Politique
Tuesday, 03 June 2014
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Je crois que nous sommes perdus !

Contrairement à ce qu'annoncent tous les médias, les élections Européennes n'ont pas été un ras de marrée, ni un séisme, simplement la confirmation que, d'une part nous vivons une période difficile (via le vote Front National) et que, d'autre part, les gens ne savent pas ce qu'est l'Europe (57% d'abstention). Apparement, on ne nous a pas assez expliqué ce qu'était l'Europe et pourquoi il était important de voter.

Qu'est ce que l'Europe ?

L'union Européenne pour être précis est une confédération d'états. Pour simplifier, il s'agit de 28 pays proches géographiquement qui se sont unis pour se développer ensemble. L'Europe est présente dans tous les domaines : politique, économique, monétaire, agricole, industriel, culturel, scientifique, militaire...

Comment ça marche ?

Le développement commun passe par le vote de lois au niveau Européen qui sont directement ou indirectement applicables dans chaque pays, mais aussi par le vote de budgets affectés aux différents programmes culturels, scientifiques, agricoles... Ces lois sont proposées par la commission Européenne à Bruxelle (équivalent du gouvernement) puis votées au parlement Européen de Strasbourg. Les députés du parlement sont en nombre plus ou moins proportionnel avec la population du pays d'origine. Il y a environ 750 députés, élus pendant 5 ans, pour représenter les quelques 500 millions d'Européens.

L'Europe ça ne me concerne pas

Qu'on le veuille ou non, nous sommes Européens. L'union Européenne est partout, il n'y a qu'à voir le logo CE sur les produits que nous achetons, les aides et projets venant de l'Europe, les restrictions agro-alimentaires imposés aux agriculteurs, les normes requises pour construire un bâtiment... Beaucoup de nos lois ne sont que l'application de directives venant de Bruxelle.

L'Europe c'est mal

L'Europe est une entreprise humaine, donc par définition imparfaite. Elle essaie de mettre en place une politique commune pour des pays historiquement liés et pourtant avec des cultures parfois très différentes. C'est toute la différence avec les États-Unis qui ont en commun histoire, langue, monnaie et culture, ce qui facilite bien des choses. Bien sûr qu'il y a des ratés, des milliards qui sont jetés par la fenêtre, des erreurs de casting, des lois absurdes... Sans parler de toute la lourdeur administrative que tout cela requiert. Mais il y a aussi les avantages de la volonté d'unification : les normes (quand elles sont bénéfiques), la monnaie, la libre circulation des personnes et des biens... Il n'y a pas plus d'erreurs au niveau Européen qu'au niveau national. L'Europe est financée par les plus riches ? C'est scandaleux ? Pourtant il s'agit du même système que pour l'assurance maladie ou les impôts...

Le franc c'était mieux

L'euro a été crée pour être une monnaie stable, ce qui empêche de jouer sur le montant de la dette en créant des liquidités à foison et donc devrait responsabiliser les états sur la gestion de leur budget. On ne peut pas vivre éternellement à crédit, c'est une fuite en avant que les politiques essaient de compenser par la croissance supposée. Mais il ne faut pas imputer à l'euro l'augmentation du coût de la vie (sauf lors du passage à l'euro qui a vu les prix arrondis à la hausse, mais pas les salaires...) qui est la combinaison de l'inflation naturelle induite par le système capitaliste et de la situation économique et politique actuelle. C'est pour cela qu'on ne peut comparer tels quels les prix actuels (en euro) avec ceux d'il y a quinze ans (en francs). Les économistes parlent souvent en monnaie constante.

Mon plombier est Polonais et ma voiture Roumaine

Le problème est plus complexe que la simple ouverture des frontières. Il mélange trois facteurs :

  • Le consommateur veut des produits les moins chers possible
  • La concurrence internationale (et la croissance interne) oblige à réduire les coûts de fabrication quitte à réduire la qualité
  • Les entreprises veulent réaliser un maximum de marge, donc délocalisent (même des sites rentables)

Les mots clés sont capitalisme (le marché donne la direction) et société de consommation (posséder des biens). C'est donc cette entente tacite entre les consommateurs et l'industrie qui amène depuis 50 ans la désindustrialisation de la France. Exemple : Vico était leader des chips sur le marché Français, pourtant la plupart des personnes achètent les américaines de Lay's (ou pire) moins cher, mais moins bon. La tendance politique et sociale s'inverse depuis quelques années, particulièrement avec l'arrivée du gouvernement socialiste, même si le ministre concerné est passablement ridicule dans chacune de ses interventions : on essaie de ramener nos usines en France, de retrouver notre savoir faire. Cela va de paire avec le mouvement écologique qui veut que l'on consomme des produits locaux et le mouvement bio qui veut que l'on mange de manière plus saine, donc avec des produits frais de NOS agriculteurs et pas des légumes espagnols qui auraient mûris pendant le voyage.

