Archives 2012
Thursday, 09 August 2012
|
Écrit par
Grégory Soutadé

A lot of things has been written about nginx and Apache : proxy_pass, proxy_redirect, subdomains... I just want to publish my configuration that is in test but works. This is a response to my requirements : I want nginx to serve the subdomain blog.soutade.fr but transfer all other requests to an Apache server (soutade.fr, www.soutade.fr, indefero.soutade.fr ...).

 

First step is to install nginx. Nginx current version is 0.7.23 (thanks to debian stable). Then edit /etc/nginx/sites-available/default :

server { listen 80 default; ## listen for ipv4 server_name soutade.fr *.soutade.fr; access_log /var/log/nginx/soutade.fr.access.log; location / { proxy_set_header X-Real-IP $remote_addr; proxy_set_header X-Forwarded-For $remote_addr; proxy_set_header Host $host; resolver localhost; proxy_pass http://$host:8000; } } server { listen 80; ## listen for ipv4 server_name blog.soutade.fr; access_log /var/log/nginx/soutade.fr.access.log; location / { root /var/www/blog; index index.html; } location = /favicon.ico { access_log off; log_not_found off; } location ~ /\. { deny all; access_log off; log_not_found off; } }

The first block tells nginx to redirect all request from soutade.fr and *.soutade.fr to a local Apache server listening on port 8000. The second block creates a special rule for blog.soutade.fr : files will be served by nginx server and no redirection will be applied. We also disable favicon.ico error log and deny serving \.* files. There is a tip in the first block : we need to set up a local DNS server ("resolver localhost" directive). If this option is not set, it will try to do another DNS request to resolve $host address. So we'll simply install bind9 and configure it. Edit /etc/bind/named.conf.local

zone "soutade.fr" { type master; file "/etc/bind/db.soutade.fr"; };

Finally edit /etc/bind/db.soutade.fr with :

$TTL 604800 @ IN SOA soutade.fr. root.soutade.fr. ( 07082012 ; Serial 604800 ; Refresh 86400 ; Retry 2419200 ; Expire 604800 ) ; Negative Cache TTL ; @ IN NS localhost. @ IN A 127.0.0.1 * IN CNAME soutade.fr. @ IN AAAA ::1

And restart bind : sudo service bind9 restart. root.soutade.fr. is the mail address of the administrator. Now everything might be ok.

Saturday, 04 August 2012
|
Écrit par
Grégory Soutadé

 

Les cigales chantent au loin pour fêter les deux ans du blog ! Ma première impression est la satisfaction d'être arrivé jusque là. En effet, la plupart des blogs meurent assez vite. Sans rentrer dans les détails, cette année a été plutôt bonne : fréquentation en hausse, articles variés, aucun trou, pas de problème technique.

Le bilan en chiffres

  • 60 articles ont été publiés, soit 1 article par semaine
  • 1/3 (33%) des articles concernent le cinéma : cette année a été assez pauvre d'un point de vue cinématographique. De plus, sur le peu d'articles parus, seuls 2/3 sont favorables
  • Quasiment 18 000 visites avec une moyenne de 400 visistes / mois pendant les 5 premier mois puis 1800 visistes / mois par la suite
  • 5.7 Go de données envoyées


Les chiffres de l'année dernière en comparaison :

  • 60 articles
  • 50% pour le cinéma
  • 9 000 visites
  • 2.7 Go de données


Ces chiffres ne tiennent pas compte du mois d'avril qui a été très particulier. En avril, j'ai eu l'équivalent d'un an de visite (18 000 visites, 4.75 Go de données envoyées), ce qui fait une moyenne de 600 visites par jour. La courbe se centre en fait sur 12 jours où il y a eu entre 1000 et 1600 visites / jour.

Hélas 90% du traffic se concentre (encore) sur un seul article, malgrès une diversification assez importante, et même deux articles en Anglais... La sortie de la version 0.3 de KissCount n'a pas non plus déchaîné les foules comme ça avait été le cas l'année dernière. C'est dommage, car c'est la version la plus aboutie/jolie.

Côté technique, le sheevaplug a parfaitement remplit son rôle : très peu de redémarrages, aucun problème matériel, un temps de réponse plutôt correct, bref, il est amorti ! En ce qui concerne le nom de domaine, je suis passé d'OVH à Gandi suite à l'arrêt des certificats SSL d'OVH. Le prix est sensiblement le même, mais côté technique je préfère la plateforme OVH : plus simple à manipuler, DynDNS supporté de base et des serveurs DNS avec un TTL décent !

L'épisode d'avril a donné naissance au projet Dynastie : un générateur de blog statique écrit avec le framework Django. Désormais il n'y aura plus pour le blog que du html compressé (sauf pour la fonction de recherche), servi par un serveur nginx avec des css et js optimisés. Le reste continuera à être servit par Apache. Ceci devrait permettre de réduire par deux (environ) la taille des données envoyées. Ce qui signifie moins de latence, donc une meilleure expérience sur le blog ! J'aurais aimé le sortir pour les deux ans, mais il n'est pas encore prêt...

Et maintenant ? Et bien, rien ne change ! On continue sur la lancée actuelle : une idée = un article, avec le soutien des sorties ciné. Comme l'année dernière, il y a quelques idées qui trainent, mais globalement ça se fera au jour le jour. Comme on dit : qui vivra, verra.

Tuesday, 31 July 2012
|
Écrit par
Grégory Soutadé

SmartBox, DakotaBox, VipBox, WonderBox, Groupon... Autant de services qu'il faut éviter d'utiliser/acheter ! Si le principe peut paraître intéressant (surtout pour le client), dans les faits le système induit une pression sur les commerçants qu'ils ont souvent du mal à gérer et donc proposent en retour un service moindre : il faut réserver longtemps à l'avance, le produit n'est plus disponible, le commerçant rechigne à fournir le service lorsqu'on mentionne que c'est dans le cadre d'une *box... Résultat : le client et le commerçant y perdent.

