Articles

Quatre ans !

Monday, 04 August 2014
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Gâteau anniversaire 4 ans

l'année dernière je disais que l'amour dure trois ans. Visiblement il y en a une de plus ! Côté publications, c'est cette année 49 articles dont 4 en anglais. Plutôt pas mal sachant que la section cinéma a été fermée, n'étant pas suffisamment intéressante. Seuls les films qui méritent vraiment le coup (comme le fameux "Libre et assoupi") seront sujets à article. Pour parler cinéma, je trouve que cette année, sans être extraordinaire, a été bien meilleure que la précédente !

Côté serveur, ça fait donc quatre ans que le Sheevaplug tourne avec une seule panne l'année dernière ! Il tient parfaitement la charge (merci nginx !), même s'il manque un peu de pêche pour faire tourner Dynastie (écrit en Python avec le framework Django). D'ailleurs, je trouve la syntaxe Markdown vraiment agréable pour rédiger des articles tant que ceux-ci n'ont pas de formatage complexe, sinon je repasse en HTML. J'ai aussi abandonné mon certificat SSL Gandi pour un auto-signé. C'est moins bien pour l'utilisateur, mais au moins je connais tous les maillons de la chaîne de signature !

Concernant la fréquentation, mon article favoris, mis à part une embellie à la fin de l'année passée, est de moins en moins consulté. Le serveur a aussi servi de relais à des pirates dans le but de faire télécharger à un autre serveur de grosses quantités de données pour, je suppose, créer un déni de service (DDoS), c'est à dire faire tomber sa connexion. Les administrateurs de moxiecode.com (auteurs de tinyMCE) à l'origine de la faille n'ont pas réagi, j'ai donc simplement coupé l'accès au fichier en question (de 4Mo quand même).

Voici un aperçu des articles les plus consultés avec leur date de parution (sur un an) :

Les liens en gras sont surtout consultés pour les images.

En ignorant l'attaque du début de l'année (à la louche), les chiffres sont :

  • 49 articles (50, 60, 60)
  • 25 000 visites (12 000, 18 000, 9 000)
  • 5.5 Go de données envoyées (2, 5.7, 2.7)

Entre parenthèses, ce sont les chiffres des années précédentes. On peut donc considérer que c'est une très bonne année, sans effet linuxfr qui plus est (gPass n'a eu qu'un succès relatif...) ! Même si la moitié des visites ne concernent qu'un seul article...

Pour la suite, je vais peut être créer une catégorie "ballades" si j'en viens à faire plus de "reportages" photos comme le "Chemin du paradis", "Expo roses" ou encore "Le plan des Noves". Il faut juste que je fasse attention car les images sont très consommatrices de bande passante, donc éviter de mettre plusieurs articles sur une même page d'index !! On verra si j'aurai autant d'inspiration que pour cette année (le mois de mai a été particulièrement fertile). En tout cas, il y a déjà un article en préparation qui risque de faire du bruit !!!

Le plan des Noves

Thursday, 03 July 2014
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Tas de pierres

Anciennes terres agricoles, le plan des Noves est une plaine surplombant Vence. La ballade démarre au début du col de Vence comme pour le circuit des Blaquières, sauf qu'ici le parcours est beaucoup plus plat et adapté à tout types de promeneurs (~7km, moins de 3h en y allant tranquillement). Seuls le début et la fin du circuit nécessiteront un petit effort.

Départ du circuit Première côte

Une fois passé la première difficulté, on découvre les quelques murs en pierre et surtout une première vue fort agréable.

Murs de pierres Vue sur la mer

Le circuit dernier étant facile, il offre moins de spectacle pur, mais compense par de magnifiques panorama qu'il faut prendre le temps d'apprécier.

Premier panorama

Surtout qu'il est moins usité que celui des Blaquières, on se retrouve souvent seul et au calme dans un cadre magnifique. Un vrai délice quand on sait que la côte est à moins d'une heure de route !

Un arbre au milieu des pierres Tas de pierre recouvert de mousse à l'ombre d'un arbre

Paysage typique de la ballade

Orchidées sauvages, thym et lavande sauvage seront de la partie tout au long de la ballade.