Les politiques sont tous pourris

Le pouvoir change les hommes (et les femmes), c'est un fait. Mais il ne faut pas oublier que les médias ne couvrent que la politique sensation, les combats de coqs et les déclarations minables de ceux qui sont le plus en vue. Bref, on aime bien s'auto flageller en oubliant de souligner le travail accompli au jour le jour par une grande partie de la classe politique.

Je ne connais pas les personnes pour qui je vote

C'est exact, car le vote est une délégation de pouvoir. On élit (pour ceux qui vont voter...) un représentant sans l'avoir jamais rencontré, sans connaître son passé. On ne peut qu'espérer qu'il fera de son mieux et ira dans la direction que l'on souhaite mais, particulièrement au niveau Européen, on ne peut pas avoir de contrôle sur ce qu'il va faire ou non. Le problème est le même pour les autres élections : un maire, un député, un président...

Conclusion

La conclusion de tout ce blabla ? Il faut aller voter ! Qu'on aime l'Europe ou qu'on la déteste, le seul moyen de se faire entendre est de choisir une liste qui sera la plus proche de nos idées. Ça ne sert à rien de gueuler à tout bout de champs si on ne dit rien le jour où on nous le demande !

Barack, là, je suis sûre que vous m'entedez. Je vous assure que non

Friday, 01 November 2013
|
Écrit par
Grégory Soutadé

La bière, le tabac, le timbre, pourquoi pas le café, le déca, le sel, le sucre, le poivre, l'eau, le vin, j'ai même envie de taxer l'heure d'hiver

Tradition semestrielle depuis 1916, le changement d'heure est aussi synonyme de changement de saison. Si en été on "perd" une heure de sommeil, c'est surtout pour pouvoir profiter plus longtemps du soleil en soirée, tandis que l'heure gagnée 6 mois plus tard signifie le retour en période hivernale.

Historiquement, il s'agit de faire des économies : on consomme plus d'énergie le soir que le matin. Néanmoins, le changement d'heure apporte son lot d'inconvénients. Sur la santé d'abord. Les rythmes biologiques doivent être décalés. Si un adulte est en mesure de le comprendre et de le compenser rapidement, ce n'est pas le cas pour les enfants, les personnes âgées, les animaux et, dans une moindre mesure, les plantes. Le changement brusque de lumière le matin et le soir affecte aussi indirectement le moral des personnes. À cela s'ajoute les petits problèmes liés au non changement d'heure (un feu rouge mal réglé, un retard au travail, un bus qui ne passe pas...).

Les partisans avancent un gain d'énergie non négligeable. Si les opposants réfutent ces arguments et ne montrent que les inconvénients (pesants pour la population), c'est en tout cas d'un calcul complexe avec de multiples facteurs et surtout, qui évolue en fonction du temps et des technologies. En France, l'activité sociale se situe dans la tranche juste après les horaires de bureau (17h - 21h) et il est bien agréable de pouvoir profiter d'un peu de lumière après la journée de travail, tandis que, jusqu'à 8h il n'est pas utile (pour la majorité) que le soleil soit levé. Donc, plutôt que d'avoir à trancher entre oui et non, il serait pleut être plus judicieux de prendre le meilleur des deux mondes.

En effet, si l'on restait toute l'année en heure d'été, on pourrait à la fois gagner sur le domaine de l'énergie tout en profitant d'encore un peu de soleil à l'approche de l'hiver. Le tout, sans avoir à subir un décalage semestriel ! Plusieurs pays comme l'Islande, la Russie et la Biélorussie ont déjà recours à ce mécanisme.

Bien sûr, en tant qu'égoïste, cela profiterait surtout au sud puisque le soleil se couche plus tôt, mais se lève aussi plus tôt ! En effet, rester à l'heure d'été à [Paris](https://ptaff.ca/soleil/?l1pays=France&l1etat=Paris&l1ville=Paris&l2pays=&l2etat=&l1cityname=Paris%2C+Paris%2C+France&l1ltd=48&l1ltm=51&l1lts=0&l1ltx=N&l1lgd=2&l1lgm=19&l1lgs=59&l1lgx=E&l1tz=1.0&l1dst=EU&l2cityname=&l2ltd=&l2ltm=&l2lts=&l2ltx=N&l2lgd=&l2lgm=&l2lgs=&l2lgx=E&l2tz=0&l2dst=&year=2015&month=10&day=28&lang=fr_CA&go=Voir+le+graphe!) ferait que le soleil ne se lèverait pas avant 9h pendant deux mois ! Il faudrait aussi que tous les pays Européens adoptent cette réforme afin de ne pas trop pénaliser les économies.

