Cinéma
Friday, 16 December 2011
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Écrit par Xavier Maingon et Pascal Sereis, puis remanié par Florence Foresti, Hollywoo raconte l'histoire d'une doublure française qui voit sa carrière prendre fin lorsque l'actrice américaine d'une célèbre série TV décide de tout quitter pour dépression nerveuse. Jeanne (Florence Foresti) prend alors la décision de partir à Los Angeles afin de remonter le moral de la vedette et ainsi retrouver son travail.

Sans pleurer jusqu'aux larmes, le film est assez bon, tout dans le style de Florence et de Jamel Debbouze (qui a mis sa patte dans le scénario durant le tournage). Deux petits points négatif : la bande annonce montre une grande partie du scénario et de l'humour du film. Il en reste encore pour le spectateur, mais cela aurait été mieux d'en faire une plus courte. Et, enfin, il y a un raccourcis un peu simple pour le dénouement final, mais on n'y prêtera pas trop attention.

Wednesday, 02 November 2011
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Depuis son accident de parapente, Philipe est tétraplégique. Il décide d'engager Driss, un jeune qui vient de sortir de 6 mois de prison, comme aide à domicile. Pourquoi Driss ? Parce que c'est la seule personne qui ne lui accorde pas de pitié.

"Intouchables" va au-delà du tragique, drôle sans être lourd (c'est avant tout une comédie), émouvant sans être pathétique, le film traite à merveille de cette rencontre improbable sans pour autant tomber dans les clichés classiques et un scénario facile. On y découvre un François Cluzet et un Omar Sy fantastiques. C'est tout simplement un film à voir.

Saturday, 29 October 2011
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Téhéran, 1958, Nasser Ali, un des plus grands violonistes de son temps, décide de mourir après que son violon se soit brisé. Raconté comme un conte Perse, on découvre peu à peu les raisons qui ont amené à ce drame, le passé, le présent, le futur des protagonistes. La réalisation est bonne, mais le concept de conte n'est pas poussé jusqu'au bout et parfois on se perd un peu dans l'histoire. Les illustrations qui parsèment le film sont une très bonne idée et viennent renforcer la partie "magique" de l'oeuvre. Malgré la partie du milieu où on s'ennuie un peu, "Poulet aux prunes" est un très bon drame, avec un début et une fin superbe.

Tuesday, 18 October 2011
|
Écrit par
Grégory Soutadé

"The Artist" retrace l'histoire d'une star du cinéma muet qui se voit licencié et ruiné lorsque la parole débarque à Hollywood au milieu des années 30. Dans le rôle de Georges Valentin, Jean Dujardin, qui a reçu le prix de l'interprétation masculine au festival de Cannes 2011, ainsi que Bérénice Bejo qui a déjà tourné avec lui dans le premier épisode d'OSS 117.

Le réalisateur Michel Hazanavicius, que Dujardin connait bien puisqu'il est aussi le réalisateur des deux épisodes d'OSS 117, nous plonge dans un style rétro, totalement en noir et blanc et muet. Il y a néanmoins une touche assez moderne avec plusieurs plans originaux, quelques effets intéressants et une lumière beaucoup plus propre que ce qui pouvait se faire à l'époque. On se retrouve bercé tout au long de la séance par une musique qui, si elle n'est pas exceptionnelle, couvre assez bien le fond de l'histoire. Les quelques blancs deviennent alors très intenses. Il faut saluer non seulement Jean Dujardin, mais aussi Bérénice Bejo pour leurs remarquable prestation et tout particulièrement lors de la dernière scène.

C'est donc, au-delà de l'histoire qui pourra paraître basique, une belle expérience cinématographique et un bel hommage aux films des années 30 (Chaplin en tête). Attention toutefois, Les amateurs d'action seront déçus.

Saturday, 10 September 2011
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Nul, sans intérêt. On s'ennuie ferme du début à la fin en plus d'assister à une avalanche de vulgarités. Seule la bande originale est un peu intéressante.