Orchidée sauvage Fleur violette

Lavande savage Marguerites

Sans oublier la faune environnante : beaucoup de papillons, des chevaux par ci, quelques ruches par là.

Orchidée sauvage avec un papillon Chevaux

Second panorama

La majorité du parcours est plat.

Chemin plat

Il reste quelques terres agricoles encore exploitées.

Champ de culture

Il faut ensuite grimper un peu.

Ça monte !

Pour arriver à une bergerie en ruine.

Bergerie en ruine Suite du chemin

On peut aussi apercevoir le Baou de St Jeannet et son Castellet (ancienne bergerie).

Baou de St Jeannet Le Castellet

Profitons encore du panorama.

Un arbre au sommet Petite pause à l'ombre d'un arbre

Troisième panorama

Il est intéressant de continuer sur le chemin des Blaquières pour arriver au sommet afin d'apprécier un panorama encore plus impressionnant (et faire une pause déjeuner).

Troisième panorama

Même s'il traîne quelques nuages, le paysage reste superbe.

Paysage Paysage avec trois arbres

Finalement, retour à la maison. On aimerait pouvoir rester encore un peu !

Un mur en pierres plus récent Chemin du retour

Comme pour le chemin du Paradis, je conseille de faire le plein d'eau dans une des fontaines de Vence (l'eau vient directement de la source de la Foux), il n'y a pas de ravitaillement possible cette fois ! Il est aussi conseillé de ne pas partir trop tard à cause du soleil.

Europe : je t'aime, moi non plus

Tuesday, 03 June 2014
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Je crois que nous sommes perdus !

Contrairement à ce qu'annoncent tous les médias, les élections Européennes n'ont pas été un ras de marrée, ni un séisme, simplement la confirmation que, d'une part nous vivons une période difficile (via le vote Front National) et que, d'autre part, les gens ne savent pas ce qu'est l'Europe (57% d'abstention). Apparement, on ne nous a pas assez expliqué ce qu'était l'Europe et pourquoi il était important de voter.

Qu'est ce que l'Europe ?

L'union Européenne pour être précis est une confédération d'états. Pour simplifier, il s'agit de 28 pays proches géographiquement qui se sont unis pour se développer ensemble. L'Europe est présente dans tous les domaines : politique, économique, monétaire, agricole, industriel, culturel, scientifique, militaire...

Comment ça marche ?

Le développement commun passe par le vote de lois au niveau Européen qui sont directement ou indirectement applicables dans chaque pays, mais aussi par le vote de budgets affectés aux différents programmes culturels, scientifiques, agricoles... Ces lois sont proposées par la commission Européenne à Bruxelle (équivalent du gouvernement) puis votées au parlement Européen de Strasbourg. Les députés du parlement sont en nombre plus ou moins proportionnel avec la population du pays d'origine. Il y a environ 750 députés, élus pendant 5 ans, pour représenter les quelques 500 millions d'Européens.

L'Europe ça ne me concerne pas

Qu'on le veuille ou non, nous sommes Européens. L'union Européenne est partout, il n'y a qu'à voir le logo CE sur les produits que nous achetons, les aides et projets venant de l'Europe, les restrictions agro-alimentaires imposés aux agriculteurs, les normes requises pour construire un bâtiment... Beaucoup de nos lois ne sont que l'application de directives venant de Bruxelle.

L'Europe c'est mal

L'Europe est une entreprise humaine, donc par définition imparfaite. Elle essaie de mettre en place une politique commune pour des pays historiquement liés et pourtant avec des cultures parfois très différentes. C'est toute la différence avec les États-Unis qui ont en commun histoire, langue, monnaie et culture, ce qui facilite bien des choses. Bien sûr qu'il y a des ratés, des milliards qui sont jetés par la fenêtre, des erreurs de casting, des lois absurdes... Sans parler de toute la lourdeur administrative que tout cela requiert. Mais il y a aussi les avantages de la volonté d'unification : les normes (quand elles sont bénéfiques), la monnaie, la libre circulation des personnes et des biens... Il n'y a pas plus d'erreurs au niveau Européen qu'au niveau national. L'Europe est financée par les plus riches ? C'est scandaleux ? Pourtant il s'agit du même système que pour l'assurance maladie ou les impôts...