Thursday, 03 January 2013
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Moi je suis pour le travail le dimanche, mais que le dimanche alors !

Il y a quelque temps, un ami qui a séjourné à Londres s'est émerveillé de voir que le dimanche tous les magasins sont ouverts, et a appelé à faire la même chose dans nos contrées. Héritage du Christianisme, le dimanche est traditionnellement chômé en France, mais contrairement à ce que l'on pense il y a beaucoup d'exceptions à cette règle. En Europe la situation est disparate : certains pays autorisent tout, d'autres rien, mais la plupart ont des règles similaires à la France (ou l'inverse).

Cette page donne un très bon aperçu de la législation en cours. Pour résumer : un employé ne peut travailler plus de 6 jours par semaines et doit avoir un repos quotidien d'au moins 11h. La durée légale du travail (concernant les employés) est de 35h, ou 37.5h avec les RTT et même plus pour les cadres. Concernant les exceptions, on dénombre :

  • Les établissements "dont le fonctionnement ou l’ouverture est rendue nécessaire par les contraintes de la production, de l’activité ou les besoins du public" (hôpitaux, cliniques, industrie, restaurants, cafés, ...)
  • Les commerces de détail alimentaire (autorisation d'ouverture jusqu'à 13h)
  • Les zones touristiques ou les grandes agglomérations (>= 1 000 000 d'habitants) par autorisation préfectorale pour les établissements de vente au détail
  • Les établissement sous couvert d'un arrêté préfectoral permanent ou temporaire

À cela s'ajoute la règle des "5 dimanches par an" qui permet aux grandes surfaces d'ouvrir exceptionnellement (en période de fêtes et de soldes généralement). Naturellement, le travail le dimanche peut être refusé par un salarié sans qu'il ne puisse y avoir des mesures discriminatoires à son encontre (enfin sur le papier). Le barème horaire est, lui aussi, plus important que pour un jour travaillé en semaine.

travFaut absolument qu'on se booke un truc. Dites-moi vos disponibilités


Le dimanche chômé est un acquis ardemment défendu par les syndicats. D'un point de vue économique, l'autorisation dominicale apporterait 47 jours de recettes supplémentaires à l'état. Ce qui correspond, à la louche, à plusieurs milliards d'euros par an. Ce serait un petit coup de pouce pour la relance économique et la création d'emplois.

D'un point de vue pratique, il est agréable de pouvoir faire ses courses ce jour là (logique, puisqu'on ne travaille pas), on évite ainsi les rues désertes, même s'il est aussi agréable de les faire en semaine quand l'affluence est moindre. D'un point de vue social (et c'est ce qui est défendu par les syndicats) c'est une catastrophe, car cela brise l'unité familiale déjà très fragile.

Néanmoins, on oublie de préciser qu'actuellement, il n'est pas obligatoire d'avoir deux jours de repos consécutifs. C'est une pratique courante dans les établissements commerciaux. Si cela permet tout de même de se retrouver en famille le dimanche, le temps de récupération est moindre et la fatigue s'accumule plus rapidement et plus profondément. En prenant en compte tous ces facteurs, on pourrait légiférer sur une solution intermédiaire, à savoir : autoriser le travail dominical pour toutes les activités commerciales et de services (UNIQUEMENT), tout en conservant une rémunération plus importante, ET en obligeant d'avoir deux jours de repos consécutifs incluant le samedi et/ou le dimanche. Amenant ainsi les entreprises à créer des roulements et même des embauches pour subvenir à la charge supplémentaire SI elles décident une ouverture le dimanche.

N.B. : D'après l'INSEE le commerce de détail, à l'exception des automobiles et des motocycles, compte 1 637 100 employés (ref 2010) sur les 22 775 000 de salariés (ref 2011) (ne sont pas concernés : les artisans, chefs d'entreprises et professions libérales), tandis que le nombre de chômeurs s'établit à 2 612 000 (ref 2011).

