niveau mondial. Au lieu de réaliser cette migration, les opérateurs réseaux utilisent des techniques plus ou moins louches pour pallier à ce problème (NAT, double NAT, adresses privées...).

Pour rappel, IPv4 est un système d'adressage qui date de janvier 1980, on est donc au début de l'informatique moderne. À ses 18/19 ans, la norme IPv6 a été finalisée par l'IETF. Norme qui a aujourd'hui elle-même 18 ans. 1998, c'est le tout tout début du haut débit en France, le bas débit ayant déjà bien vécu et une solide expérience dans un réseau mondial appelé Internet ayant été acquise par l'IETF.

La norme IPv6 a donc été définie, non pas seulement pour augmenter la taille des adresses IP, mais aussi pour corriger tout un tas de défauts d'IPv4. Les deux normes doivent cohabiter : d'un côté, une norme archaïquerudimentaire, et de l'autre une super norme qui se révèle pourtant beaucoup plus complexe.

C'est cette question de complexité qui fait toute la différence. Tout le monde est capable de comprendre rapidement les mécanismes IPv4 (en plus de pouvoir retenir plus ou moins facilement une adresse de tête). L'administration y est simple, même si la puissance de calcul des routeurs doit être plus importante. C'est ce qui fait sa force (en plus d'être déjà en place depuis des années) là où IPv6 amène plein de nouveaux concepts nécessitant d'adapter tous les étages du réseau (matériel, administration, logiciel...) : auto-configuration, adresse privée + adresse publique, renouvellement d'adresse...

D'un point de vue technique, IPv6 est pourtant implémenté dans les équipements depuis des années. Linux facilite lui aussi la migration en faisant une correspondance automatique IPv6 -> IPv4 pour les serveurs qui n'écoutent qu'en v4. Néanmoins, basculer le réseau mondial en IPv6, c'est potentiellement priver les utilisateurs de réseau à cause d'une mauvaise configuration (qui va assurer le support ?). Risque trop important dans un monde qui se veut "tout connecté". La transition se fait donc extrêmement lentement (tout le monde freine le plus possible) via des services comme des tunnels (6rd) ou encore l'implémentation de double pile au niveau des boxs. Paradoxalement, ces solutions de migrations sont finalement plus complexes à mettre en œuvre que l'IPv6 natif !

Dernier gif les joies du code Quand je fais un force commit