Le franc c'était mieux

L'euro a été crée pour être une monnaie stable, ce qui empêche de jouer sur le montant de la dette en créant des liquidités à foison et donc devrait responsabiliser les états sur la gestion de leur budget. On ne peut pas vivre éternellement à crédit, c'est une fuite en avant que les politiques essaient de compenser par la croissance supposée. Mais il ne faut pas imputer à l'euro l'augmentation du coût de la vie (sauf lors du passage à l'euro qui a vu les prix arrondis à la hausse, mais pas les salaires...) qui est la combinaison de l'inflation naturelle induite par le système capitaliste et de la situation économique et politique actuelle. C'est pour cela qu'on ne peut comparer tels quels les prix actuels (en euro) avec ceux d'il y a quinze ans (en francs). Les économistes parlent souvent en monnaie constante.

Mon plombier est Polonais et ma voiture Roumaine

Le problème est plus complexe que la simple ouverture des frontières. Il mélange trois facteurs :

  • Le consommateur veut des produits les moins chers possible
  • La concurrence internationale (et la croissance interne) oblige à réduire les coûts de fabrication quitte à réduire la qualité
  • Les entreprises veulent réaliser un maximum de marge, donc délocalisent (même des sites rentables)

Les mots clés sont capitalisme (le marché donne la direction) et société de consommation (posséder des biens). C'est donc cette entente tacite entre les consommateurs et l'industrie qui amène depuis 50 ans la désindustrialisation de la France. Exemple : Vico était leader des chips sur le marché Français, pourtant la plupart des personnes achètent les américaines de Lay's (ou pire) moins cher, mais moins bon. La tendance politique et sociale s'inverse depuis quelques années, particulièrement avec l'arrivée du gouvernement socialiste, même si le ministre concerné est passablement ridicule dans chacune de ses interventions : on essaie de ramener nos usines en France, de retrouver notre savoir faire. Cela va de paire avec le mouvement écologique qui veut que l'on consomme des produits locaux et le mouvement bio qui veut que l'on mange de manière plus saine, donc avec des produits frais de NOS agriculteurs et pas des légumes espagnols qui auraient mûris pendant le voyage.

Les politiques sont tous pourris

Le pouvoir change les hommes (et les femmes), c'est un fait. Mais il ne faut pas oublier que les médias ne couvrent que la politique sensation, les combats de coqs et les déclarations minables de ceux qui sont le plus en vue. Bref, on aime bien s'auto flageller en oubliant de souligner le travail accompli au jour le jour par une grande partie de la classe politique.

Je ne connais pas les personnes pour qui je vote

C'est exact, car le vote est une délégation de pouvoir. On élit (pour ceux qui vont voter...) un représentant sans l'avoir jamais rencontré, sans connaître son passé. On ne peut qu'espérer qu'il fera de son mieux et ira dans la direction que l'on souhaite mais, particulièrement au niveau Européen, on ne peut pas avoir de contrôle sur ce qu'il va faire ou non. Le problème est le même pour les autres élections : un maire, un député, un président...

Conclusion

La conclusion de tout ce blabla ? Il faut aller voter ! Qu'on aime l'Europe ou qu'on la déteste, le seul moyen de se faire entendre est de choisir une liste qui sera la plus proche de nos idées. Ça ne sert à rien de gueuler à tout bout de champs si on ne dit rien le jour où on nous le demande !

Barack, là, je suis sûre que vous m'entedez. Je vous assure que non

Le chemin du Paradis

Saturday, 31 May 2014
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Sur le chemin... un coeur

Sous ce nom trompeur, se cache une belle ballade à faire dans le parc naturel régional des préalpes d'Azur (~6km, dénivelé +520m). Pour être plus précis, l'itinéraire est Bar-sur-Loup -> Gourdon -> Pont du Loup -> Bar sur Loup.