Le principe des *box est simple : c'est du marketing déporté. La société *box va voir un commerçant, lui propose un contrat pour qu'il figure dans la liste qu'elle va éditer pour le coffret X (ça revient à faire de la pub au niveau national) et se prend une commission au passage (entre 25% et 50%). Le commerçant est donc censé avoir lu et compris le contrat qui le lie à la société *box (...). De son côté, le client qui a reçu/acheté une *box souhaite pouvoir l'utiliser près de chez lui et pendant la période la plus avantageuse (vacances, ponts, week end...).

Le problème se manifeste parce que le nombre de prestataires est faible : 270 prestataires en France (pour un certain coffret), mais seulement deux restaurants dans le département (situés dans la même ville). Ils vont donc devoir répondre à un nombre important de clients, le plus souvent à un moment de grande affluence. Ces mêmes clients ne vont rapporter que 50% à 75% de chiffre d'affaire par rapport à un client "normal". C'est comme si on demandait au boulanger du coin de fournir 10 fois sa clientèle à tarif réduit. Le prestataire est donc contraint de limiter son service aux clients *box. De leurs côtés les sociétés *box ont un marketing très agressif (côté client comme côté prestataire) !

Dans certains cas, tout peut très bien se passer et chacun y trouve son compte. Mais régulièrement on se retrouve à devoir "piéger" l'autre pour obtenir satisfaction : le client ne doit mentionner qu'au dernier moment qu'il s'agit d'une offre *box sous peine de se faire refuser la prestation... Dans le cas de Groupon les réductions sont souvent très avantageuses (ce qui amplifie le phénomène), tandis que pour une *box le tarif final est le même, voir supérieur à ce que propose directement le prestataire !

La faute au commerçant qui ne lisent pas bien le contrat ? Au commercial qui enfume le commerçant ? Au client qui veut tout, tout de suite ? Quoi que ce soit, il faut éviter à tout prix de souscrire à ce type de service. Si on n'a pas d'idée pour un cadeau, autant offrir un chèque cadeau. C'est moins joli mais beaucoup plus efficace !

Tuesday, 24 July 2012
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Sorti de la boîte à souvenirs, dormait aux côtés du soleil et de la nuit, un petit poème depuis longtemps écrit. Son père, si fou, si froid, si loin, l'avait trouvé au détour d'une promenade. Un retour mouvementé, mais au combien enrichissant, un beau dimanche de printemps. N'ayant pas de mère, le petit ne s'est pourtant jamais trouvé seul. Il a grandi, vécu, au milieu de ses frères et sœurs. Le temps passa ... Un jour, il n'y eut plus de nuits, une nuit, il n'y eut plus de jours. Le cocon qui s'était formé autour de lui le préserva bien au chaud, jusqu'à ce qu'un jour, peut être, il s'éveillerait à nouveau. Un asticot devenu papillon qui soudain s'envole, libéré, libre, prompt à extraire l'essence du coquelicot pour en créer un nectar délicieux.

En ce jour saint, et peut être contre son grès, il sera un dernier cadeau. Une dédicace pour une lectrice de longue date, assidue comme pas deux. Un petit cadeau que l'on ne pourra jeter, si ce n'est dans les abysses du souvenir. Après tout, elle le mérite ! J'aurais préféré de la calligraphie, tant pis, il sortira brut.

 

Le coquelicot de ta bouche,
Pulpeux, délicieusement farouche,
Me susurre d'une voix mielleuse
Des idées tendancieuses.

Épanoui dans ton sein,
Je sens la passion vibrer
Jusque dans le creux de tes reins.
Comme un pétale qui n'aurait su s'accrocher,

Pliant sous le poids de l'opium,
Que tes lèvres sans cesse me donnent.
Et fait entrer dans ton royaume
Ce flot continue auquel tu t'abandonnes.

Soudain, serpente le long de ton cou,
Un filet de sang écarlate.
De ta langue j'ai mordu le bout,
C'est fini, je m'écarte.

Saturday, 21 July 2012
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Désolé pour cette photo (2002 ?), elle est reprise depuis le site, j'espère qu'ils ne m'en voudront pas...

Pour ceux qui ne le connaissent pas, le démon du rire est un site crée à la base par Durendal & Junior, qui rassemble leurs créations humoristiques. Depuis quelques années, seul Durendal s'en occupe (aidé pour ses réalisations de sa bande). Qu'est ce qu'on y trouve ? Des parodies vidéos, des sagas mp3, des courts métrages, des séries auto produites... Si je ne suis pas fan de tout ce qui est produit, je tenais surtout à souligner l'extraordinaire fertilité de Durendal ! Rappelez vous, il y a 10 ans on venait de passer l'an 2000, l'époque où les voitures volaient dans le ciel et que nous mangions des aliments lyophilisés l'époque de Windows Millénium, un petit micro, une vieille caméra, le tout monté avec un logiciel piraté par des gamins de 15 ans perdus dans le fin fond de la France et uploadé sur un site perso free par un modem ADSL 128Kb.

Depuis l'échec de 31m2, Durendal a remplacé la fameuse newsletter par un vlog hebdomadaire, et il le fait très bien ! Puis ça compense le manque de sortie (lié à un gros manque de temps). Le site n'est pas super bien organisé (il doit être refait depuis des années), mais je vous conseille d'aller voir/écouter : Banal Fantasy II, Chtar Wars et la superbe parodie de Bref !

Bravo et longue vie au démon du rire !