Monday, 17 December 2012
|
Écrit par
Grégory Soutadé

le bonheur c'est simple comme une saucisse de Francfort

Le constat

Régulièrement, des études montrent que les pays "riches" jettent une quantité importante de nourriture non consommée (en France, de l'ordre de 90kg par an et par habitant). Si on peut contester les critères de calculs (ménages uniquement, entreprises, restaurateurs...), le fait qu'une certaine partie des produits finissent à la poubelle est une réalité. Les causes sont multiples, mais ce n'est pas le sujet du jour. De l'autre côté on a des millions de personnes dans le monde qui n'ont pas assez à manger. Les utopistes pensent qu'il suffit de partager équitablement la nourriture entre tous les consommateurs pour que le problème soit résolu. Sauf que dans la réalité, ça ne se passe pas comme ça. Ce que l'on fabrique à un point A ne peut pas forcément être transporté vers un point B, et ce n'est pas forcément souhaitable (régimes alimentaires différents). Il faut privilégier les circuits courts. Si on regarde rapidement une carte du monde présentant les zones où l'on souffre le plus de la faim : Afrique centrale, Amérique du Sud (régions très pauvres) et Asie (région très peuplée). On est donc face à d'importants problèmes de logistique.

Mais plutôt que de regarder la misère à l'autre bout du monde, essayons de régler les problèmes que nous avons juste devant nos yeux. Il y a 26 ans, Coluche lançait un pavé dans la marre : les restos du coeur. Chaque année, des milliers de bénévoles distribuent des denrées alimentaires aux plus démunis. La popularité de Coluche a permis au mouvement de prendre de l'ampleur, même si l'idée n'était pas nouvelle : le secours populaire, par exemple, le faisait depuis 40 ans déjà. Ce n'est pas pour autant que la pauvreté a disparu... Le besoin est encore réel et vital pour des milliers de personnes en France en 2012. Alors, quand on entend que les grandes surfaces jettent de l'acide sur les produits périmés, on se lève, on crie au scandale et on retourne au chaud.

Coluche

L'idée

Si ces denrées sont sciemment détruites, c'est uniquement un problème d'hygiène. Tout le monde sait que malgré la date de péremption, les produits sont encore consommables pendant plusieurs jours, néanmoins il serait indécent de les donner, même aux plus démunis. Alors que faire ? Le principe de base est simple : obliger légalement les grandes surfaces à les céder à l'état une fois arrivé à la date de péremption - 1 jour. Ce dernier prendrait en charge le coût de récupération et les distribuerait gratuitement dans des restaurants locaux, les restaurants publiques, où ils seraient préparées et consommées dès le lendemain ou détruits si ce n'est pas le cas.

Les problèmes techniques

Pour les grandes surfaces, le manque à gagner est en partie compensé par le coût de destruction et de stockage. Le reste, c'est le bon coeur. Pour l'état, l'investissement n'est pas négligeable : logistique de transport respectant la chaîne du froid, création de cuisines publiques, embauche de fonctionnaires. Une partie de cette logistique existe déjà et est utilisée dans le cadre des communes pour leurs besoins personnels (écoles, administrations, maisons de retraites...).

Conclusion

Il est facile d'émettre ce genre d'idée, plus difficile de les réaliser. Tout d'abord : le coût de cette mesure est important : plusieurs dizaines de millions d'euros par an pour l'état. Ensuite : est-ce que les produits collectés se suffiraient à eux-même ou bien faudrait-il en acheter d'autre pour compléter ? (On ne peut se contenter uniquement de produits frais). Le gouvernement est dans une optique de réduction du nombre de fonctionnaire, il faudrait peut-être sous-traiter à une association ou une entreprise ? Néanmoins, l'essentiel serait préservé : apporter une aide au plus démunis sans discrimination. Comme qui dirait : le changement c'est maintenant (ou pas).

Saturday, 14 April 2012
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Dans une semaine se dérouleront les élections présidentielles 2012. Ce dimanche 22 avril seront donc appellés aux urnes 43 millions d'électeurs afin de choisir le prochain président de la République. Quel que soit le résultat de l'élection, il y aura toujours un problème : une grande partie ne se déplaceront pas.