Au départ de Bar sur Loup

Après s'être garé près du cimetière de Bar sur Loup, il faut suivre le chemin jusqu'à la chapelle Saint Claude, puis prendre à gauche.

Chapelle Saint Claude

Si les premiers mètres sont raides, on arrive rapidement sur une partie relativement plate et ombragée.

Le chemin du départ : un peu raide Objectif : Gourdon !

Le dénivelé augmente progressivement à quelques centaines de mètres de l'aqueduc du Foulon pour devenir plutôt important à mesure que l'on approche de Gourdon.

Aqueduc du Foulon Panneau direction Gourdon

La délivrance arrive au bout de 1h20 de marche rapide.

Vue de la place basse Une petite terrasse bien placée

En fond, le restaurant "Le nid d'aigle" à fleur de montagne.

Vue de la place basse 2

Gourdon, village dans les nuages est, à l'image de Saint Paul de Vence, un village sans âme qui fait office de vitrine touristique malgré son passé historique fort.

Vue extérieure de Gourdon

La plupart des habitations abritent un commerce ou un restaurant. Le château est quant à lui privé (il y a des visites du jardin en été à 15h pile !).

Ruelle de Gourdon

Néanmoins, la boutique Sainte Catherine propose de vrais produits artisanaux (un peu chers, mais de bonne qualité).

Boutique Sainte Catherine

Après avoir fait un petit tour (il y a un panorama splendide les jours de beau temps),

Point de vue de Gourdon

il est temps de se restaurer, soit dans le village, soit dans le près attenant.

Panorama près de Gourdon

Avant de partir, il ne faut pas oublier de passer chez le glacier (ouverture à 12h pile) pour une petite glace à la violette. C'est la récompense !

Le glacier

Puis on repart sur les pentes escarpées.

Départ de Gourdon Chemin

Point de vue

À l'embranchement du Foulon, on a le choix de redescendre sur Bar sur Loup ou Pont du Loup. Pour ce dernier, il faudra compter (en tout) une petite heure, le chemin étant beaucoup plus raide que celui du Bar.

Fleurs Un arbre barre le passage !

Une fois arrivé, on pourra passer sur l'ancien chemin de fer et rejoindre notre point initial en une petite demie heure.

L'ancien chemin de fer De retour au Bar sur Loup

Petits conseils pratiques : prendre deux bouteilles de 50cl, dont une vide que l'on remplira à la fontaine de l'entrée du cimetière et à la fontaine de l'aqueduc. Autre point non négligeable : la montée se fait sur la face sud-sud ouest, donc il est préférable de partir avant 10h du matin afin d'éviter de brûler sous le soleil.

Contre les vidéos à démarrage automatique

Monday, 26 May 2014
|
Écrit par
Grégory Soutadé

Code HTML

Dans la série "Je suis contre", aujourd'hui je m'attaque aux vidéos qui démarrent automatiquement quand on affiche une page web. C'est devenu à la mode, surtout sur les sites d'informations. Sous prétexte d'améliorer le confort de l'utilisateur, on le prend pour un idiot incapable de cliquer sur le bouton lecture. Mais qu'en est-il si je n'ai pas envie de voir la vidéo en question ?? Le seul moyen est de désactiver Javascript, et donc de se priver d'une partie des fonctionnalités du site. Parce que, de nos jours, le Javascript est partout. Pour le meilleur (animations, site réactif), comme pour le pire (démarrer une vidéo sans mon consentement, publicité, traçage, fonctions sociales), bref tout ce qui ralentit le chargement (et donc le VÉRITABLE confort utilisateur) et qui consomme inutilement de la bande passante. À ce propos, j'ai déjà parlé ici des avantages et inconvénients du traçage à visée marketing.

Donc, s'il vous plaît, ARRÊTEZ avec ce système anti ergonomique ! Je tiens à rappeler que mon blog et tous les sites de mon domaine ne contiennent que le minimum nécessaire de fonctions Javascript et pour autant, le site est plutôt réactif pour un débit montant d'à peine 100ko/s...