Pourquoi ? Plusieurs hypothèses existent selon les personnes interrogées : quel que soit le résultat, ça ne changera rien. Ma voix ne changera rien. Je ne sais pas pour qui voter. Je ne veux pas choisir et le vote blanc n'est pas reconnu. Bref, autant d'excuses pour faire une grasse mat' et passer le reste de la journée les pieds en éventail plutôt que d'aller au bureau de vote. S'il est vrai que le choix d'un président est difficile et ne changera rien sur la vie de tous les jours à court terme (cf Barack Obama), il faut savoir que la plupart des mesures entreprises par celui-ci n'auront un réel impact que dans 5 ou 10 ans. La France, c'est un énorme paquebot contenant 65 millions de personnes, il est donc concevable que l'orientation prise (ou le changement d'orientation) ne se fasse que dans la durée.

Le vote blanc n'est pas reconnu : vrai, il n'est pas comptabilisé : FAUX. Le site internet du ministère de l'intérieur affiche toutes les statistiques, sur la France et par région, en pourcentage des inscrits et pourcentage des votants, dont la catégorie "blanc ou nul".

Pour résumer : si je vote aujourd'hui, je le fais pour mes enfants et pour mon avenir à 10 ans.

Une voix sur 43 millions représente 0,000002326% du résultat de l'élection. Ce chiffre est à la fois dérisoire mais aussi très important. Si, aujourd'hui, avancer l'argument de personnes qui se sont battues (1789, 14-18, 39-45) pour ce droit désormais acquis et inaliénable, n'affecte plus grand monde du fait de l'éloignement temporel trop important qui nous sépare de ces périodes sombres de notre histoire, il faut bien prendre conscience que chaque voix compte. Il n'y a pas de démocratie sans dêmos. Il faut arrêter de se cacher derrière son petit doigt et prendre ses responsabilités. Ou alors assumer devant ses enfants de n'avoir rien fait lorsque c'était encore possible, d'avoir préféré une partie de pétanque au destin d'une nation. Surtout qu'il n'y a pas des élections/référendum tous les jours. C'est pour cela que le droit de vote est aussi un devoir, mais dès qu'on commence à parler de devoir les gens tournent la tête...

Les politiques sont tous des pourris les mêmes, on nous ment tout le temps. On ne peut pas totalement dire le contraire. Mais comme décrit plus haut, l'évolution d'une société se fait dans le temps (qui se rappelle des semaines de 50h à l'usine ?). Il est vrai que le choix d'un candidat n'est pas évident à moins d'avoir déjà une conviction politique. Le tapage médiatique n'aide pas non plus à prendre une décision (on est dans une période de surenchère électorale). De plus la marge de manoeuvre du chef de l'état est réduite du fait de l'interdépendance politico-économique mondiale.


Alors que faire ? Au-delà du délit de sale gueule, car le charisme intervient à 75% dans le choix des électeurs, on peut se reposer sur une base commune à tous les présidentiables : le programme électoral. Celui-ci ne sera pas réalisé en totalité, mais il a l'avantage de donner la couleur et la volonté politique de la personne et répond à l'ensemble des sujets (politique, économique, écologique ...) et pas seulement aux sujets choisis par les journalistes lors du célèbre débat télévisuel. La lecture des programmes représente un travail non négligeable : ils sont parfois trop long, parfois trop précis, parfois pas assez. Mais par rapport aux années précédentes, il n'y a que 10 candidats (12 en 2007, 16 en 2002). Même avec une lecture rapide, on peut être positivement surpris par certaines propositions et s'orienter vers une personnes initialement écartée de notre choix.

Voter pour le président ou pour le candidat que l'on souhaiterait voir comme président ? Il y a peu de chances qu'un "petit" candidat soit élu, mais voter pour son second choix n'est à mon avis pas la solution. Voter pour quelqu'un c'est lui signifier son soutien et notre volonté qu'il soit élu, même si ses chances sont faibles. Voter pour son second choix, de peur qu'il ne soit pas au second tour, c'est approuver la politique actuelle et affaiblir en même temps le parti que l'on souhaiterait voir élu et qui, du coup, ne le sera jamais. Le vote sanction est quant à lui stupide et contre-productif, un seul exemple : 2002. Il faut donc voter en son âme et conscience pour la personne qu'on juge la plus à même à diriger le pays.

Ceux qui ne s'expriment pas quand on le leur demande devraient fermer leurs gueules le reste du temps.


Pour conclure ce bourrage de crâne sur une note plus poétique, un petit morceau de Lofofora :

Sonnez l'alarme citoyens
Sortez vous les doigts ...


Programme des candidats par ordre alphabétique

Nathalie Arthaud
François Bayrou
Jacques Cheminade
Nicolas Dupont-Aignan
François Hollande
Eva Joly
Jean-Luc Mélenchon
Marine Le Pen
Philippe Poutou
Nicolas Sarkozy